Podcasts sur l'histoire

Elizabeth Pease

Elizabeth Pease


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Elizabeth Pease, fille de Joseph Pease et d'Elizabeth Beaumont Pease, est née à Darlington le 5 janvier 1807. Son père était un fabricant de laine et avec sa femme des quakers qui ont joué un rôle de premier plan dans les mouvements philanthropiques et humanitaires. Elizabeth a fait ses études dans une école locale puis par une gouvernante, mais ses études ont été interrompues par l'allaitement de sa mère malade décédée en 1824. (1)

Elizabeth venait d'une famille fortement impliquée dans la lutte pour la réforme sociale. Elle était apparentée à Isabella Ford et était proche de Harriet Martineau. Elizabeth a travaillé comme secrétaire de son père dans la campagne pour l'émancipation catholique, l'abolition des lois de test et la lutte contre l'esclavage. (2)

En 1824, Elizabeth Heyrick publie sa brochure Abolition immédiate et non progressive. Dans sa brochure, Heyrick militait passionnément en faveur de l'émancipation immédiate des esclaves dans les colonies britanniques. Cela différait de la politique officielle de l'Anti-Slavery Society qui croyait en une abolition progressive. Elle a appelé cela "le chef-d'œuvre même de la politique satanique" et a appelé au boycott du sucre produit dans les plantations d'esclaves. (3)

Dans le pamphlet, Heyrick s'en prenait aux "mesures lentes, prudentes et accommodantes" des dirigeants. « La perpétuation de l'esclavage dans nos colonies antillaises n'est pas une question abstraite, à trancher entre le gouvernement et les planteurs ; c'est une question dans laquelle nous sommes tous impliqués, nous sommes tous coupables de soutenir et de perpétuer l'esclavage. Le planteur antillais et les habitants de ce pays entretiennent entre eux la même relation morale que le voleur et le receleur de biens volés". (4)

William Wilberforce et d'autres dirigeants de l'Anti-Slavery Society ont été bouleversés par les vues de Heyrick et des tentatives ont été faites pour supprimer les informations sur l'existence de cette brochure. Le biographe de Wilberforce, William Hague, affirme que Wilberforce n'a pas été en mesure de s'adapter à l'idée que les femmes s'impliquent dans la politique « comme cela s'est produit près d'un siècle avant que les femmes n'obtiennent le droit de vote en Grande-Bretagne ». (5)

Elizabeth Pease et la plupart des femmes impliquées dans la campagne contre l'esclavage étaient d'accord avec Heyrick. Bien que les femmes aient été autorisées à en faire partie, elles étaient pratiquement exclues de sa direction. Wilberforce n'aimait pas le militantisme des femmes et écrivit à Thomas Babington pour protester que « pour les femmes de se rencontrer, de publier, d'aller de maison en maison en suscitant des pétitions - ces procédures me semblent inadaptées au personnage féminin tel que défini dans les Écritures ». (6)

Le 8 avril 1825, Lucy Townsend a tenu une réunion à son domicile pour discuter de la question du rôle des femmes dans le mouvement anti-esclavagiste. Townsend, Elizabeth Heyrick, Mary Lloyd, Sarah Wedgwood, Sophia Sturge et les autres femmes présentes à la réunion ont décidé de former la Birmingham Ladies Society for the Relief of Negro Slaves (plus tard, le groupe a changé son nom en Female Society for Birmingham). (7) Le groupe « a fait la promotion du boycott du sucre, ciblant les magasins ainsi que les acheteurs, visitant des milliers de foyers et distribuant des tracts, convoquant des réunions et tirant des pétitions ». (8)

La société qui était, dès sa fondation, indépendante à la fois de la Société nationale anti-esclavagiste et de la société anti-esclavagiste masculine locale. Comme Clare Midgley l'a souligné : « Il a agi comme la plaque tournante d'un réseau national en développement de sociétés anti-esclavagistes féminines, plutôt que comme un auxiliaire local. Il avait également d'importantes connexions internationales et une publicité sur ses activités dans le périodique abolitionniste de Benjamin Lundy. Le génie de l'émancipation universelle influencé la formation des premières sociétés féminines anti-esclavagistes en Amérique". (9)

Elizabeth Pease a formé un groupe de femmes à Darlington. D'autres groupes ont été créés à Nottingham (Ann Taylor Gilbert), Sheffield (Mary Anne Rawson, Mary Roberts), Leicester (Elizabeth Heyrick, Susanna Watts), Glasgow (Jane Smeal), Norwich (Amelia Opie, Anna Gurney), Londres (Mary Anne Schimmelpenninck, Mary Foster) et Chelmsford (Anne Knight). En 1831, soixante-treize de ces organisations de femmes faisaient campagne contre l'esclavage. (dix)

Elle soutint la campagne pour le Reform Act de 1832 qui permit à Joseph Pease de devenir le premier membre quaker britannique à la Chambre des communes. Cependant, contrairement à la plupart des réformateurs de la classe moyenne, Elizabeth n'était pas satisfaite de cette mesure et avec son amie proche, Anne Knight, est devenue une partisane de la campagne pour le suffrage universel.

La Loi sur l'abolition de l'esclavage a été adoptée le 28 août 1833. Cette loi a donné à tous les esclaves de l'Empire britannique leur liberté. Le gouvernement britannique a versé 20 millions de livres sterling de compensation aux propriétaires d'esclaves. Le montant que recevaient les propriétaires de plantations dépendait du nombre d'esclaves qu'ils possédaient. Par exemple, Henry Phillpotts, l'évêque d'Exeter, a reçu 12 700 £ pour les 665 esclaves qu'il possédait. (11)

Pease s'est associée à son amie Jane Smeal de Glasgow pour faire campagne pour le suffrage universel. Smeal a souligné: "Les femmes de cette ville qui ont beaucoup de loisirs pour des objets philanthropiques sont je crois très nombreuses - mais malheureusement ce n'est pas la classe qui prend une part active à la cause ici - ni les nobles, les riches, ni les savants se trouvent à défendre notre cause. Nos abonnés et membres les plus efficaces sont tous dans les classes moyennes et ouvrières, mais ils ont un grand zèle et travaillent très harmonieusement ensemble. » (12)

En mars 1838, Elizabeth et Jane Smeal ont publié une brochure, Discours aux femmes de Grande-Bretagne, où ils ont exhorté les femmes à organiser des associations politiques féminines. Elle a favorisé les liens entre les sociétés anti-esclavagistes féminines en Grande-Bretagne et aux États-Unis, et elle est devenue l'un des principaux promoteurs britanniques de l'aile radicale du mouvement dirigée par William Lloyd Garrison. Pease s'est également engagé dans une vaste correspondance avec les abolitionnistes américains. (13)

Elizabeth Pease a assisté à la Convention mondiale contre l'esclavage qui s'est tenue à Exeter Hall à Londres, en juin 1840, mais en tant que femme, la permission de parler a été refusée. Cependant, elle en profite pour rencontrer des abolitionnistes américains, comme Lucretia Mott et Elizabeth Cady Stanton. Mott a commenté plus tard que Pease était « une belle fille d'apparence noble ». (14)

Anne Knight a pris conscience que l'artiste, Benjamin Robert Haydon, avait commencé un portrait de groupe de ceux qui sont impliqués dans la lutte contre l'esclavage. Elle a écrit une lettre à Lucy Townsend pour se plaindre du manque de femmes dans la peinture. "Je suis très soucieux que le tableau historique actuellement entre les mains de Haydon ne soit pas exécuté sans que la principale dame de l'histoire soit là, en justice pour l'histoire et la postérité, la personne qui a créé (les groupes anti-esclavagistes féminins). Vous avez autant le droit d'être là comme Thomas Clarkson lui-même, et peut-être plus, sa réussite était dans la traite des esclaves ; le tien était l'esclavage lui-même le mouvement omniprésent." (15)

Lorsque la peinture a été achevée, elle comprenait Elizabeth Pease. Clare Midgley, l'auteur de Les femmes contre l'esclavage (1995) souligne qu'il mettait également en vedette Mary Anne Rawson, Amelia Opie et Annabella Byron : « Le portrait de groupe de Haydon est exceptionnel en ce qu'il enregistre l'existence de militantes. La plupart des autres monuments commémoratifs ne l'ont pas fait. pour compléter celles de William Wilberforce, Thomas Clarkson et d'autres dirigeants masculins du mouvement... Dans les mémoires écrites de ces hommes, les femmes ont tendance à apparaître comme des épouses, des mères et des filles utiles et inspirantes plutôt que comme des militantes à part entière. (16)

Elizabeth Pease était une ardente défenseure de l'engagement des femmes en politique. Elle a écrit à son ami, John Collins : « Je crois qu'il y a peu de personnes dont les sentiments naturels sont aussi opposés aux femmes apparaissant en évidence devant le public, comme le mien - mais vu à la lumière des principes que je vois, les préjugés - la coutume et d'autres sentiments qui ne résisteront pas à l'épreuve de la vérité, sont au fond et doivent être mis de côté." (17)

En 1842, Elizabeth Pease devient chartiste : « Je crois que les chartistes soutiennent généralement la doctrine de l'égalité des droits des femmes - mais, je ne sais pas s'ils ne considèrent pas que lorsqu'elle se marie, elle fusionne ses droits politiques avec ceux de son mari. ." (18) Elle militait passionnément pour la réforme sociale : « Le grand principe de l'égalité naturelle de l'homme - un principe hélas presque enfoui, dans la terre, sous les ordures d'une aristocratie héréditaire et la force d'une religion d'État. presque au désespoir de ceux qui considèrent qu'ils ne sont que des biens mobiliers faits pour servir leur luxe et ajouter à leur richesse." (19)

Elizabeth Pease a épousé le 6 juillet 1853 le Dr John Pringle Nichol, professeur regius d'astronomie à l'Université de Glasgow. Il était presbytérien et Elizabeth a été désavouée par la Society of Friends pour « mariage ». Pease quitta la maison familiale de Darlington pour vivre avec son mari à Glasgow jusqu'à sa mort en 1859. Elizabeth était membre de la Peace Society et la Temperance Society participa également à la campagne anti-vivisection. Elle a publiquement soutenu la lutte des femmes pour obtenir une formation médicale à l'Université d'Édimbourg ; elle est devenue membre du comité d'Édimbourg de la Ladies' Educational Association. (20)

En février 1880, Elizabeth assista à la Grande Manifestation des Femmes au Free Trade Hall de Manchester. Elle a fait remarquer que certains de ses amis la considéraient comme « pas élégante » et « vulgaire » parce qu'elle était une partisane du suffrage universel. Elizabeth a également signé la "Lettre des dames aux membres du Parlement", demandant l'inclusion des femmes chefs de famille dans la loi de réforme de 1884. (21)

Elizabeth Pease Nichol, est décédée à l'âge de 90 ans, le 3 février 1897 à son domicile, Huntly Lodge, à Édimbourg, et a été enterrée le 8 février aux côtés de son mari au cimetière de Grange.

