Podcasts sur l'histoire

Machu Picchu, Pérou

Machu Picchu, Pérou


Machu Picchu, Pérou - Histoire

Lorsque Hiram Bingham et son équipe ont redécouvert le Machu Picchu, il était entièrement recouvert de végétation.

On pense que le Machu Picchu a été construit vers 1460 après JC par l'Inca Pachacutec à l'apogée de l'empire Inca. Pachacutec est crédité de l'expansion du Tawantinsuyo et de la consolidation du pouvoir. Il existe de nombreuses théories expliquant pourquoi le Machu Picchu a été construit, mais peu parmi les plus plausibles. La conclusion la plus courante des experts sur l'histoire des Incas et des archéologues est qu'il a été construit avant tout comme une retraite pour l'Inca et sa famille. Machu Picchu était également un centre sacré où l'Inca et sa famille pouvaient adorer les ressources naturelles, le Soleil et d'autres divinités importantes pour la religion Inca. Comprendre l'histoire des Incas est un casse-tête car ils n'avaient pas de langue écrite, il n'y a donc aucune trace de son histoire. Les historiens et les archéologues ont pu nous raconter leur histoire en étudiant leurs artefacts.

Machu Picchu était stratégiquement situé sur la crête entre la montagne Machu Picchu et Huayna Picchu dans la zone la plus inaccessible de la rivière Urubamba. Il est si caché que même les conquérants espagnols n'ont pas pu le trouver. La raison de son éloignement n'est pas certaine, mais les historiens pensent que c'était soit pour la sécurité, soit c'était un endroit spécial pour accéder aux dieux, ou peut-être les deux. En cas d'attaque de l'ennemi il n'y a qu'un seul point d'entrée qui aurait été plus facile à repérer en cas d'invasion et simple à défendre. Pour les Incas, les montagnes étaient particulièrement sacrées, spécialement les montagnes enneigées avec son approvisionnement fiable en eau. Le site où le Machu Picchu a été construit était entouré d'éléments religieux. Les prêtres ont remarqué le mouvement du soleil, de la lune et des étoiles et comment ils s'alignaient avec les sommets des montagnes à certaines périodes de l'année comme le solstice. Ils ont soigneusement observé ces événements avant de planifier l'emplacement de chaque bâtiment.

Machu Picchu était un travail en cours et on pense qu'il a été construit pendant toute la durée de l'empire Inca. Les principaux bâtiments et structures ont été construits pendant que Pachacutec régnait de 1438 à 1470, les générations successives n'ont cessé de s'y ajouter et il a été abandonné en 1572 lorsque les Espagnols sont arrivés à Cusco.

Découverte par Hiram Bingham

Les Espagnols n'ont jamais trouvé le Machu Picchu, donc contrairement à d'autres villes incas, il n'a jamais été détruit ni modifié, seules quelques familles locales qui cultivaient à proximité connaissaient son existence mais pas sa signification. Par une journée ensoleillée de juillet 1911, guidé par un jeune paysan, Hiram Bingham, un explorateur américain, a accidentellement découvert la « Cité perdue des Incas ». L'expédition d'Hiram Bingham était parrainée par l'Université de Yale et la National Geographic Society et était à la recherche de Vilcabamba ou du "dernier lieu de repos des Incas". La ville était couverte de végétation, se cachant sous un feuillage dense et des arbres envahis par la végétation et ses murs recouverts de mousse, elle était presque invisible. À sa grande surprise, il était dans un état intact tel que les Incas l'avaient laissé en 1572. Bingham venait de découvrir les ruines du Machu Picchu.

Le Machu Picchu a été désigné monument historique international du génie civil. Il est resté caché dans les Andes pendant environ 400 ans, sans entretien ni signe d'érosion du sol. Sa construction était si innovante et ingénieuse que l'utilisation du drainage et des matériaux ont permis à la citadelle de tenir debout pendant plus de 400 ans.

Aujourd'hui, le Machu Picchu fait partie du patrimoine de la civilisation inca. Les ruines incas sont l'une des attractions touristiques les plus visitées d'Amérique du Sud et la destination touristique la plus populaire du Pérou. Afin de protéger son patrimoine national, le gouvernement du Pérou l'a déclaré sanctuaire national. En 1983, l'UNESCO a donné au Machu Picchu le statut de site du patrimoine mondial.


MACHU PICCHU, L'HISTOIRE INCONNUE

Quel site archéologique a acquis une importance historique et symbolique colossale, non seulement pour une nation mais pour le monde entier ? La réponse : Machu Picchu. Un lieu sacré inaccessible aux étrangers pendant des siècles, mais totalement accessible aux indigènes locaux qui ont vécu pendant de nombreuses années autour de cette ruine et qui connaissaient ou non sa signification universelle et sa transcendance.

Parmi les nombreuses personnes qui ont été nommées découvreurs du Machu Picchu, l'une se démarque des autres en raison de ses liens avec son Alma Mater, l'Université de Yale. Cette personne est Hiram Bingham. Beaucoup de choses ont été dites sur l'enseignant à l'âme de conquérant, mais il y a une histoire inédite derrière la découverte du Machu Picchu.

1909 est l'année où Bingham est arrivé pour la première fois au Pérou. Il est arrivé à Choquequirao, également connue comme la sœur du Machu Picchu. Il est arrivé comme un explorateur intuitif, suivant son instinct et lisant les chroniqueurs à la recherche d'indices, et a commencé à parcourir toute la colonie.

1910 est une autre année importante, l'année où Alberto Giesecke PhD a assumé la responsabilité de diriger l'Université de San Antonio Abad del Cusco. Comme Bingham, Giesecke était nord-américain. Au cours de ses 14 années en tant que recteur, il a fait avancer de nombreux projets et fouilles archéologiques.

L'année suivante, 1911, Braulio Polo y la Borda, propriétaire du domaine d'Echarati dans la vallée de la Convencion, avait comme invité le Dr Giesecke et lui dit que l'endroit était jonché de sites archéologiques, dont le Machu Picchu.