Les femmes de cette ville qui ont beaucoup de loisir pour des objets philanthropiques sont je crois très nombreuses - mais ce n'est malheureusement pas la classe qui prend une part active à la cause ici - ni les nobles, ni les riches, ni les savants ne se trouvent en notre cause. Nos abonnés et membres les plus efficaces sont tous dans les classes moyennes et populaires mais ils ont un grand zèle et travaillent très harmonieusement ensemble.

Je crois qu'il y a peu de personnes dont les sentiments naturels sont aussi opposés à ce que les femmes apparaissent en évidence devant le public, comme les miens - mais vus à la lumière des principes que je vois, les préjugés - les coutumes et autres sentiments qui ne résisteront pas à l'épreuve de la vérité, sont en bas et doit être mis de côté.

Le grand principe de l'égalité naturelle de l'homme, principe hélas presque enfoui, dans la terre, sous les décombres d'une aristocratie héréditaire et la force d'une religion d'État. Les travailleurs sont poussés presque au désespoir par ceux qui considèrent qu'ils ne sont que des biens mobiliers faits pour servir leur luxe et ajouter à leur richesse.

Simulation du travail des enfants (Notes pour l'enseignant)

Richard Arkwright et le système d'usine (commentaire de réponse)

Robert Owen et New Lanark (Réponse Commentaire)

James Watt et Steam Power (Réponse Commentaire)

Le système domestique (Réponse Commentaire)

Les Luddites : 1775-1825 (Réponse Commentaire)

Le sort des tisserands à la main (commentaire de réponse)

Le transport routier et la révolution industrielle (Réponse Commentaire)

Développement précoce des chemins de fer (Réponse Commentaire)

(1) Clare Midgley, Elizabeth Pease Nichol : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(2) Elizabeth Crawford, Le mouvement pour le suffrage des femmes : un guide de référence 1866-1928 (2000) page 462

(3) Stephen Tomkins, Guillaume Wilberforce (2007) page 206

(4) Elisabeth Heyrick, Abolition immédiate et non progressive (1824)

(5) Guillaume La Haye, William Wilberforce : La vie du grand militant du commerce anti-esclavagiste (2008) page 487

(6) William Wilberforce, lettre à Thomas Babington (31 janvier 1826)

(7) Adam Hochschild, Enterrer les chaînes : la lutte britannique pour abolir l'esclavage (2005) page 326

(8) Stephen Tomkins, William Wilberforce (2007) page 208

(9) Claire Midgley, Lucy Townsend : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(10) Richard Reddie, Abolition! La lutte pour l'abolition de l'esclavage dans les colonies britanniques (2007) page 214

(11) Jack Gratus, Le grand mensonge (1973) page 240 (12)

(12) Jane Smeal, lettre Elizabeth Pease (mai 1836)

(13) Clare Midgley, Elizabeth Pease Nichol : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(14) Elizabeth Crawford, Le mouvement pour le suffrage des femmes : un guide de référence 1866-1928 (2000) page 463

(15) Anne Knight, lettre à Lucy Townsend (20 septembre 1840)

(16) Claire Midgley, Les femmes contre l'esclavage (1995) page 2

(17) Elizabeth Pease, lettre à John Collins (14 décembre 1840)

(18) Elizabeth Crawford, Le mouvement pour le suffrage des femmes : un guide de référence 1866-1928 (2000) page 463

(19) Elizabeth Pease, lettre à Anne Phillips (29 septembre 1842)

(20) Claire Midgley, Elizabeth Pease Nichol : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(21) Elizabeth Crawford, Le mouvement pour le suffrage des femmes : un guide de référence 1866-1928 (2000) page 463


Histoires-Entreprises.com

Adresse:
71, chemin Clinton
Garden City, New York 11530
ETATS-UNIS.

Téléphone : (516) 741-3200
Télécopieur : (516) 747-7476

Statistiques:

Filiale à 100 % d'Esselte AB
Incorporation : 1882 sous le nom de Charles S. Jonas and Brother
Employés : 1 426
Ventes : 300 millions de dollars
SIC : 2675 Papier découpé et carton et carton 2782 Cahiers vierges, classeurs à feuilles mobiles et dispositifs d'ampli

Esselte Pendaflex Corporation est l'un des plus anciens fabricants américains de fournitures de classement de bureau et un leader du marché nord-américain. La société fabrique des produits de classement général et des fournitures de classement, des systèmes et des fournitures d'étiquetage, des couvertures et des portefeuilles de rapports, des livres reliés, des reliures et des fournitures à feuilles mobiles, des accessoires de bureau en plastique et des systèmes et fournitures de reliure de documents. Bien connue pour sa marque Oxford de fournitures de classement et pour ses dossiers suspendus Pendaflex, Esselte Pendaflex commercialise également d'autres marques leaders telles que Boorum & Pease, Amberg et Dymo. Environ 90 pour cent des produits de la société sont fabriqués dans ses propres installations de production à Syracuse, New York Parsippany, New Jersey Union, Missouri Los Angeles, Californie et d'autres villes américaines, ainsi qu'à Toronto, Canada. Propriété de la société suédoise Esselte AB, l'un des trois plus grands fournisseurs de produits de bureau au monde, Esselte Pendaflex représente environ 17 % des ventes de sa société mère. Esselte Pendaflex commercialise principalement aux États-Unis et au Canada, bien que sa présence sur le marché mexicain augmente. Un petit pourcentage des ventes de l'entreprise comprend des exportations vers les Caraïbes, l'Amérique du Sud et centrale, le Moyen-Orient et l'Asie.

La société a été fondée à Manhattan en 1882 par deux frères, Charles S. Jonas et Richard A. Jonas. Leur société, Charles S. Jonas and Brother, a d'abord opéré dans le domaine spécifique de la linéature papier, fournissant le service de lignes de linéature sur papier fourni par ses clients. Après le tournant du siècle, les entreprises ont commencé à conserver des fichiers à l'aide de fiches et de chemises de classement, et Charles S. Jonas et Brother ont commencé à fabriquer ces articles. Il s'agissait de la première entreprise de l'entreprise à fabriquer ses propres produits. La gamme de produits, d'abord limitée aux fiches et aux guides, s'élargit progressivement et les ventes commencent à couvrir un territoire plus vaste. La société a été rebaptisée Record Card Company en 1909, reflétant la nouvelle tendance de fabrication.

En 1918, la Record Card Company a enregistré pour la première fois le nom de marque Oxford. Le succès d'Oxford a conduit l'entreprise à changer son nom en 1921 en Oxford Filing Supply Company. L'entreprise a continué à se spécialiser dans les fournitures de classement, introduisant de nombreux nouveaux articles qui ont contribué à la croissance de l'industrie du classement. En 1929, la société a commencé à fabriquer des enveloppes extensibles et a introduit la commodité des étiquettes de dossiers en rouleaux, ainsi que des fichiers de transfert en carton ondulé dans un style tiroir. L'avancée la plus significative de l'entreprise, cependant, était le dossier suspendu Oxford Pendaflex. C'était la pochette de classement désormais familière qui s'accrochait sur les côtés d'un tiroir classeur. Des dossiers plus petits placés à l'intérieur du dossier suspendu ont permis de subdiviser facilement le tiroir. L'entreprise a qualifié son dossier suspendu Pendaflex de plus grand développement en matière de classement depuis l'évolution du dossier de classement. Le Pendaflex a considérablement enrichi la gamme de produits Oxford.

Oxford Filing Supply a progressivement étendu ses opérations au-delà des environs de New York, établissant une base dans le Midwest en 1934, avec une usine à St. Louis. Son usine principale a déménagé en 1948 de Brooklyn à Garden City, New York. La société a construit une usine de fabrication sur la côte ouest en 1953 à Los Angeles, et les usines de St. Louis et de Los Angeles ont été agrandies à plusieurs reprises dans les années 1960. Pendant cette période également, la société a ouvert de nouvelles installations à Augusta, en Géorgie, et à East Rutherford, dans le New Jersey, tout en établissant une division d'équipement à Long Island, qui a ensuite déménagé dans des locaux plus grands à Moonachie, dans le New Jersey.

Oxford Filing Supply Company a changé de nom en 1969 pour refléter sa marque leader, et la société est devenue Oxford Pendaflex Corporation. Les affaires ont continué de croître et, au début des années 1970, Oxford Pendaflex a agrandi ses installations du New Jersey, du Missouri, de la Géorgie et de la Californie. En 1976, la société possédait des filiales au Mexique, au Costa Rica et au Venezuela, employait 1 200 personnes et disposait d'une organisation de commercialisation fournissant environ 5 500 revendeurs et 60 grossistes aux États-Unis et au Canada.

L'organisation commerciale nord-américaine complète de l'entreprise était un atout attrayant et, en 1976, la société suédoise de fournitures de bureau Esselte AB a fait une offre lucrative pour Oxford Pendaflex. Les actions d'Oxford Pendaflex se négociaient à la Bourse de New York entre 13 $ et 14 $ par action, et Esselte a offert 23 $ par action pour reprendre la société américaine. Les deux sociétés ont annoncé un accord en mars et Oxford Pendaflex a rejoint le groupe Esselte Business Systems de la société suédoise. Esselte était une entreprise beaucoup plus grande qu'Oxford Pendaflex, avec un chiffre d'affaires d'environ 350 millions de dollars en 1975, contre environ 60 millions de dollars pour l'entreprise américaine. Esselte est née en Suède en 1913 de la fusion de dix petites imprimeries.La société s'est étendue aux fournitures et équipements de bureau, qu'elle commercialisait à l'échelle internationale, et en Suède, la société s'est également engagée dans l'impression, l'édition et l'emballage de consommation. Esselte entame une vague d'acquisitions en 1974, rachetant onze sociétés dont une en Allemagne de l'Ouest, une en Angleterre et une autre au Brésil, avant de racheter Oxford Pendaflex en 1976. Esselte s'était positionnée comme l'une des premières sociétés mondiales d'équipement de bureau, et elle était prêt à payer le prix fort pour Oxford Pendaflex afin d'accéder au marché américain et canadien.