De retour de la Convencion, Giesecke a écrit à Bingham au sujet des détails de sa conversation avec Polo y la Borda, et c'est la raison pour laquelle Bingham est venu sur le site archéologique.

Bingham avait également lu de nombreux chroniqueurs et journaux de voyage, dont un écrit par Charles Wiener, qui fut le premier à parler du Machu Picchu dans sa description du Pérou et des populations indigènes. Le journal de Weiner est daté de 1880.

Wiener était dans la zone vers 1876, compilant les informations que les habitants lui ont données, y compris les noms de Machu et Huayna Picchu. Il a fait une vingtaine de cartes et écrit 30 lettres.

Avec suffisamment d'informations pour retrouver les sites archéologiques, Bingham a obtenu une commission scientifique, parrainée par l'Université de Yale.

En juillet 1911, Bingham a parcouru la vallée de Vilcabamba, dirigé par Melchor Arteaga, qui a emmené Bingham à travers San Miguel jusqu'au Machu Picchu, arrivant dans une jungle épaisse et boisée avec quelques bâtiments qui ne pouvaient pas être vus. Avec une machette à la main, Bingham a parcouru tout l'endroit et a conclu que c'était là que Manco Inca vivait et luttait contre les conquis espagnols.

Maintenant, nous devons remonter à l'année 1902. Le 14 juillet 1902 pour être exact, date à laquelle le véritable découvreur du Machu Picchu, Agustín Lizárraga, a formé une expédition avec son cousin, Enrique Palma Ruíz, qui était à l'époque administrateur du domaine Collpani ainsi que Gabino Sánchez et son ouvrier agricole Toribio Recharte. L'expédition était à la recherche de nouvelles terres pour l'agriculture.

Lorsque Lizárraga est arrivé, il a observé tout le sanctuaire du Machu Picchu et était conscient qu'il avait trouvé un site étonnant et à couper le souffle. Sur un mur du Temple des Trois Fenêtres, il a gravé une inscription qui disait : Agustín Lizárraga, 14 juillet 1902. Des années plus tard, Bingham a trouvé l'inscription et l'a enregistrée dans ses notes de terrain.

En 1903, Lizárraga a commencé à planter du maïs et d'autres légumes sur les terrasses du site. Il laissa l'ouvrier Toribio Recharte s'occuper de la plantation avec sa famille, et 4 ans plus tard, en 1907, un autre ouvrier vint sur place : Anacleto Álvarez, également avec sa famille.

1904 est l'année où Lizárraga commence à voyager avec une autre famille, les Ochoa, du domaine de Collpani, avec ses ouvriers agricoles.

Pourquoi Hiram Bingham est-il devenu le soi-disant découvreur du Machu Picchu et a gagné en notoriété dans tous les journaux et revues scientifiques ? L'exploratrice française Simone Waisbard, dans son livre intitulé « Mysteries du Machu Picchu », a déclaré que Lizárraga était une connaisseuse avertie de la zone. C'est lui qui a diffusé toutes les informations sur le Machu Picchu.

Alfred Bingham, le fils de Bingham, dans son livre intitulé "Portrait d'un explorateur", a mentionné que son père avait omis toute référence à Lizárraga. De nombreuses photographies prises par Bingham lors de l'enquête initiale du site ont montré que de nombreuses constructions n'étaient pas couvertes d'une végétation épaisse et celles-ci n'étaient pas non plus incluses dans ses annotations et ses conclusions finales.

L'une des choses qui a attiré l'attention de nombreuses personnes qui ont étudié le site, même le fils de Bingham, est une ligne dans l'un des cahiers de Hiram Bingham qui dit “Agustín Lizárraga était le véritable découvreur du Machu Picchu, il vit sur le pont San Miguel. ”

Au cours des années suivantes, les médias de masse ont joué un rôle important en faisant de Bingham le seul découvreur du Machu Picchu, en particulier National Geographic qui a publié des articles de et sur Bingham. Aux yeux du monde, il reste le seul et véritable découvreur. Il est vrai que Bingham était bien placé et étudiait systématiquement le Machu Picchu. C'est grâce à lui que le Machu Picchu est connu du monde entier. Mais il est tout aussi vrai qu'il n'était pas le véritable découvreur du Machu Picchu.

Ces 2 personnes, Agustín Lizárraga et Hiram Bingham, qui n'avaient rien en commun le premier, un simple agriculteur avec des connaissances naissantes en Histoire et Archéologie et le second, un professeur très respecté qui avait tout pour pouvoir organiser une expédition et entourer lui-même avec les meilleurs professionnels, leurs chemins ont convergé dans cette découverte étonnante qui a changé leur vie et changé le cours de tout ce que nous savons sur l'une des civilisations les plus importantes de tous les temps : les Incas et l'empire Tahuantinsuyo.


Histoire du Machu Picchu

La citadelle du Machu Picchu a connu plusieurs périodes d'occupation. Tiré des chroniques, le style de construction et les céramiques trouvées ont déduit les éléments suivants :

Période initiale : 1300 après JC
Période classique : 1400 après JC
Période impériale : 1533 après JC
Période de transition: 1533-1572 après JC

L'histoire du Machu Picchu

La plupart des archéologues et historiens modernes s'accordent à dire que le Machu Picchu a été construit par l'Inca Pachacutec, le plus grand homme d'État de Tahuantinsuyo, qui a régné de 1438 à 1471. Les archéologues supposent que la construction de la citadelle daterait du XVe siècle approximativement date chronologique donnée par le carbone -14 ou radiocarbone.

La construction du Machu Picchu a commencé lorsque le territoire inca a commencé à se développer. Selon les archéologues, dans cette zone a eu lieu la dernière bataille qui a défini la victoire sur les Chancas, couvrant la victoire prestigieuse et a donné le pouvoir à l'Inca Pachacutec.

Inca Pachacutec fut le premier à émerger au-delà de la vallée de Cusco après sa victoire épique sur les Chancas. Il a dirigé l'expansion de Tahuantinsuyo et l'a reconnu comme le « constructeur » de Cusco. Ce fut l'une de ses plus grandes œuvres.

L'origine du Machu Picchu est attribuée avec une certaine certitude à Pachacutec, président assiégé, qui s'est caractérisé par des conquêtes territoriales, et le développement de la religion et de la spiritualité. À partir d'aujourd'hui, des études archéologiques soutiennent la théorie selon laquelle il s'agissait d'un domaine royal destiné au culte des dieux et d'un défi pour le souverain de développer des compétences.

Construite comme refuge pour l'élite de l'aristocratie incas, la forteresse était située sur le versant oriental de la chaîne de montagnes Vilcanota, à environ 80 miles de Cusco, la capitale de l'empire. Son emplacement stratégique a été choisi avec un succès admirable. Entourée de falaises abruptes et à l'abri de la vue des étrangers dans une forêt enchevêtrée, la citadelle du Machu Picchu avait la qualité de n'avoir qu'une seule entrée étroite, permettant, en cas d'attaque surprise, d'être défendue par très peu de guerriers.
Occupé par au moins trois générations d'Incas, le Machu Picchu a été abandonné dans une décision soudaine et mystérieuse. L'hypothèse la plus forte explique sa disparition de la mémoire historique car ce Machu Picchu était inconnu des castes inférieures et leurs itinéraires interdits à quiconque ne faisait pas partie du petit cercle des Incas.

Une partie des gains de la vallée comprenait Pachacútec Tampu, bien qu'habitée par cette nation sœur de Cusco, n'a pas échappé à sa domination de fer. Beauté naturelle, climat doux (l'un des meilleurs des Andes) et sol riche, Pachacutec a remarqué Tampu, établissement préféré de la nouvelle noblesse impériale, ornant la vallée de plusieurs des villes les plus magnifiques de Tahuantinsuyo comme Ollantaytambo et Machu Picchu. La sélection du site pour soulever le Machu Picchu a dû être faite avec beaucoup de soin, car c'était et est toujours un endroit idéal pour élever un centre de cérémonie. Il était situé, selon le chercheur Antonio Zapata, la plus grande montagne par son caractère sacré, qui commence dans le Salcantay (L'Apus, esprit supérieur) et se termine au Huayna Picchu. Ce fut un privilège d'observer le mouvement des étoiles et du soleil, les divinités incas.
De plus, selon leurs recherches, l'endroit avait une carrière à proximité qui pouvait fournir les plus belles pierres de granit blanc.

Le 24 juillet 1911 est connu comme la date de la « découverte » de la célèbre citadelle inca du Machu Picchu, trésor architectural caché depuis plus de quatre siècles sous la nature luxuriante du canyon d'Urubamba. Cette découverte a été faite par un anthropologue controversé, un historien ou tout simplement par l'explorateur américain, archéologue amateur, professeur à l'université de Yale Hiram Bingham.

Bien que la découverte pointe vers Bingham, le chercheur de Cusco, Simone Waisbard a déclaré que la découverte était le résultat d'un hasard, car Enrique Palma, Gabino Sánchez et Agustín Lizarraga, ont été les premiers à visiter ces vestiges archéologiques sur ces pierres et ils sont partis leurs noms ont été enregistrés le 14 juillet 1901. Et aussi parce que l'archéologue anglais regardait à ce moment-là la ville de Vitco, le dernier refuge des Incas et le dernier point de résistance contre les Espagnols. Ainsi, la découverte de Bingham réduirait la propagation du fait à la science. Cependant, pour son principal protagoniste jusqu'à ce jour, ce n'était pas le fruit du hasard, mais une enquête acharnée basée sur les informations fournies par les paysans, ainsi que plusieurs années de voyage et d'exploration dans la région.

Avant cela, la découverte du Machu Picchu fera probablement partie des domaines et de Kutija Qollapani. Au fil des ans, la propriété était connue comme une unité de propriété Q `. Palma, Sanchez et Lizarraga ont trouvé l'indigène Anacleto vivant dans le lieu. Alvarez, qui avait cultivé la terre il y a huit ans, était loué pour douze soles par an.

Les propriétaires du domaine n'auraient jamais pu connaître mètre par mètre partout en raison de sa grande taille et, surtout, par sa topographie aussi accidentée qu'irrégulière. Les gens connaissaient en effet le Machu Picchu et y vivaient même, mais ils n'avaient aucune idée de sa grandeur et de son importance. Lorsqu'ils l'ont laissé tranquille, ils ont eu l'occasion de le faire connaître au monde.

Redécouverte

Alors que la redécouverte de la citadelle est attribuée à l'historien américain Hiram Bingham, il existe des sources qui indiquent qu'Agustin Lizarraga, un locataire des terres natales de Cuzco est venu sur les ruines neuf ans avant l'historien. Selon Hiram Bingham, Lizarraga aurait laissé une inscription dans l'un des murs du Temple des Trois Fenêtres. Cette inscription aurait été supprimée par la suite.

L'histoire de Lizarraga et ses visites dans les anciennes ruines incas ont attiré l'attention d'Hiram Bingham, qui était dans la région enquêtant sur les derniers vestiges des Incas à Vilcabamba. Bingham, très intéressé par ces rumeurs, commença la recherche de ces ruines, atteignant le Machu Picchu à Cuzco. La société locataire Melchor Arriaga et un sergent de la guerre civile péruvienne en juillet 1911. Là, l'historien américain retrouvera deux familles, les Recharte et Alvarez, qui s'était installé dans les plates-formes du sud des ruines. C'est finalement un enfant de la famille qui a guidé Recharte Bingham vers la « zone urbaine » des ruines, qui était recouverte d'un épais sous-bois.