Les ventes ont augmenté dans les années qui ont suivi le rachat, atteignant près de 75 millions de dollars en 1978. Cette année-là, Oxford Pendaflex, soutenu par la société mère Esselte, a racheté la société californienne Dymo Industries, bien connue pour son équipement d'étiquetage Dymotape. Dymo a réalisé un chiffre d'affaires de près de 210 millions de dollars et plus de la moitié de ses ventes provenaient d'activités à l'étranger. Esselte AB a déjà distribué une partie de la gamme Dymo en Europe et a déboursé 43,5 millions de dollars pour l'entreprise. Bien que Dymo ait initialement résisté à la prise de contrôle, en juillet 1978, Oxford Pendaflex contrôlait 94 % des actions de Dymo. Oxford a repris les gammes de produits Dymo, qui comprenaient les livres comptables Ideal et le système d'adressage Sten-C-Labl en plus de Dymotape.

L'année suivante, Oxford Pendaflex a changé son nom pour Esselte Pendaflex Corporation et a continué à se développer grâce à des acquisitions. En 1981, Esselte Pendaflex a repris l'exploitation de la division d'évaluation des prix de sa société mère aux États-Unis en s'intégrant à la filiale d'Esselte Esselte Meto. Esselte Meto avait été formé à partir des opérations d'évaluation des prix de Dymo et de celle d'une acquisition de 1980, Primark. La société Boorum & Pease Company, basée à Elizabeth, dans le New Jersey, a été l'ajout majeur suivant à la société Boorum & Pease en 1985. livres et reliures à feuilles mobiles. La société avait des revenus de 70 millions de dollars en 1985, et Esselte Pendaflex a payé 40 millions de dollars pour cela. Cette année-là, Esselte Pendaflex a également acquis une entreprise de Los Angeles appelée Universal Paper Goods. Cette entreprise possédait une entreprise sur la côte ouest qui fabriquait des chemises de commande personnalisées et des fournitures de bureau.

Esselte Business Systems, dont Esselte Pendaflex était une division, a poursuivi sa croissance par acquisition. La société a racheté neuf entreprises rien qu'en 1987, avec un chiffre d'affaires annualisé total d'environ 85 millions de dollars. Les trois divisions d'Esselte Business Systems, qui comprenaient Esselte Pendaflex pour les fournitures de bureau, une division spécialisée dans les fournitures d'arts graphiques et une division de fournitures de détail, ont enregistré des ventes et des bénéfices records en 1987. Esselte Pendaflex a également nommé un nouveau président cette année-là, Theodore V Kachel.

Au début des années 90, cependant, le marché américain des fournitures de bureau s'est considérablement affaibli. La société mère Esselte AB a été contrainte de mettre en place un plan de réduction des coûts rigoureux qui comprenait de grandes périodes de licenciements en 1990 et 1991, afin de compenser la détérioration des conditions du marché aux États-Unis, ainsi que sur certains marchés européens. Les ventes d'Esselte Pendaflex ont fortement chuté entre 1989 et 1990, et les revenus sont restés relativement stables au cours des années suivantes. Le résultat d'exploitation a également considérablement diminué entre 1989 et 1990 et, en 1993, la société a enregistré une perte.

Les difficultés de l'entreprise ont été attribuées en partie à l'évolution du marché nord-américain des fournitures de bureau dans son ensemble. La distribution est devenue plus concentrée au fur et à mesure que les magasins se sont consolidés par le biais de fusions et d'acquisitions et que de nouveaux magasins à grande surface sont devenus des acteurs plus importants. La concurrence était intense entre les grands distributeurs et les prix dans l'ensemble ont été contraints à la baisse. En 1993, Esselte Pendaflex avait un plus petit bassin de clients que les années précédentes, bien que les clients dans l'ensemble étaient plus importants. Un autre changement sur le marché réside dans la diminution du nombre de cols blancs au sein des grandes entreprises. Et bien que davantage de personnes travaillaient à domicile, avec environ 39 millions de bureaux à domicile en 1992, cela n'a pas totalement compensé la perte de travailleurs en entreprise.

Esselte Pendaflex était consciente de ces conditions changeantes et a pris des mesures pour suivre le rythme. Cependant, les coûts d'exploitation de l'entreprise étaient très élevés au début des années 90 et nombre de ses produits avaient de faibles marges bénéficiaires. Cela a entraîné une baisse décevante des revenus. La société a nommé un nouveau président de division en avril 1993, Alan Wood. Sa mission était de réorganiser l'entreprise pour la rentabilité. Esselte Pendaflex prévoyait d'effectuer des transitions majeures en 1993 et ​​1994. Malgré les récents changements sur le marché, l'entreprise voyait toujours des opportunités de croissance et prévoyait une amélioration de la rentabilité au cours des années à venir.

Dullforce, William, « Esselte achète le contrôle d'Oxford Pendaflex », Financial Times, 31 mars 1976, p. 28.
"Dymo's Defence", Business Week, 29 mai 1978, p. 36.
"La filiale d'Esselte AB définit une offre de 40 millions de dollars pour Boorum & Pease", Wall Street Journal, 28 juin 1985, p. 26.
"Esselte AB", Wall Street Journal, 26 juin 1991, p. A6.
"Esselte Business Systems Inc.," Barron's, 22 février 1988, p. 56.
« Esselte Business Systems Inc. », Wall Street Journal, 4 mai 1988, p. 30.
"Esselte Business Systems porte l'émission initiale à 3 millions d'actions", Wall Street Journal, 22 août 1984, p. 38.
Lascelles, David, « Offre publique d'achat suédoise sur Dymo Inds », Financial Times, 16 mai 1978, p. 35.
"Oxford Pendaflex Merger Pact Signed," Journal of Commerce, 31 mars 1976, p. 4.
« Profils d'expéditeurs : Esselte Pendaflex Corp. », Commerce mondial, octobre 1991, p. 40.
"Sweden's Esselte AB va acheter le reste de sa filiale américaine", Wall Street Journal, 9 novembre 1989, p. A8.

Source : Répertoire international des histoires d'entreprises, Vol. 11. St. James Press, 1995.


Elizabeth Pease - Histoire


2.1.2.2.3.4.4.3 Thomas F. (John D., John, John, Samuel, John, James, John), fils de John D. et Sophronia (Lambert) Pease b. 1836 m. 30 avril 1866 à Tisbury, MA, Sarah P. Vincent, 18 ans. Elle était la fille de Jared Vincent [2.7.2.3.1.4] n. 12 décembre 1807 à Edgartown, et Eliza L. Manter. Jared et Eliza se sont mariés (int.) le 19 avril 1834. Thomas Pease a reçu des documents de protection du marin le 3 août 1852, le décrivant comme mesurant cinq pieds deux pouces, le teint foncé, les cheveux bruns, les yeux bruns. Il mesurait cinq pouces de plus lorsqu'une deuxième série de papiers a été publiée le 3 juillet 1857. Enfants de Thomas F. et Sarah P. (Vincent) Pease nés à Chilmark, MA :

2.1.2.2.3.4.4.3.1 Lydia Stephen b. 09 juillet 1870 d.
2.1.2.2.3.4.4.3.2 Ethel b. 08 mars 1877 d.
2.1.2.2.3.4.3.3 Thomas Franklin b. 02 août 1880 d. 30 janvier 1968 Oak Bluffs, MA
2.1.2.2.3.4.3.4 Alice B. b. 10 septembre 1884 d. 05 novembre 1885 Chilmark, MA
2.1.2.2.3.4.3.5 Leroy M. b. 31 août 1886 d. 22 août 1890 Chilmark, MA

Enfants du capitaine Peter (Peter, Peter, Joseph, Matthew, James, John) et Sarah Allen (Dunham) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.1.4.2.5.1.2.1 William Allen Pease b. 24 août 1820 m. Le 6 mai 1847 à Dorchester, MA, Mary Ann Tolman b. le 10 juin 1828 à Dorchester, MA d. 09 novembre 1913 d'une myocardite à Boston. Elle était la fille de William Tolman b. le 1er avril 1796 à Dorchester, et Mary Hill b. à Brighton, MA. Enfants de William Allen et Mary Ann (Tolman) Pease nés à Edgartown, MA :

2.1.4.2.5.1.2.1.1 Margaret Tolman b. 6 mars 1848 d.
2.1.4.2.5.1.2.1.2 Julia M. b. 04 août 1851 d.
2.1.4.2.5.1.2.1.3 Abby Frances b. 21 avril 1853 d. 09 juil. 1930 Newton, MA
2.1.4.2.5.1.2.1.4 Mariana b. 24 septembre 1855 d.
2.1.4.2.5.1.2.1.5 Elizabeth Harriet b. 10 novembre 1857 d. 13 février 1936 Newton, MA

2.1.4.2.5.1.2.2 Peter Pease b. 15 avril 1822 d. 14 mars 1877 d'une maladie cardiaque à Edgartown m. (1) 04 février 1843 à Stonington, CT, Maria Norton d. 25 janvier 1846 de consommation à Edgartown. Un enfant de Peter et Maria (Norton) Pease né à Edgartown, MA :

2.1.4.2.5.1.2.2.1 Sarah M. b. 1846 d.

Peter Pease m. (2) 10 août 1851 à Edgartown, Abbie Frances Tanner b. 26 juillet 1827 à Phoenix, Rhode Island d. le 14 mars 1897 d'un cancer à Edgartown. Elle était la fille de John B. et Sarah (Gardner) Tanner. de Phénix. Enfants de Peter et Abbie Frances (Tanner) Pease, 1 né à Phoenix, RI, autres nés à Edgartown, MA :

2.1.4.2.5.1.2.2.2 Addie J. b. 1854 d.
2.1.4.2.5.1.2.2.3 Frédéric E. b. 25 janvier 1857 d. 31 mars 1916 Edgartown, MA
2.1.4.2.5.1.2.2.4 Byron E. b. 19 juin 1862 d. 18 janvier 1946 Nantucket, MA
2.1.4.2.5.1.2.2.5 Lillean E. b. 19 mars 1867 d.