Immédiatement, Bingham a compris l'énorme valeur historique des ruines découvertes et a contacté l'Université de Yale, la National Geographic Society et le gouvernement péruvien, demandant un parrainage pour commencer les études sur le site archéologique inca. Les travaux archéologiques ont été effectués de 1912 à 1915. Au cours de cette période, ils ont réussi à éliminer les mauvaises herbes qui longent la Citadelle et les tombeaux incas ont été fouillés et ont été trouvés au-delà des murs de la ville.
En 1913, le magazine National Geographic a publié un article détaillé sur le Machu Picchu et les travaux qui y étaient effectués, révélant au monde la citadelle. Au fil des années, l'importance du tourisme dans la citadelle de Machu Picchu allait croître, d'abord au niveau national puis international, devenant un site du patrimoine mondial de l'Unesco en 1983.

Machu Picchu de nos jours.

Le Machu Picchu a été désigné l'une des sept nouvelles merveilles du monde en 2007, le Machu Picchu est l'attraction la plus visitée du Pérou et les ruines les plus célèbres d'Amérique du Sud, accueillant des centaines de milliers de personnes par an. L'augmentation du tourisme, le développement des villes voisines et la dégradation de l'environnement continuent de faire des ravages sur le site, qui abrite également plusieurs espèces menacées. En conséquence, le gouvernement péruvien a pris des mesures pour protéger les ruines et empêcher l'érosion du flanc de la montagne ces dernières années.

Quand on pense au Machu Picchu, l'un des premiers noms qui nous vient à l'esprit est Hiram Bingham, mais peu de personnes savent qui est Agustín Lizárraga, l'une des découvertes méconnues du Sanctuaire.

1.- Machu Picchu et les nouvelles découvertes

Le Machu Picchu est-il considéré comme une ruine ?

La ville de Machu Picchu a conservé bon nombre de ses structures d'origine, exprimées sur les zones choisies par Pachacutec, il a trouvé un plateau granitique où de nombreuses personnes ont commencé un projet très coûteux et ambitieux, construit une citadelle qui durerait éternellement.

Ils ont su tirer parti du terrain parfois si difficile à mesurer et prévenir les tremblements de terre et autres calamités. L'utilisation de pierres comme le basalte, l'andésite et de nombreux autres types de pierres qui l'ont rendu si résistant à de nombreuses catastrophes naturelles.

Ces pierres ont été amenées d'un endroit appelé Batholitique de Vilcabamba, où toutes les pierres ont été taillées et amenées au Sanctuaire et aussi pour construire la ville de Cusco lorsque les conquérants espagnols sont arrivés sur ces sites.

Les constructions réalisées au Machu Picchu, correspondent à un mandat spécifique de l'Inca Pachacutec, qui veut préserver l'environnement et l'écologie. Il est bien connu que les Incas n'ont jamais connu la roue, mais il n'est pas difficile de comprendre qu'à cet endroit la roue n'a jamais fonctionné à cause du terrain et de l'inclinaison du site, car beaucoup de gens disent que comment est-ce possible que peu d'hommes pouvait apporter de loin d'énormes blocs de pierre déjà taillés si parfaitement que lorsqu'ils étaient mis les uns sur les autres, pas même un cheveu ne pouvait passer entre eux.

Chaque construction réalisée au Machu Picchu a une fonction spécifique : Religieuse, administrative, politique et sociale, les deux plus importantes étaient la religieuse et l'administrative, car la partie religieuse était le rituel quotidien de leur vie et de leur transit sur le Machu Picchu, et la partie administrative en partie parce que chaque produit doit passer par le contrôle des gardiens qui gardaient très en sécurité le Sanctuaire et les Tambos, les entrepôts qui conservaient tous les produits qui poussaient dans la Citadelle.

Pourquoi des ruines et pas un travail d'ingénierie étonnant ?

Machu Picchu est considéré comme l'une des sept merveilles modernes du monde, en raison de sa construction étonnante, mais le nom de ruine n'est pas le bon, la ruine est un endroit où tout est sur le point de s'effondrer ou de tomber, ce n'est pas le cas de Machu Picchu : Prenons l'exemple de certains sites en Europe, le Forum romain, le Parthénon, ce sont des ruines car l'état de la construction, mais pour beaucoup de gens ce n'est pas une ruine, c'est un signe de la grandeur du monde antique , et ce monde antique est l'héritage de beaucoup de gens.

Sincèrement que le mot ruine n'est pas le mot exact pour décrire le Machu Picchu.

Le mot Sanctuaire décrit très bien le complexe du Machu Picchu, car à cet endroit de nombreux rituels et sacrifices étaient offerts pour calmer et maintenir heureuse l'une des divinités les plus importantes des Tahuantinsuyo : Le Soleil, leur père, leur créateur. Ce n'est pas un hasard si le Machu Picchu a été construit à haute altitude, la raison en est qu'ils se sentaient plus proches du ciel et plus proches de leur Dieu.

Le statut de merveille moderne doit être notre fierté car il est de notre responsabilité que Machu Picchu garde la catégorie de cela, en concurrence avec les pyramides de Gizeh, la Petra.

Le Temple et bien d'autres, l'Institut national de la culture (INC) est l'organisation qui se bat pour garder la culture et l'héritage du Machu Picchu vivants, nous montrant que ce sanctuaire est unique en son genre, il n'y aura pas d'autre Machu Picchu et cela doit nous mettre en position de ne pas détruire notre patrimoine national et mondial.

2) Le vrai nom du Machu Picchu : Patallaqta

Patallaqta vient de deux mots en quechua, Pata qui signifie marches, et Llaqta, qui signifie ville, ce nom vient de la façon dont les constructions ont été installées, initialement le complexe Machu Picchu va fonctionner pour administrer le lieu, mais son importance a pris les yeux de Pachacutec, qui vit que ce lieu pouvait être un Sanctuaire et un lieu de pèlerinage.