Enfants de Joseph Fitch (Matthew, Elijah, Matthew, Matthew, James, John) et Lydia C. (Earl) Pease nés à Nantucket, Massachusetts :

2.1.4.6.3.1.1.2 Henry Pease b. 1824 m. Juillet 1851 à Nantucket, Eunice B. Winslow. Elle était la fille de George et Love Cartwright (Barnard) Winslow, qui se sont mariés le 3 juin 1828 à Nantucket.

2.1.4.6.3.1.1.5 George W. F. Pease b. 1837 d. 18 janvier 1859 à Nantucket m. 19 septembre 1858 à Nantucket, Mary Ingraham Clark b. 21 juin 1840 à Nantucket. Elle était la fille de Charles A. Clark b. 01 juillet 1799 à Nantucket, et sa seconde épouse, Sarah Gardner b. 02 juillet 1810. Charles et Sarah se sont mariés le 13 mai 1830 à Nantucket. George Pease était tailleur. Un enfant de George W. F. et Mary Ingraham (Clark) Pease né à Nantucket, MA :

2.1.4.6.3.1.1.5.1 Joseph H. b. 19 septembre 1858 d.

Mary Ingraham (Clark) Pease m. (2) 04 juillet 1886, comme sa troisième épouse, Mark J. Worcester, un opticien âgé de 59 ans b. à Andover, MA.

Enfants de Matthew (Matthew, Elijah, Matthew, Matthew, James, John) et Sarah Noyes (Pease) Pease nés à Nantucket, Massachusetts :

2.1.4.6.3.1.3.1 Coffin Fitch Pease b. septembre 1825 m. 01 juillet 1852 à Nantucket, Mary C. Eldridge b. à Falmouth, MA. Elle était la fille de Thomas et Hannah (Swinerton) Eldridge. Enfants de Coffin Fitch et Mary C. (Eldridge) Pease nés à Nantucket, MA :

2.1.4.6.3.1.3.1.1 Frédéric A. b. 20 juillet 1855 d.
2.1.4.6.3.1.3.1.2 Henri A. b. 20 juillet 1855 d. 05 mars 1858 Nantucket, MA

Mary C. (Eldridge) Pease m. (2) 1er octobre 1885 à Nantucket, en tant que seconde épouse, Thomas Childs, 64 ans.

2.1.4.6.3.1.3.2 Matthew Pease b. 1828 m. 01 juillet 1852 à Nantucket, Harriet N. Fisher b. vers 1827 à Nantucket. Elle était la fille de Lemuel et Martha (Jones) Fisher. Également connue sous le nom de Hannah, elle m. (2) 16 octobre 1879 à Nantucket, Gershom Phinney 54 ans b. à Sandwich, MA. Il était le fils de Gershom et de Martha (Swift) Phinney.

Enfants de Matthew (Abraham, Elijah, Matthew, Matthew, James, John) et Susan Maria (Boyden) Pease nés à Boston, MA :

2.1.4.6.3.11.2 Frank Walter Pease b. 08 mars 1853 m. 08 février 1876 à Boston, Francina L. Smith âgée de 25 ans n. à Hampden, MA. Elle était la fille d'Ames et de Judith Smith.

2.1.4.6.3.11.3 Addie K. Pease b. 1855 m. 10 octobre 1877 à Boston, Edward H. Frye âgé de 28 ans n. En Angleterre. Il était relieur et fils d'Edward et Mary Frye.

2.1.4.6.3.11.4.4 Wesley Fletcher (Benjamin F., Abraham, Elijah, Matthew, Matthew, James, John), fils de Benjamin F et Betsey G. (Patterson) Pease b. 23 juillet 1859 à Nantucket, MA d. 16 janvier 1943 d'une myocardite chronique à Newton, MA Bur. avec sa femme au cimetière St. Joseph, Boston m. 18 novembre 1890 à Newton, MA, Ann W. Howley b. à Saint-Sylvestre, Québec, Canada d. 30 septembre 1939 à l'âge de 77 ans d'un cancer de l'estomac à Newton. Elle était la fille de John et Anne (Percy) Howley de Québec. Un enfant de Wesley Fletcher et Ann W. (Howley) Pease né à Newton, MA :

2.1.4.6.3.11.4.4.1 Jean Benjamin b. 19 octobre 1893 d.

2.1.5.5.3.7.2.2 Lydia Weeks Pease b. 07 sept. 1828 m. Le 14 novembre 1848 à Tisbury, Josiah H. Vincent b. 14 mars 1823. Il était le fils de William Sanford Vincent b. 10 mars 1795 à Tisbury d. 06 janvier 1881, et Hannah Look b. 16 mai 1801. William S. était représentant à l'Assemblée législative du Massachusetts et juge de paix. Lui et Hannah se sont mariés le 28 février 1820 à Tisbury.

2.1.5.5.3.7.2.3 Joanna Pease b. 03 mars 1830 d. 26 novembre 1905 à Tisbury Bur. avec son mari au cimetière de Lambert's Cove à W. Tisbury m. 20 octobre 1850 à Tisbury, par Ebenezer Chase, à Wendell Luce b. 16 décembre 1817 à Chilmark, MA d. 20 juillet 1893 à Tisbury. Il était le fils d'Ebenezer Luce b. le 10 mai 1785 à Tisbury, et Mary Ann Joseph b. le 23 novembre 1797 à Tisbury d. 23 septembre 1881 sur No Man's Land, MA. Ebenezer et Mary Ann se sont mariés le 7 décembre 1815.

2.1.5.5.3.7.2.4 William Luce Pease b. 07 avril 1833 d. 02 janvier 1914 d'une hémorragie cérébrale dans la fraise W. Tisbury. dans le cimetière de Lambert's Cove m. 07 janvier 1856 à Fairhaven, MA par B. L. Bachelor, ministre de l'Évangile, à Nancy Cleveland Pease [2.1.5.5.3.9.6.1] b. 18 octobre 1837 à Fairhaven d. 01 juin 1913 à W. Tisbury. Elle était la fille de John et Elizabeth E. (Dyer) Pease. Enfants de William Luce et Nancy Cleveland (Pease) Pease nés à Tisbury, MA :

2.1.5.5.3.7.2.4.1 Henry Stetson b. 17 janvier 1858 d. 26 juillet 1875 Tisbury, MA
2.1.5.5.3.7.2.4.2 Nancy William b. 15 novembre 1862 d.
2.1.5.5.3.7.2.4.3 George Sherburn b. 26 avril 1867 d. 04 mai 1886 Tisbury, MA
2.1.5.5.3.7.2.4.4 William Henry b. 20 avril 1877 d. 12 juillet 1909 W. Tisbury, MA
2.1.5.5.3.7.2.4.5 Henry S. b. 20 avril 1877 d.


Enfants de Henry A. (Salathiel, Benjamin, Benjamin, Benjamin, David, John) et Mary A. (Fisher) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.4.2.3.1.2 Henry A. Pease Jr. b. 1822 d. 12 octobre 1892 d'une maladie cardiaque à Edgartown m. le 30 mars 1851 à Edgartown, par le révérend Charles G. Hatch à Phebe Ann Smith b. 28 avril 1828 d. 11 novembre 1900 d'une hémorragie cérébrale à Edgartown. Elle était la fille de Holmes W. et Sophia (Coffin) Smith. Holmes et Sophia se sont mariés le 19 août 1823 à Edgartown. Henry A. Pease Jr. était le capitaine du navire de 340 tonnes, le Planter of Nantucket. Le 19 mai 1852, le navire a navigué vers les zones de chasse à la baleine du Pacifique et est arrivé sur l'île St. Augustine le 18 août 1853. Le capitaine Pease dans son journal décrivait les indigènes de l'île, leur habitude et leur tenue vestimentaire, ainsi que certaines des cérémonies auxquelles ils l'invitaient. et son équipage à se joindre. Le navire est revenu à Edgartown le 7 août 1856 avec 1 300 barils d'huile de sperme et 100 barils d'huile de baleine. Il était également capitaine du navire Menkar lors de son voyage entre le 16 août 1851 et le 06 avril 1854, capitaine du navire Cambria lors de son voyage entre le 12 septembre 1854 et le 29 avril 1858, et la barque Mattapoisett , lors de son voyage entre 27 mai 1878 et 7 septembre 1879. Phebe Ann a navigué avec son mari sur le Cambria lorsqu'il a navigué le 5 octobre 1858. Elle a quitté le navire après trois ans, retournant à Martha's Vineyard pour que sa fille Grace naisse en Nouvelle-Angleterre. Le Cambria revint le 25 novembre 1862. Dans le salon de la maison Pease, était accrochée une peinture très appréciée du navire, réalisée par un artiste chinois en Orient. Selon une nièce, la cheminée dans la même pièce n'a jamais été allumée, afin de garder les cendres du tableau vénéré. Enfants de Henry A. et Phebe Ann (Smith) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.4.2.3.1.2.1 Henry Holmes b. 26 janvier 1852 d. 02 mars 1933 Oak Bluffs, MA
2.4.1.4.2.3.1.2.2 Grâce S. b. 26 juillet 1861 d. 30 juillet 1876 Edgartown, MA

2.4.1.4.2.3.1.3 Lois Neal Pease b. 30 octobre 1823 d. 13 juin 1904 m. 18 février 1846 à Edgartown, Charles Edward Starbuck b. 03 mai 1816 à Nantucket, MA d. 30 mai 1863. Il était le fils de Charles Starbuck b. 17 février 1786 à Nantucket d. le 21 mars 1825 au large des côtes du Brésil, et Eliza Allen b. 02 décembre 1789 à Nantucket d. 20 février 1864. Charles et Eliza se sont mariés le 20 juillet 1809 à Nantucket.

2.4.1.4.2.3.1.4 John Pease b. 11 novembre 1824 d. 10 novembre 1893 d'une pneumonie à Edgartown m. 26 novembre 1850 à Tisbury, MA, Aurilla C. Look b. le 3 mars 1834 à Tisbury d. le 17 octobre 1909 d'un cancer de l'estomac à Edgartown. Elle était la fille de Davis A. Look b. à Chilmark, et Abigail N. Dunham b. 27 août 1807 à Tisbury. Davis et Abigail se sont mariés (int.) le 9 novembre 1826. John Pease exploitait un commerce de livrée sur l'île. Au début, il utilisait des barges tirées par des chevaux entre Cottage City et Edgartown, dont la célèbre Pilot. Enfants de John et Aurilla C. (Look) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.4.2.3.1.4.1 Marie A. b. 1851 d.
2.4.1.4.2.3.1.4.2 George L. b. 08 mars 1857 d. 22 février 1877 Edgartown, MA
2.4.1.4.2.3.1.4.3 Abbie Davis b. 29 janvier 1861 d. 27 sept. 1943 Oak Bluffs, MA
2.4.1.4.2.3.1.4.4 Chester E. b. 25 novembre 1862 d. 15 octobre 1951 Edgartown, MA

2.4.1.4.2.3.1.5 Charles Wesley Pease b. 13 avril 1827 d. 22 mars 1876 d'un ulcère à l'estomac à Edgartown m. 22 juillet 1852 à Edgartown, par le révérend B. Gould, à Parnell Cathcart Smith b. 04 juillet 1833 à Edgartown d. 13 janvier 1893 de maladie cardiaque et de rougeole à Edgartown. Elle était la fille de Tisdale Smith b. le 12 mai 1792 à Edgartown, et Jedidah Stewart b. 15 avril 1795 à Edgartown. Tisdale et Jedidah se sont mariés le 08 avril 1824. Enfants de Charles Wesley et Parnell Cathcart (Smith) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.4.2.3.1.5.1 Mary Wesley b. 27 décembre 1853 d. 14 janvier 1908 Edgartown, MA
2.4.1.4.2.3.1.5.2 Parnell C. b. 10 novembre 1855 d. 17 février 1925 Edgartown, MA
2.4.1.4.2.3.1.5.3 Tisdale S. b. 12 décembre 1857 d. 15 déc. 1931 Edgartown, MA
2.4.1.4.2.3.1.5.4 Eliza M. b. 27 janvier 1860 d. 25 octobre 1860 Edgartown, MA
2.4.1.4.2.3.1.5.5 Charles M. b. 25 août 1861 d. 03 mars 1904 Edgartown, MA
2.4.1.4.2.3.1.5.6 David Butler b. 21 novembre 1863 d. 07 novembre 1935 Oak Bluffs, MA
2.4.1.4.2.3.1.5.7 Benjamin Warren b. 30 juillet 1866 d. 23 janvier 1938 Edgartown, MA
2.4.1.4.2.3.1.5.8 Sarah F. b. 25 décembre 1868 d.
2.4.1.4.2.3.1.5.9 Christine J. b. 01 janvier 1873 d.
2.4.1.4.2.3.1.5.10 Stewart Parnell b. 02 avril 1874 d. 08 mai 1892 Providence, RI

2.4.1.4.2.3.1.6 Sarah F. Pease b. 1831 m. 10 novembre 1851 à Edgartown, Franklin R. Smith, 26 ans n. à Middletown, Connecticut. Il était le fils d'Henry et de Lucy Smith.

Enfants de John H. (Salathiel, Benjamin, Benjamin, Benjamin, David, John) et Betsey (Wheldon) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.4.2.3.3.1 Eunice R. Pease b. 5 mars 1827 d. 11 décembre 1898 célibataire d'une maladie vasculaire du cœur à Edgartown.

2.4.1.4.2.3.3.3 William Hall Pease b. 22 avril 1838 d. 15 juin 1915 d'une maladie cardiaque valvulaire à Edgartown m. 01 janvier 1861 à Abington, MA, par le ministre de la Congrégation William Leonard, à Fanny B. Boynton, 17 ans b. à Weymouth, MA. Elle était la fille de William et Sarah Boynton. William a travaillé dans une entreprise de chaussures à Brockton, MA. Enfants de William Hall et Fanny B. (Boynton) Pease 1 né à Edgartown, MA, 2 né à Abington, MA :

2.4.1.4.2.3.3.3.1 Frank Wheldon b. 09 juillet 1861 d.
2.4.1.4.2.3.3.3.2 Edith M. b.11 juillet 1863 d.

William et Fanny, divorcés, et elle m. (2) 25 avril 1883 à Abington, en tant que troisième épouse, secrétaire d'État, Henry B. Pierce, 41 ans. Il était le fils de Martin et Sarah Pierce.

Enfants d'Elbridge Gerry (Timothy, Daniel, Benjamin, Benjamin, David, John) et Eliza (Clark) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.4.3.2.1.1 Emma A. Pease b. 1827 m. le 15 mars 1852 à Edgartown par le révérend George Crocker, à Nathan B. Mayhew b. à New Bedford, MA. Il était pharmacien et fils de Julius et Julia Mayhew.

2.4.1.4.3.2.1.2 Susan Pease b. 22 août 1828 d. 30 septembre 1904 d'un cancer à Edgartown m. le 15 février 1852 à Edgartown, par le révérend George Crocker, à Daniel Fisher Jr. Il était le fils de Daniel et Grace C. (Coffin) Fisher, qui se sont mariés le 16 septembre 1829 à Edgartown.

2.4.1.4.32.1.3 Timothy Pease b. 02 mars 1833 d. 23 avril 1896 d'une hémorragie cérébrale à Edgartown. Il était comptable.

2.4.1.4.3.2.3.2 Charles W. (Daniel, Timothy, Daniel, Benjamin, Benjamin, David, John), fils de Daniel et Almira (King) Pease b. 11 juin 1840 à Edgartown, MA d. 06 avril 1909 d'une maladie cardiaque valvulaire à Edgartown m. 15 novembre 1863 à North Bridgewater, MA, Annie M. Jones b. 19 mai 1841 à W. Bridgewater d. le 16 mars 1929 d'une hémorragie cérébrale à Edgartown. Elle était la fille d'Isaac Jones b. à Turner, ME, et Olivia Warren b. à Abington, MA. Charles Pease était un constructeur de bateaux.

2.4.1.4.3.2.5.1 Eliza Ann (Charles W., Timothy, Daniel, Benjamin, Benjamin, David, John), fille de Charles W. et Lydia R. (King) Pease n. 08 juillet 1842 à Edgartown, MA d. 27 octobre 1918 de la tuberculose à Oak Bluffs m. 19 octobre 1864 à Edgartown, Henry Clay Chadwick b. 14 octobre 1844 à Edgartown d. le 16 mai 1910 d'une maladie cardiaque à Oak Bluffs. Il était le fils d'Edward D. Chadwick b. 01 mai 1817 à Nantucket, MA, et Clarinda Jernegan. Edward et Clarinda se sont mariés le 9 juin 1836 à Edgartown.

Enfants de Freeman (Timothy, Daniel, Benjamin, Benjamin, David, John) et Mary R. (Ripley) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.4.3.2.6.1 Horace S. Pease b. 13 novembre 1842 d. 11 avril 1910 d'une maladie cardiaque à Edgartown. Horace était un cordonnier décédé célibataire.

2.4.1.4.3.2.6.2 Eliza E. Pease b. 1848 m. 15 juin 1870 à Boston, MA, Howard W. Spurr b. 1844 à Sandwich, MA. Il était épicier.

Enfants de John Harper (John Harper, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John) et Mary B. (Bunker) Pease nés à Nantucket, Massachusetts :

2.4.1.6.2.1.4.1 Edward Harper Pease b. 17 décembre 1816 d. 12 avril 1849 à Rio de Janeiro, Brésil m. 04 novembre 1838 à Nantucket, Jane Caroline Parker. Enfants d'Edward Harper et Jane Caroline (Parker) Pease nés à Nantucket, MA :

2.4.1.6.2.1.4.1.1 Marie-Jeanne b. 1840 d.
2.4.1.6.2.1.4.1.2 Benjamin B. b. 30 septembre 1842 d. 27 juillet 1904 Nantucket, MA

Jane (Parker) Pease m. (2) 08 février 1857 à Nantucket, Valentine O. Holmes b. 1814 à Barnstable, MA

2.4.1.6.2.1.4.2 George Folger Pease b. 1818 d. 11 déc. 1900 m. Margaret Dickinson de Californie.

2.4.1.6.2.1.4.3 Susan Bunker Pease b. 30 avril 1822 m. 19 mai 1844 à Nantucket, Allen C. Hinckley b. 15 août 1821 à Nantucket. Il était constructeur de bateaux et fils de Marshall et Ruth Hinckley.

2.4.1.6.2.1.4.4 John Harper Pease b. 1826 d. 28 novembre 1899 m. novembre 1857 à San Francisco, Californie, Sarah C. Coffin b. 30 novembre 1834 à Nantucket. Elle était la fille de Philander Coffin b. le 13 juillet 1804 à Nantucket, et Mary Ceely. Philander et Mary se sont mariés le 1er juillet 1824 à Nantucket. John Pease a passé du temps sur les eaux. Le 24 juillet 1848, il a reçu des documents de protection des marins, qui le décrivait comme mesurant cinq pieds six pouces, le teint foncé, les cheveux noirs et les yeux noirs. Sarah (Coffin) Pease m. (2) George Rand.

2.4.1.6.2.1.4.5 William Crawford Pease b. 1827 d. 27 avril 1910 à Clare, Oregon m. 1854 à Brooklyn, NY, Henrietta E. Cartwright b. 1827 à New Haven, CT d. 1909. Elle était la fille de David Gardner Cartwright b. 05 septembre 1799 à Nantucket, et Elizabeth Ceeley b. 27 mai 1803. David et Elizabeth se sont mariés le 26 août 1824 à Nantucket. William a vécu à Brooklyn, NY et a déménagé à San Francisco, CA en 1849. Enfants de William Crawford et Henrietta E. (Cartwright) Pease, 2 ans nés à Nantucket, MA :

2.4.1.6.2.1.4.5.1 Edouard b. ré.
2.4.1.6.2.1.4.5.2 Benjamin b. ré.
2.4.1.6.2.1.4.5.4 George William b. 16 septembre 1862 d. 10 février 1905 Fall River, MA
2.4.1.6.2.1.4.5.5 Lester b. ré.
2.4.1.6.2.1.4.5.6 Guillaume b. ré.

2.4.1.6.2.5.5.1 Serena (Valentine Jr., Valentine, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John), fille de Valentine Jr. et Prudence (Ripley) Pease b. 15 mars 1824 à Edgartown, MA d. 19 novembre 1901 de dibilité sénile à Edgartown m. 22 août 1842, William Cooke Pease [2.4.1.14.1.7.2] b. 09 octobre 1820 à Edgartown d. 30 décembre 1865. Il était le fils de Jérémie et d'Eliza (Worth) Pease.