Un historien espagnol, Mari Carmen Rubio, a dit que ce nom vient des chroniques écrites par Juan de Betanzos au XVIe siècle, disant que Pachacutec a été enterré dans ce sanctuaire, Voici la raison pour laquelle Betanzos a dit que : Chaque Inca a été enterré dans le Temple Coricancha (Le temple du soleil) mais selon Betanzos, Pachacutec a été enterré à Patallaqta et ses restes ont été laissés dans une mijoteuse.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là, car les Incas fabriquaient toujours 2 paquets, l'un était emmené à la Coricancha et l'autre dans un endroit spécial où personne ne s'y attendait. Certains prêtres pouvaient adorer le reste du corps. Pachacutec était comme le sud-américain Alexandre le Grand, un homme qui a conquis de nombreux territoires et était l'un des rares gouverneurs qui sont arrivés dans la jungle, un territoire inconnu mais très fertile pour cultiver de nombreux produits.

Maintenant, le nom Machu Picchu vient du mot espagnol Pico (Pic) et le mot pour décrire une montagne est Orqo, ce n'est pas son nom d'origine, c'était une façon espagnole de mentionner cet endroit, et le nom lui-même aurait pu être inventé en l'époque républicaine.

Federico Kauffman Doig, l'un des archéologues les plus importants, a déclaré que le Machu Picchu est la façon dont les habitants de ces lieux dans leur espagnol très pauvre se référaient au sanctuaire. Il a dit que le nom réel et original n'est pas Patallaqta, c'est Llaqta Pata, car c'est la bonne façon de le prononcer en langue quechua.

Quand Hiram Bingham est arrivé à la ville de Cusco, ils lui ont dit que l'un de ces endroits, où les gens ont vécu pendant des siècles s'appelait Llactapacta, un endroit près de l'endroit où Bingham a trouvé le Machu Picchu. Selon Mari Carmen Martin, cet endroit n'a jamais été abandonné et c'est peut-être pourquoi cet endroit n'a jamais perdu son nom d'origine.

Llactapacta était en effet une maison royale, en termes modernes, il pourrait s'agir d'un manoir où Pachacutec aurait pu vivre au XVe siècle, Llactapacta est également connue sous le nom de ville ¨above¨ (Llaqta-place, Pacta-Steps ou altitude).

L'historien espagnol a trouvé en 1987, 82 chapitres de la Chronique de Juan de Betanzos appelée Suma y Narración de los Incas, écrite en 1551, qui relate l'organisation des Incas à cette époque.

Un autre fait est que Machu Picchu a de nombreux noms utilisés par les indigènes locaux, l'un d'eux est Vitcos, et plus récemment Cajaroma, le dernier vient de la chronique Betanzos, qui a mentionné que cette ville pourrait être le vrai Machu Picchu, car selon à Betanzos, c'est l'une des nombreuses villes que Pachacutec a conquises lorsqu'il était gouverneur de l'empire Tahuantinsuyo, mais cela pourrait aussi être le pays d'une tribu de la jungle qui vivait lorsque Pachacutec contrôlait tout l'empire.

Il existe de nombreuses théories sur le vrai nom du Machu Picchu, mais Cajaroma doit faire l'objet d'une enquête pour tirer une conclusion et enfin savoir quel était le vrai nom du Machu Picchu.

3) Le pont Qeschawaka, héritage ancestral

Le pont Qeschawaka, qui relie Qehue à Canas, deux des provinces les plus importantes du département de Cusco, est désormais un enjeu pour sa conservation et sa protection. Le pont traverse la rivière Apurimac, était une rivière importante pour le peuple Inca il y a plusieurs siècles, son nom vient des mots Qeswa, qui signifie corde torsadée, et Chaka qui signifie pont.

Le matériau utilisé pour ce pont est l'Ichu, une sorte d'herbe qui pousse autour des hautes terres, ce matériau est séché par le soleil et est ensuite utilisé pour fabriquer une sorte de corde pour construire le pont.

Chaque année, de nombreux natifs des communautés de Cusco comme Chaupibanda, Qehue et Canas se rassemblent autour du pont et commencent un rituel ancestral appelé Minka, qui consiste à faire un travail communautaire qui va être utile à chaque personne qui vit autour de la rivière.
Ce type de matériau est utilisé par les habitants et plus efficace que la pierre ou d'autres types de matériaux, car il est plus facile de reconstruire le pont et d'éviter les catastrophes telles que les tremblements de terre et autres calamités.

Le Minka dure 4 jours et l'événement principal a été la reconstruction du pont, qui rassemblait les habitants des provinces voisines, après quoi ils l'ont célébré avec des danses et des boissons pour les personnes qui ont participé à cet ancien rituel.

Cette rénovation du pont est considérée depuis l'année 2009 comme un patrimoine national, c'est un exemple de l'héritage que les Incas ont laissé à leurs générations, et a également mentionné la technologie efficace et simple du peuple Tahuantinsuyo.

Pourquoi est-il important de maintenir la tradition vivante ?

Une ville sans son passé est une ville morte sans aucun souvenir, une ville ne peut pas voir quel est son héritage, et pire encore, elle ne peut pas voir quel est son avenir. La tradition, les rituels font partie intégrante de qui nous sommes et recrée notre passé pour rester en contact avec nos ancêtres et voir d'où nous venons.

Recréer la construction du pont est important car il maintient les gens ensemble et les relations entre eux se resserrent avec le temps. Femmes, hommes et enfants travaillent pour leur communauté, ils ont construit le pont autant de fois qu'ils en ont besoin.

Le Minka est pratiqué depuis l'époque des Incas, c'est l'un des préceptes de la morale et de l'éthique qu'avaient les Incas, leurs phrases ne soyez pas un voleur, ne soyez pas un menteur, ne soyez pas paresseux est l'un des codes les plus utilisé dans les Andes. Les Incas étaient une culture avec tellement de soutien entre eux, personne n'est égoïste, et tout le monde contribue à l'amélioration de chaque citoyen.

Pachacutec, seigneur de l'empire Tahuantinsuyo

Tout commence avec une seule personne, qui transforme l'ensemble du territoire de Tahuantinsuyo, avec sa bravoure et sa force, il a commencé à créer l'un des empires les plus importants de l'histoire du monde, cette personne est Pachacutec, L'Empereur Inca.

Machu Picchu, l'histoire inédite

Deux personnes, l'une Histoire en commun : étant reconnu comme le premier à avoir visité le Sanctuaire, l'un est un indigène local, qui a toujours connu l'endroit, l'autre un aventurier nord-américain qui avec un peu de chance et de bons contacts a pu montrer le toute l'humanité l'un des plus beaux sanctuaires de l'Histoire. Mais derrière ça il y a beaucoup de choses que tu dois savoir, Machu Picchu, L'histoire inédite, une rencontre avec 2 personnes avec un point commun : rester les premiers découvreurs de ce lieu grandiose.

La légende des frères Ayar

La plupart des histoires qu'une ville ancienne nous raconte concernent le pouvoir, les grandes décisions et les capacités fantastiques, La légende des frères Ayar nous raconte comment Manco Capac est resté le chef suprême de tout l'empire Inca.

La Légende de Manco Capac et Mama Ocllo

C'est l'histoire classique : deux personnes, un homme et une femme, une entité suprême qui les a envoyés pour peupler un grand territoire, La Légende de Manco Capac et Mama Ocllo raconte l'histoire d'un groupe ancien, les fondateurs de l'une des cultures les plus puissantes et les plus organisées : les Incas et leur empire le Tahuantinsuyo.

Signification religieuse au Machu Picchu

Le Sanctuaire est plein de symbolisme cosmique et universel, mais l'un des aspects les plus importants est leur signification religieuse au Machu Picchu, avec plusieurs manières particulières de comprendre l'univers qu'est le Machu Picchu.


HISTOIRE DU MACHU PICCHU

Au fil des ans, l'histoire du Machu Picchu continue de fasciner de nombreuses personnes, qui veulent en savoir plus sur l'empire Inca et sa culture.

La citadelle de Machu Picchu est l'un des joyaux archéologiques du monde et la destination touristique la plus importante du Pérou. Depuis sa découverte par l'archéologue américain Hiram Bingham en 1911, il n'a cessé de surprendre le monde.

Les archéologues pensent qu'il a été construit au XVe siècle par les Incas, mais son objectif principal reste un mystère. On dit qu'il était peuplé par un grand nombre d'habitants, mais seulement par des nobles, des prêtres et des “aqllas” (vierges du soleil). Il y avait aussi une population de paysans qui travaillaient les champs mais n'habitaient pas à l'intérieur de la citadelle.

La ville est divisée en 3 zones : 2 zones peuplées et le secteur agricole, qui est un vaste système de terrasses et de canaux d'irrigation. Le secteur urbain a été divisé en deux quartiers, l'un d'eux sont les temples les plus importants comme le Soleil, et la salle actuelle. Dans un autre quartier se trouvent les maisons des nobles et le couvent des « vierges du soleil ». Entre les deux quartiers se trouve un immense espace ouvert comme une place. Les environs sont magnifiques, la citadelle est construite au sommet d'une colline entourée par la rivière Urubamba et une chaîne de montagnes, et elle semble être le centre d'un anneau de montagnes.

La plus grande attraction du Machu Picchu est peut-être le niveau de développement technologique atteint par les constructeurs en architecture et en maçonnerie. Les joints des pierres dans certains environnements sont si étroits que même une épingle pourrait être insérée. La pierre la plus importante est le “Intihuatana” ou calendrier solaire, qui permettait aux Incas de connaître précisément les saisons et la météo tout au long de l'année. Cependant, beaucoup ont trouvé au Machu Picchu plus que l'histoire et les anciennes technologies, mais aussi l'énergie et la paix qui entourent tous ceux qui viennent visiter ce lieu si mystérieux.
La construction du Machu Picchu est le moment où la petite domination inca a commencé à se développer. Selon les archéologues, cette zone a été la dernière bataille qui a défini la victoire sur le Chanca, couvrant la victoire prestigieuse et a donné le pouvoir à l'Inca Pachacutec.

Pachacutec fut le premier Inca à s'étendre au-delà de la vallée de Cusco après sa victoire épique sur la Chanca. It was conducted by the expansion of Tahuantinsuyo and is recognized as the “constructor” of Cusco. This was one of his greatest works.
The origin of Machu Picchu is attributed with some certainty to Pachacutec, embattled president, who was characterized by territorial gains, and the development of religion and spirituality. From today there is archaeological studies support the theory that it was a royal hacienda destined for the worship of the gods and a challenge to the ruling skills builder.

Built as a refuge for the elite of Inca aristocracy, the fortress was located on the eastern slopes of the Vilcanota mountain range, about 80 km from Cusco, the capital of the empire. Its strategic location was chosen with admirable success. Surrounded by steep cliffs and secluded from the sight of strangers in a tangled forest, the citadel of Machu Picchu had the quality of having only one narrow entrance, allowing, if a surprise attack, be defended by a handful of warriors.

Occupied by at least three generations of Incas, Machu Picchu was abandoned in a sudden and mysterious decision. The most likely theories explain his disappearance from historical memory on the grounds that Machu Picchu was a place unknown to the lower castes and forbidden routes for anyone not part of the small circle of the Inca.

On July 24, 1911 is known as the date of its discovery, an architectural treasure had been hidden for more than four centuries under the lush countryside of the Urubamba canyon. This was found by controversial an American explorer, Hiram Bingham, who led that this impressive Sanctuary was showed to the entire world.


Colonial

Interior of one of the buildings of Machu Picchu, detail of the windows.
Photograph by Hiram Bingham, 1911

Machu Picchu was probably “abandoned” somewhere in between 1534 and 1570, years in which the Inca state faced conquest and offered some resistance. The crisis unfolded by the early years of colonial rule allowed remaining mitmas to run away from the site. By the same token, its somewhat hidden position turned Machu Picchu into an ideal shelter for escaping Spanish armies and organizing rebellion. The so-called “Incas of Vilcabamba”, the last political representatives of the declining Inca state, led first by Manco Inca and later by Túpac Amaru I , probably gathered at Machu Picchu and launched campaigns of military resistance against the invaders. When the resistance was finally repressed, Machu Picchu would have become part of the larger properties of local curacas, local leaders eventually co-opted by colonial power to collect tribute for the Spanish, but otherwise lost its original purpose.