Enfants de Henry (Valentine, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John) et Susan (Huxford) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.6.2.5.7.1 Charles Fordham Pease b. 15 mai 1836 d. 27 mars 1930 d'une myocardite chronique à Brunswick, ME m. (1) 28 octobre 1862 à Providence, Rhode Island, par l'ecclésiastique Cyrus A. Fay, à Harriet Johnson Anthony b. 21 avril 1839 à Coventry, RI d. 16 février 1869 de la diphtérie à Boston. Elle était la fille de William H. Anthony b. 08 juin 1810 à Rensellear, NY d. le 12 juillet 1876 et Hannah Arnold b. à Smithfield, RI. William et Hannah se sont mariés en mai 1834. Enfants de Charles Fordham et Harriet Johnson (Anthony) Pease 1 né à Washington, RI, 2 né à Roxbury, MA :

2.4.1.6.2.5.7.1.1 Anna A. b. 31 décembre 1863 d. 17 mars 1913 Boston, Massachusetts
2.4.1.6.2.5.7.1.2 Henri E. b. 11 mai 1866 d. 04 février 1869 Boston, MA

Charles m. (2) 06 juin 1872 à Boston, MA, Lucy M. Sawyer b. 1851 à Searsport, Maine. Elle était la fille de Thomas W. Sawyer b. 29 juillet 1826 à Brooks, ME, et Harriet E. Fields b. 1830. Thomas et Harriet se sont mariés en 1850. Un enfant de Charles Fordham et Lucy M. (Sawyer) Pease né à Boston, MA :

2.4.1.6.2.5.7.1.2 Charles Sumner b. 24 septembre 1875 d. 12 juillet 1936 Northampton, MA

2.4.1.6.2.5.7.2 Valentine Jenkins Pease b. 23 juillet 1839 d. 27 août 1922 d'artériosclérose à Edgartown m. 20 juin 1869 à New Bedford, MA, Ellen M. Cunningham b. 26 août 1842 à Needham, MA d. le 20 janvier 1923 d'une pneumonie à Edgartown. Elle était la fille de William Cunningham b. à Cashel, en Irlande, et Mary Hurley b. en Irlande. Valentine était commis pour le magasin de William H. et Jonathan Munroe, et vendeur pour une entreprise de laine à Boston. Il a voyagé dans le Maine et le New Hampshire avec son dernier emploi et a vécu à Roxbury, MA. Valentine se retira au Vineyard sur Water Street.

Enfants de Tristam Daggett (Valentine, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John) et Mary Wass (Coffin) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.6.2.5.8.1 Tristam Daggett Pease Jr. b. 09 septembre 1831 d. 07 sept. 1917 d'une sénilité à son domicile de North Water Street à Edgartown. Le premier voyage en mer de Tristam était avec le capitaine Nathaniel Jernegan, son deuxième en tant que barreur sur le baleinier " Franklin " de New Bedford, MA, et son troisième et dernier était sur le Bark " Manuel Ortez " en tant que troisième officier du capitaine Frederick Forman. Les voyages de Pease l'ont amené sur la côte du Pacifique pour la chasse à la baleine et il a passé quelque temps dans les mines de Californie et de l'Idaho. De retour à Edgartown, il était peintre à Oak Bluffs, jusqu'à ce que lui et son frère Alexander dirigent une épicerie léguée par leur père, sous le nom de Pease Brothers. Ce magasin était près de Morse's Wharf, jusqu'à ce qu'ils l'enlèvent à Water Street. Après vingt-cinq ans, ils ont vendu l'entreprise à Frank W. Beetle. Tristam Pease appartenait à l'Oriental Lodge A.F. & A.M. Ses funérailles ont été conduites par le révérend Arthur Wadsworth, pasteur de l'Église méthodiste-épiscopale.

2.4.1.6.2.5.8.3 Maria S. Pease b. 21 avril 1840 d. 13 août 1902 à Edgartown m. 28 décembre 1870 à Edgartown, Jonas D. Linton, 36 ans. Il était le fils de John et Sophronia Linton.

2.4.1.6.2.5.8.4 Alexandre Pease b. 03 octobre 1844 d. 07 février 1936 à son domicile à Arlington, MA bur. Cimetière de Forest Hills à Boston m. 26 octobre 1908 à Edgartown, Ella Frances Andrews n. 24 février 1863 à Boston d. 20 octobre 1960 d'une insuffisance myocardique à Newburyport, MA. Elle était la fille de Charles W. et Olive A. (Hawlin) Andrews du New Hampshire. Alexander a fait ses études dans les écoles d'Edgartown, s'est essayé à la chasse à la baleine pendant quelques années et a passé quelque temps en Californie, employé dans un ranch. Il est retourné à Edgartown pour aider son frère Tristam Jr. à exploiter une épicerie, avant de déménager d'abord à Cambridge, MA, puis à Arlington. Alexander s'est occupé de Tristam dans ses derniers jours.

2.4.1.6.5.2.8.3 Elizabeth Parker (Thomas Marshall, Marshall, Obadiah, Malatiah, Benjamin, David, John), fille de Thomas Marshall et Lydia Ann (Vincent) Pease n. 18 février 1848 à Edgartown, MA m. 23 novembre 1870 à Edgartown, William B. Atwood, 23 ans n. à Middleboro, MA. Il était enseignant et fils de Loranus et de Charity Atwood.

Enfants de Thomas Marshall (Marshall, Obadiah, Malatiah, Benjamin, David, John) et Almira Louise (Atwood) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.6.5.2.8.4 Julias A. Pease b. 08 septembre 1857 à Edgartown, MA d. 29 juillet 1883 à Edgartown. Julias était machiniste. Il a été tué par la foudre à son domicile.

2.4.1.6.5.2.8.5 Laura Mayberry Pease b. 01 juin 1862 d. Le 9 mai 1932 à l'hôpital Martha's Vineyard, Oak Bluffs, MA, à la suite de blessures subies en glissant sur le sol alors qu'elle se penchait sur son lit. Elle était célibataire et institutrice. Instruite dans les écoles d'Edgartown et à l'école normale de Bridgewater, Laura a enseigné à Everett, Stoughton, Oak Bluffs et Edgartown. Elle était membre du Edgartown Women's Club, de la Dukes County Historical Society et du chapitre Martha's Vineyard du D.A.R.

Enfants de Daniel C. (Chase, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Charlotte (Fisher) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.1.3.1.1 John Nickerson Pease b. 1831 m. le 16 juin 1861 à Edgartown, Nancy Keniston b. 1835. Elle était la fille de Samuel Keniston et de Thankful Vincent b. 25 mars 1811 à Edgartown. Samuel et Thankful se sont mariés le 24 octobre 1830 à Edgartown. Le frère de Nancy, Samuel Keniston Jr. a épousé Addie J. Pease [2.1.4.2.5.1.2.2.2]. Enfants de John Nickerson et Nancy (Keniston) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.1.3.1.1.1 Willard b. 19 octobre 1862 d. 09 août 1873 Edgartown, MA
2.4.1.14.1.3.1.1.2 William N. b. 29 septembre 1872 d.

Veuve Nancy (Keniston) Pease m. (2) dans le Wisconsin, Tristam Mayhew b. 02 janvier 1827 à Edgartown

2.4.1.14.1.3.1.2 Isaac David Pease b. 04 septembre 1832 d. 18 septembre 1913 à Edgartown m. 13 août 1866 à Edgartown, Eveline McLellan Clark b. 21 mars 1844 à Gorham, ME d. le 23 mars 1919 d'un cancer de l'utérus à Edgartown. Elle était la fille d'Aaron et Eveline Clark. Le capitaine Pease était un vétéran de la guerre civile, un baleinier, un officier et un maître. Il a été confiné au lit comme invalide dans ses dernières années. Enfants d'Isaac David et Eveline McLellan (Clark) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.1.3.1.2.1 Benjamin Poole b. 18 août 1871 d. 29 juil. 1954 New Bedford, MA
2.4.1.14.1.3.1.2.2 Alexander McLellan b. 26 septembre 1876 d. 18 décembre 1946 Edgartown, MA

2.4.1.14.1.3.1.3 Charlotte F. Pease b. 13 mai 1834 d. 31 mai 1884 à Edgartown m. 08 juin 1857 à Edgartown, Samuel H. Andrews, un marin b. 29 novembre 182o à Tisbury, MA. Il était le fils de William C. Andrews d. 30 septembre 1843 d'apoplexie à Tisbury, et Celia Luce d. 29 décembre 1849 de consommation à Tisbury à l'âge de 61 ans. William et Celia se sont mariés le 24 juillet 1808.

Enfants de Richard Luce (Isaiah Dunham, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Mary West (Pease) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.1.5.2.1 Maria Thurston Pease b. 16 octobre 1836 d. 09 février 1913 à Edgartown, MA. Sa nécrologie en partie, « élevée avec soin et dans une atmosphère de culture à la fois dans la littérature et l'histoire, elle possédait un esprit clair et cultivé au fur et à mesure qu'elle devenait une femme. » Maria était membre fondateur du Edgartown Women's Club en tant que secrétaire et trésorière, et membre fondateur du chapitre Martha's Vineyard des Filles de la Révolution américaine élu comme premier historien et aumônier. Elle représentait le D.A.R. au Congrès continental de 1906 à Washington, DC. Maria était également membre de la chorale de l'Église méthodiste et, dans ses dernières années, de l'Église épiscopale St. Andrew.

2.4.1.14.1.5.2.2 Harriet Marshall Pease b. 19 novembre 1840 d. 23 septembre 1907 d'un carcinome de l'œsophage à Edgartown. Elle était célibataire et une généalogiste bien connue sur l'île.