Kitchen utensils found at the interior of buildings.
Photograph by Hiram Bingham, 1911

There is much speculation about whether the Spanish visited Machu Picchu in colonial times. Documentation about tribute from the Urubamba region includes a narrative about the “Picchu brook”, though this tribute was being collected by local encomenderos et corregidores from the neighboring town of Ollantaytambo. It is unclear whether the Spanish ever ventured themselves deeper into the Urubamba valley and found Machu Picchu. Other researchers have suggested the place was used as a rehearsal site for launchingthe campaign against “idolatry” – this is the colonial Catholic effort to extirpate pre-Columbian rites and beliefs and enforce orthodoxy – due to the archeological evidence of bonfires. Furthermore, these campaigns of extirpation of idolatries would be responsible for taking away the pre-Columbian artifacts that remained in the city after its abandonment. At any rate, whether the Spanish found Machu Picchu or not, the site never became a space for permanent colonial settlement in the way other royal estates did – such as Ollantaytambo and areas within the urban limits of Cusco city. As decades went by, references to Machu Picchu or its area became increasingly elusive and rare, to the extent that its existence was almost completely forgotten aside from a handful of local stories about a “lost city.”


Machu Picchu today

In 2007 Machu Picchu was named one of the Seven New Wonders of the World.

Machu Picchu is South America’s most visited attraction and most famous ruins, welcoming hundreds of thousands of people each year.

Increased tourism, development of nearby cities and environmental degradation continue to affect the site, which is also home to several endangered species.

As a result, the Peruvian government has taken steps to protect the ruins and prevent erosion of the mountain slope in recent years.

When you think of Machu Picchu, one of the first names that comes to mind is Hiram Bingham, but few people know who Agustín Lizárraga is, one of the Sanctuary’s unrecognized discoveries.

There are several ways to get to Machu Picchu, from luxurious private tours to low budgets.


Peru: Machu Picchu

As I climb the twisted stone staircase up the mountain, it gives me the view of Machu Picchu that I had seen in countless postcards. This spot is the best-known archaeological site on the entire South American continent. The viewpoint gives me a clear picture of the ruins – allowing me to understand their layout. But soon, the maze of staircases and structures would confuse me.

Referred to as “The Lost City of the Incas,” Machu Picchu is a ruined stone city perched in the mountains of Peru. Despite its beauty, it was abandoned for centuries. While known earlier by a few wanderers and locals, it was not revealed to the rest of the world until Hiram Bingham, while looking for a different lost city, came upon it in 1911. National Geographic brought it further into the spotlight in 1913 by dedicating an entire issue to the site.

Coming down into the bulk of the ruins, I walk along the extensive agriculture terraces that flow down the mountainside. They don’t seem to end – eventually the vegetation just thickens and pulls the terraces from my sight. The terrace system has interesting benefits that I, being more familiar with farming on plains, would not have predicted. The terraces vary in temperature as they climb the mountainside. This allowed the farmers to plant various types of crops in their ideal conditions. Also, rain directed nutrients from the higher crops to improve the soil below.

The central plaza of Machu Picchu is an open grass area that separates the residential and the ceremonial parts of the city. Llamas stroll the plaza, graze on the grass, and lie in the sun. Occasionally, one of them navigates a staircase and wanders out onto the terraces.

I enter the ceremonial area, and come upon the Temple of the Sun, a semi-circular temple made with well-worked stones. The stones interlock and hold together without using mortar. This is a common trait of Inca architecture that makes it earthquake-resistant. Inside the structure is a large altar and a trapezoidal window that is thought to have been used for astronomical observation. Below the temple is a cave called the Royal Tomb, even though no human remains have ever been found there.

I continue up a staircase past a series of ceremonial baths to a quarry. The scattered boulders seem to emphasize the incomplete nature of Machu Picchu. Despite the extensive work the Incas put into this series of mountaintop structures, they never completed the city.

There are many conflicting theories about different aspects of Machu Picchu. Archaeologists cannot agree on whether the city was abandoned before or during the Spanish conquest. Its main purpose isn’t even definite. I have been told that Machu Picchu is a former Inca vacation resort, a prison, a defensive retreat, a temple, or an Inca government city.

As I explored the ruins, I notice that many facts the tour guide suggests disagree with other explanations I have read. Most modern texts say much of the information surrounding this site is guesswork, but the tour guides tend to treat some theories as fact and ignore all the other explanations. If you want deeper knowledge, you must find some good books and do your homework.

Crossing the central plaza leads me into the residential area of the ruins. It is easy to tell that the stonework is of lower quality than what I saw in the ceremonial area. The structures are simple and domestic, making it easy to imagine people using these stone buildings as houses.

Next, I head in the direction the Temple of the Condor. In the Inca religion, the condor is the animal representative of the higher world – with the snake and puma representing the lower world and this world. After a few moments of finding the right viewing angle, I can see in the rocks a carving of a condor’s head. Behind it, large stones spread into the sky representing wings.

Machu Pichu is a large site with over one hundred staircases that can be tiring to climb. One day spent among the stones hardly seems enough – which is why I am coming back tomorrow.

If You Go:

The ruins are open all day long, but are the most crowded from 10:00 AM to 2:00 PM. Most people visit on day trips from Cuzco. If you want to see the ruins with less of a crowd, arrange to arrive early in the morning or in the late afternoon. The early buses up the mountainside can be caught by staying overnight in Aguas Calientes. Peak season is from June to August.

The historic sanctuary of Machu Picchu was recognized as a UNESCO World Heritage Site in 1983.

You can take a virtual tour of Machu Picchu online. An informative brochure is also available on the Peruvian government’s Machu Picchu website.

About the author:
Theodore Scott quit his job to travel around South America. Theodore’s website is www.theodorescott.com

Photo credits:
First Macchu Picchu photograph by Photo by Willian Justen de Vasconcellos on Unsplash
All other photos are by Theodore Scott.