Enfants d'Isaiah Dunham Jr. (Isaiah Dunham, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Sarah E. (Allen) Pease :

2.4.1.14.1.5.4.1 Louis H. Pease b. 02 février 1850 à Falmouth, MA d. 25 mai 1932 d'un cancer de l'estomac à Edgartown m. 26 décembre 1875 à Edgartown, Cynthia B. Fisher b. 26 décembre 1855 à Edgartown d. 26 mai 1939. Elle était la fille de Daniel Fisher b. le 12 octobre 1818 à Edgartown, et Cynthia Dexter (Blankenship) Kelley b. à Marion, MA. Daniel et Cynthia se sont mariés (int.) le 11 décembre 1841. Louis dirigeait un marché de poisson et de glace à Edgartown. Il était l'un des hommes d'affaires les plus respectés de la région. Son premier travail était un livreur express pour son oncle Sylvanus, reprenant finalement l'entreprise de l'aîné. Louis s'est ensuite tourné vers la pêche au homard, a ouvert un marché aux poissons près de l'ancienne Wesley House, un autre sur Circuit Avenue et un sur sa propre propriété. Le poisson et la glace étaient emballés pour l'expédition ainsi que pour la vente au détail, et ses clients de livraison étaient plus de 300. Pendant les mois d'hiver lents, il construisait des bateaux, des wagons, des maisons, réparait des cheminées et exploitait une pépinière. Sa journée de travail commençait toujours à 5 heures du matin, même dans ses dernières années. M. Pease était membre de l'Oriental Lodge et des Sons of the American Revolution. Enfants de Louis H. et Cynthia B. (Fisher) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.1.5.4.1.1 Ernest Allen b. 08 février 1876 d. 02 août 1931 New Bedford, MA
2.4.1.14.1.5.4.1.2 Louis Osman b. 28 août 1880 d. 09 juil. 1882 Edgartown, MA
2.4.1.14.1.5.4.1.3 Édith Lewis b. 31 mai 1883 d.
2.4.1.14.1.5.4.1.4 Edward Howard b. 22 juin 1885 d. 23 juillet 1928 Edgartown, MA
2.4.1.14.1.5.4.1.5 Fanny Louise b. 06 février 1888 d.

2.4.1.14.1.5.4.3 Osmond Kellen Pease b. le 23 mai 1855 à Falmouth, MA d. 30 juillet 1945 d'insuffisance cardiaque congestive à Edgartown, MA m. 14 mars 1876 à Boston, MA, Gertrude E. Packard, 22 ans n. à Quincy, MA d. 18 janvier 1884 à Edgartown. Elle était la fille de John et Elvira Packard. Osmond, à l'âge de 15 ans, a été envoyé à Lynn, MA pour apprendre la menuiserie. Un an plus tard, il est allé travailler pour un ingénieur civil à Cambridgeport avec un salaire de sept dollars par semaine. Il a ensuite livré des colis, et un été a été chargé de faire naviguer un cat boat à New York pour un client. Un grain s'est élevé pendant le voyage, le gouvernail principal du bateau a été perdu et il a dû être remorqué dans le port. Osmond a acheté son propre navire gréé avec un bowspirit qui a porté 14 pieds au-dessus de la poupe, et a balancé un foc de 20 pieds impairs sur le palan. Il a navigué ce bateau d'Edgartown à Miami et Key West, en Floride. Après le décès de sa femme, Osmond a vécu seul dans un vieil immeuble sur le quai nord avant de déménager à Sheriff's Lane. Un enfant d'Osmond Kellen et Gertrude E. (Packard) Pease :

2.4.1.14.1.5.4.3.1 Eddie H. b. septembre 1878 d. 11 déc. 1880 Boston, MA

2.4.1.14.1.5.4.4 Adaline R. Pease b. 22 septembre 1867 m. 1er décembre 1887 à Falmouth, MA, Martin H. Stearns âgé de 23 ans n. à St. Albans, VT. Il était commis et fils d'Osborne et de Jennie S. Stearns.

Enfants de Joseph Thaxter (Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Sophronia Cottle (Norton) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.1.7.1.1 Horatio Nelson Pease b. 23 octobre 1836 d. 07 sept. 1919 d'un cancer du pancréas à Oak Bluffs, MA m. 27 novembre 1858 à Chilmark, MA, Lydia A. Adams b. 26 mars 1841 à Chilmark d. 14 avril 1929 d'une hémorragie cérébrale à Oak Bluffs. Elle était la fille du capitaine Carlton Calvin et de Lydia (Athearn) Adams. Horatio Pease était commis de bureau de poste et, en 1882, gardien du phare de Gay Head. Un enfant de Horatio Nelson et Lydia A. (Adams) Pease né à Chilmark, MA :

2.4.1.14.1.7.1.1.1 Sophronia Nelson b. 04 août 1862 d.

2.4.1.14.1.7.1.2 Joseph Thaxter Jr. Pease b. 26 janvier 1838 d. 11 juillet 1910 d'un carcinome du pancréas et du foie à Edgartown m. 05 septembre 1862 à Chilmark, MA, Emma Frank Lewis b. 04 juin 1842 à Tisbury, MA d. 30 août 1904 à Edgartown. Elle était la fille de Shubael Lewis b. à Vinyardhaven, et Julia Ann Nye b. à Sandwich, MA. Joseph Pease était peintre et agent de fret. Enfants de Joseph Thaxter Jr. et Emma Frank (Lewis) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.1.7.1.2.1 Julia Nye b. 26 décembre 1862 d. 31 janvier 1894 Edgartown, MA
2.4.1.14.1.7.1.2.2 Warren L. b. 02 mai 1866 d. 23 janvier 1875 Edgartown, MA

2.4.1.14.1.7.1.3 Maria Norton Pease b. 13 juillet 1846 d. 29 octobre 1925 à Edgartown m. 02 mars 1871 à Edgartown, le lieutenant Edward Fitch Hedden âgé de 34 ans n. à Mystic, CT. Il était le fils de Benjamin et d'Elvira Hedden, et a servi dans le US Revenue Service, sur le cotre Gallatin faisant la navette entre Martha's Vineyard et Boston. Son port d'attache était à Baltimore, dans le Maryland, où vivait le couple. Maria a souvent visité la capitale à Washington et était présente à la réception du président Ulysses S. Grant le 20 janvier 1874. Elle a également assisté à la réception de mariage de la fille du président, Nellie Grant, à Algernon Satoris, membre de la royauté britannique. Dans son journal, c'est à cette occasion qu'elle "a reçu un salut du président Grant". La jeune fille de Maria, Anna, s'est souvenue plus tard d'histoires à ses propres petits-enfants, d'avoir eu l'honneur de s'asseoir sur les genoux du président lors de sa réception sur l'île.

2.4.1.14.1.7.1.4 Cyrus Howard Pease b. 02 mai 1849 d. 21 juin 1922 d'un cancer de l'estomac à Westboro, MA m. (1) 25 mai 1868 à West Tisbury, MA, Ella Jane Bradley b. le 19 juin 1850 à Westport, MA d. 14 février 1906 d'apoplexie à Westboro. Elle était la fille de William et Eleanor S. (Gifford) Bradley. Cyrus Pease était caissier à la Martha's Vineyard National Bank. Il a déménagé à Westboro vers 1897, où il est resté dans le secteur bancaire. Il a reçu des funérailles maçonniques à l'église méthodiste d'Edgartown.Enfants (jumeaux) de Cyrus Howard et Ella Jane (Bradley) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.1.7.1.4.1 David J. b. 11 juin 1868 d.
2.4.1.14.1.7.1.4.2 Charles b. 11 juin 1868 d. 05 sept. 1948 Brookline, MA

Cyrus m. (2) 19 mars 1913, Ineze M. Babcock n. 16 février 1879 à Westboro d. 02 novembre 1944 d'une artério-sclérose à Westboro Bur. à S. Berlin, MA. Elle était la fille de John D. Babcock b. 30 septembre 1844 à Berlin d. 02 août 1923, et Ella L. Hartwell b. 30 novembre 1848 d. 09 février 1923. John et Ella se sont mariés le 1er mai 1870.

2.4.1.14.1.7.1.5 Walter Worth Pease b. 09 avril 1851 d. 26 janvier 1924 d'une hémorragie cérébrale à Framingham MA m. 16 août 1877 à Framingham, Helen Maria Stearns b. 02 avril 1860 à Framingham d. 01 avril 1939 d'une occlusion coronaire à Framingham. Elle était la fille de Charles A. Stearns b. le 11 mars 1829, et Mary E. Holbrook b. à Randolph, MA. Charles et Mary se sont mariés le 17 mars 1855 à Framingham. Walter Pease était un éditeur de journaux. En 1878, il est nommé directeur adjoint de quatre journaux : la Framingham Gazette, l'Ashland Advertiser, le Holliston Transcript et le Hopkinton News.

2.4.1.14.1.7.1.7 Anna Edna Pease b. 1857 m. Le 14 mai 1884 à Edgartown, Julian W. Vose, un fabricant de pianos. Il était le fils de James et Almira H. Vose.

2.4.1.14.1.7.2.1 William J. Worth (William Cooke, Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John), fils de William Cooke et Serena (Pease) Pease b. 01 octobre 1847 à Edgartown, MA d. 24 mars 1922 d'artériosclérose à Edgartown m. 1 octobre 1870 à Edgartown, par le révérend Benjamin Batchelor, à Agnes M. Cheivers b. 14 novembre 1851 à Londres, Angleterre d. le 18 novembre 1918 d'une bronchite à Edgartown. Elle était la fille de John Cheivers et Agnes M. Reynolds. Guillaume était menuisier. Il a également travaillé pour la Monroe Twist Drill Company à New Bedford. Enfants de William J. Worth et Agnes M. (Cheivers) Pease 1 & 2 nés à New Bedford, MA 3 nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.1.7.2.1.1 Guillaume C. b. 20 juillet 1871 d. 11 mars 1898 Dartmouth, MA
2.4.1.14.1.7.2.1.2 Edith W. b. 14 avril 1874 d. 12 février 1900 Edgartown, MA
2.4.1.14.1.7.2.1.3 Serena M. b. 13 mars 1879 d. 13 mars 1895 Edgartown, MA

Enfants de Jeremiah Jr. (Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Lucy R. (Munro) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.1.7.4.1 William Cook Pease b. 10 mars 1845 à Edgartown, MA d. 15 mars 1920 d'une maladie valvulaire du cœur à Edgartown m. 12 juillet 1883, Rebecca Allen Kelley n. 04 juin 1855 à Edgartown d. 26 janvier 1906 d'un cancer à Edgartown. Elle était la fille de Joseph L. Kelley b. à Edgartown, et Caroline Reynolds b. à Fairhaven, MA. William était propriétaire d'un magasin de vêtements. Enfants de William Cook et Rebecca Allen (Kelley) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.1.7.4.1.1 Gerald Allen b. 13 janvier 1885 d. 17 déc. 1918 Lexington, MA
2.4.1.14.1.7.4.1.2 Mildred W. b. 01 janvier 1890 d.