History of the end of the Inca Empire

Depiction of the Spanish Conquerors in mural

According to history, the Inca Empire came to a tragic end when small pox and other diseases killed Huayna Capac and an estimated 2/3 of the population during the years 1524-26. In 1520, a Spanish fleet arrived at the Spanish colony at Panama carrying diseases from Europe previously unknown to the Americas. Before the Spanish arrived in Peru in 1532, these diseases had spread, eventually arriving to destroy the carefully organized Inca state. The empire then fell into a devastating civil war over Inca secession. Historians indicate that Machu Picchu was likely abandoned at this time because cost of maintenance was prohibitive as epidemic and war depleted the remaining male population.

Inca roads, particularly in rugged mountain areas, required continual maintenance. Rainfall in the Machu Picchu region is more than 70 inches annually. Rock slides regularly take out the modern railway and nearby roads. Cleared trails are overgrown by dense vegetation in less than a year. The main roads to Machu Picchu would have been rapidly lost without state organized maintenance.


Peru Rail | Timeline Machu Picchu

Interactive Timeline of the Inca Citadel Machu Picchu, one of the 7 Wonders of the Modern World and an unmatched sample of the Inca Culture in the Americas. In this version, part of the history of the Incas, why Machu Picchu was built and how it is today.

1200 The Beginning

Chimú and Chancay cultures are established Manco Cápac becomes the first Inca (emperor) and founds the Inca Empire.

1300 Inca Growth

The Ica-Chincha culture flourishes in central-southern Peru.

1350 The Inca Dynasty

Inca Roca (6th Inca) establishes the Cusco dynasty.

1375 Conquest of tribes

Chimú takes the Moche territory.

1438 Domain Expansion

Pachacutec, the ninth Inca, begins with the territorial expansion of the Inca empire. Cusco becomes the center of the Inca Empire.

1460 The Birth of a Wonder

Pachacútec orders the construction of Machu Picchu in the Urubamba Valley at 2430 masl, becoming an important urban and religious center. Likewise, its strategic location in the mountainous jungle served as a checkpoint of the empire with the Antisuyo.

1463 Expansion in Bolivian lands

Topa Inca, son of Pachacutec, continues the expansion of the empire to the east, reaching the Bolivian highlands.

1470 Walking South

Huayna Capac, son of Topa Inca, and his sons Huascar and Atahualpa expanded the empire to Quito in the north and, to Chile and part of Argentina in the south.

1527 Civil War

Huayna Capac dies of smallpox, after this Huascar and Atahualpa are confronted by the leadership of the empire. This confrontation is recognized as the beginning of the decline of the Inca Empire.

1532 Arrival of Spanish Forces

Huascar is killed by Atahualpa forces. At the same time, the arrival of the Spanish forces led by Francisco Pizarro takes place and the conquest of Peru begins.

1533 Collapse of the Empire

Atahualpa is accused of treason and executed by the Spaniards.

1534 Expansion of the Spanish Conquest

The Spanish invade and burn Cusco. The Inca resistance against the Spanish led by Manco Inca summons the nobles of the nearby regions to integrate their court into the exile of Vilcabamba, thus abandoning the Inca sanctuary.

1536 The Resistance

Manco Inca and his army rebel against the Spanish, take refuge in Vilcabamba and create an Inca government there. Later Manco Inca is killed and replaced by successive Sapa Incas chosen by the Spaniards.

1541 The Spanish Mutiny

The civil war between the Spanish conquerors leads to the murder of Francisco Pizarro.

1543 Empowerment of the Spanish Colony

Lima becomes the capital of the first colonial government, the Viceroyalty of Peru, which initially included territory of what is now known as Colombia, Ecuador, Bolivia, Chile and part of Argentina.

1572 The Last Inca

Tupac Amaru I, the last royal Inca, is captured and executed on the orders of Viceroy Toledo. Vilcabamba´s resistance falls and Spanish power is consolidated in the center of the Andes.

1780 Inca Revolt

Tupac Amaru II, an Indian nobleman who claims to be a descendant of the last Inca emperor, leads a failed revolt against the Spaniards.

1821 The Independence of Peru

General José de San Martín captures Lima and proclaims the independence of Peru.

1824 Defense of Independence

Peru defeats Spain and becomes the last colony in Latin America to obtain its independence.

1874 The First Tracks

Maps of the time that refer to Machu Picchu are discovered.

1911 The Eyes of the World are fixed in Machu Picchu

The American historian and explorer Hiram Bingham travels to Peru with the intention of finding the ancient Inca capital Vilcabamba. It is here when he is guided to Machu Picchu by locals. It should be noted that nine years earlier, in 1902, Agustín Lizárraga from Cusco arrived at this place, but he was not successful in making it known to the world.

1912-1915 The Wonder Study

Bingham puts Machu Picchu at the center of international attention and organizes more expeditions in 1912, 1914 and 1915 to carry out major clearings and excavations.

1981 Historic Sanctuary

Peru declares “Historic Sanctuary” an area of 325.92 square kilometers around Machu Picchu. This Sanctuary comprises the natural environment of the archaeological site, located between the Urubamba River and the cloud forest on the eastern slopes of the Peruvian Andes.

1983 World Heritage Site

UNESCO names Machu Picchu World Heritage Site, describing it as “an absolute masterpiece of architecture and a unique testimony of Inca civilization.”

1999 The Road to Machu Picchu

PeruRail begins its operations, with tourist and luxury train services that offers an unforgettable experience on the way to the wonders of Peru: Machu Picchu and Lake Titicaca.

2007 Wonder of the Modern World

On July 7 Machu Picchu is named one of the 7 New Wonders of the Modern World.

2011 Historical Debt

In March begins the return of archaeological pieces extracted by Hiram Bingham, which had been in the hands of Yale University for a century.

2011 Preservation of the Citadel

The daily number of visitors is restricted to 2,500 in order to preserve the citadel and its cultural material.


Watch the video: Machu Picchu, Peru in 4K Ultra HD (Janvier 2022).