2.4.1.14.1.7.4.3 John Wesley Pease b. 14 décembre 1849 d. 05 octobre 1931 à Edgartown, MA m. Mary Tucker Osborne n. 06 novembre 1846 à Edgartown d. 14 avril 1931 d'un cancer à Tisbury, MA. Elle était la fille d'Abraham et d'Eliza (Norton) Osborne. À 15 ans, John travaillait dans une épicerie appartenant à un oncle à Bristol, RI. Le magasin était sur un quai et faisait des affaires avec les navires entrant dans la région. Plus tard à Boston, il était avec Heaton & Company, un marchand de bonneterie, de gants et de petits articles. John est retourné au vignoble après que le propriétaire de l'entreprise a été tué et l'entreprise dissoute. Son emploi suivant fut celui de commis pour la Martha's Vineyard Camp Meeting Association et la Vineyard Grove Company. En 1876, il était comptable pour Holder Brownell à l'hôtel Sea View à Oak Bluffs et a accédé au poste de directeur de bureau d'hôtel. En 1888, John devient receveur adjoint des douanes

2.4.1.14.1.7.5.1 John Lester (John Adams, Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John), fils de John Adams et Mary L. (Darrow) Pease b. 08 septembre 1849 à Edgartown, MA d. 21 octobre 1854 à Edgartown. Dans le journal de Jeremiah Pease : "Notre petit-fils meurt vers 20 heures du croup. C'était un enfant intéressant et prometteur, très aimé. sa mère étant décédée alors qu'il était enfant. Il est allé se reposer avec son Sauveur béni... une âme heureuse et heureuse."

2.4.1.14.1.7.5.2 Joséphine May (John Adams, Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John), fille de John Adams et Sarah Eliza (May) Pease b. 05 juillet 1855 à Edgartown, MA m. 4 juin 1877 à Boston, MA, en tant que seconde épouse, James Allen Smith b. 24 février 1849 à Edgartown. Il était le fils de Francis C. et Abigail J. (Ripley) Smith, qui se sont mariés le 22 avril 1841 à Edgartown.

2.4.1.14.1.7.7.7.2 Henry A. (Rudolphus W., Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John), fils de Rudolphus W. et Abby Gridley (Stewart) Pease b. 4 août 1856 à Edgartown, MA d. 09 février 1935 de la grippe à Edgartown m. 26 novembre 1879 à Edgartown, Lizzie Collins Fisher n. 10 mars 1855 d. 05 octobre 1939 d'artériosclérose à Edgartown Elle était la fille de John P. et Sarah (Young) Fisher. Henry Pease a d'abord été attiré par l'étude du droit avec son oncle Joseph Thaxter Pease, mais s'est tourné vers l'enseignement et est devenu le directeur de la Edgartown Grammar School. Il a été élu membre du premier conseil d'administration de la Banque nationale d'Edgartown lors de la création de la banque en 1905, et a été président de 1922 jusqu'à sa mort. Henry était également le maître de poste d'Edgartown de septembre 1885 à 1914. Il était un ardent partisan de l'Église méthodiste et membre de la Dukes County Historical Society. Lui et Lizzie n'avaient pas d'enfants. Mme Pease, a aidé son mari quand il était maître de poste, saluant gracieusement chaque client. Après leur retraite, elle s'est mise au jardinage et était connue pour avoir le "plus beau jardin de fleurs d'Edgartown". Bienfaiteurs inclus: Martha's Vineyard Hospital, Edgartown Public Library, Duke's County Historical Society, New England Deaconess Hospital, la ville de secours aux nécessiteux et un fonds de bourses pour le lycée. Un portrait de Zalmon Stuart, ancien gardien de phare d'Edgartown et grand-père d'Henry A. Pease, a été légué à la Dukes County Historical Society. En avril 1940, un grand nombre d'arbres ont été plantés dans le cimetière d'Edgartown en mémoire de M. & Mme Henry A. Pease.

2.4.1.14.2.3.1.2 Ida (Rufus F., Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John), fille de Rufus F. et Hepsibah (Ripley) Pease b. 22 décembre 1849 à Edgartown, MA m. le 10 septembre 1869 à Edgartown, en tant que troisième épouse, Nathan R. Davis. Il était le fils de Nathan et Louisa Davis.

Enfants de Charles W. (Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John) et Mary A. (Marchant) Pease :

2.4.1.14.2.3.2.1 Charles B. Pease b. 04 juillet 1851 à Edgartown, MA d. 08 novembre 1940 d'une cardiopathie myocardique chronique à Edgartown m. (1) 05 juillet 1905 à l'âge de 54 ans, à Edgartown, comme son deuxième mari, Urania Clifford (Luce) Cleveland d. 1910. Elle était la fille de Hovey Luce bpt. le 21 juin 1785 à Tisbury, MA, et Nancy Clifford d. 08 décembre 1845 à l'âge de 48 ans à Tisbury. Hovey et Nancy se sont mariés le 11 mai 1806 à Tisbury. Urania avait m. (1) 02 janvier 1840, Joseph Cleveland. Charles m. (2) Isable Gentle Cunliffe b. le 12 mai 1845 à Richmond, Nouveau-Brunswick d. 20 juillet 1923 d'une maladie cardiaque valvulaire chronique à Edgartown. Elle était la fille d'Elisha Cunliffe b. en Ecosse. Charles était capitaine de chasse à la baleine. Son premier voyage à l'âge de 16 ans a été un attelage de cinq ans sur le navire Splendid. Il était officier en second sur le navire marchand Europa lors d'un voyage vers l'Australie. Charles y était confiné, en raison d'une maladie. Il a été ramené en Amérique sur un autre navire et déposé à San Francisco, où certains seraient des voleurs, l'ont shanghaié, ligoté dans un flop house et a essayé de lui voler 200 $. Pease s'est échappé avec son argent, est retourné à Edgartown et a continué la chasse à la baleine à bord de la barque Mary Frazier. À Sainte-Hélène, il a rencontré son jeune frère, Josiah, qui avait le mal du pays, et a supplié d'être rangé sur l'écorce, car il devait rentrer chez lui des mois avant le Clarice, sur lequel il était stationné. Charles a pris la décision impopulaire mais sage de ne pas tenir compte de l'appel de son frère.

2.4.1.14.2.3.2.3 William B. Pease b. 22 avril 1854 à Weld, Maine d. 16 avril 1934 d'une maladie cardiaque à Bourne, MA bur. Cimetière de West Side à Edgartown m. 15 août 1885 à Edgartown, Rosella P. Fisher b. 11 janvier 1864 d. 16 octobre 1893 à Edgartown. Elle était la fille d'Alvah B. et d'Elizabeth A. (Andrews) Fisher. William était un second lieutenant de la barque, Clarice , et une figure centrale dans un sauvetage en mer. Un baleinier, avec le membre d'équipage Thomas Jennings, s'est séparé de l'écorce à la poursuite d'une baleine. Une tempête soudaine a menacé l'équipage, et malgré les objections du premier lieutenant du Clarice, William a mené ce qui était prédit être un effort de sauvetage voué à l'échec. Il a trouvé le baleinier renversé avec l'équipage accroché désespérément à ses côtés. Tous ont été sauvés, mais le bateau a été brisé contre le bord de la barque dans la mer agitée à son retour. M. Pease a également navigué avec le capitaine Abram Osborn sur la célèbre barque Mattapoisett . Enfants de William B. et Rosella P. (Fisher) Pease :

2.4.1.14.2.3.2.3.1 Frederick S. b. 22 décembre 1885 d.
2.4.1.14.2.3.2.3.2 George Fisher b. 18 juillet 1890 d. 11 avril 1964 Edgartown, MA
2.4.1.14.2.3.2.3.3 Attelle Wilbur b. 12 janvier 1888 d. 13 mai 1944 Edgartown, MA
2.4.1.14.2.3.2.3.4 Liliane b. 11 mai 1892 d.

2.4.1.14.2.3.2.4 Frederick S. Pease b. 14 janvier 1855 à Weld, ME d. 09 février 1929 d'une maladie cardiaque valvulaire à Edgartown, MA m. Florence S. Cunliffe n. 08 juillet 1851 à N. Woodstock, NH d. 31 mai 1929 d'un carcinome de la vessie à Edgartown. Elle était la sœur d'Isable Cunliffe qui épousa Charles Pease [2.4.1.14.2.3.2.1]. Frederick était un pêcheur qui a effectué de nombreux voyages de chasse à la baleine. Il était membre de l'église congrégationaliste d'Edgartown.

2.4.1.14.2.3.2.5 Lydia Ann Pease b. 1856 à Weld, ME m. 24 décembre 1877 à Edgartown, MA, Edwin Ramsford Marchant, un fermier de 23 ans b. à Edgartown. Il était le fils de Seth Marchant bpt. 11 septembre 1803 à Edgartown, et Mary Smith Butler bpt. 07 juillet 1811 à Edgartown. Seth et Mary se sont mariés le 12 juillet 1828 à Edgartown.

2.4.1.14.2.3.2.7 Josiah Chase Pease b. 28 février 1864 à Weld, ME d. 30 août 1948 d'artériosclérose à Edgartown, MA m. Catherine Hatfield n. 07 avril 1870 à Newport, RI d. 03 juillet 1954 à Edgartown. Elle était la fille de John A. Hatfield b. au RI, et Catherine Hughes b. En Angleterre. Josiah est retourné à Edgartown avec sa famille alors qu'il n'avait qu'un an, et à 13 ans, il a effectué son premier voyage à la voile sur la barque Clarice, commandé par Fred Smith, capitaine. Le navire venait de dégager la terre, quand un coup de vent s'est élevé, forçant toutes les mains à monter en l'air et à attacher les voiles. Pease a ensuite rejoint l'équipage du cotre Dexter qui était responsable de la récupération de l'épave du City of Columbus au large de Gay Head. Josiah a passé presque toute sa vie en mer, à l'exception d'un hiver en Californie. Enfants de Josiah Chase et Catherine (Hatfield) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.2.3.2.7.1 Austin Swinburne b. 15 avril 1891 d.
2.4.1.14.2.3.2.7.2 Robert b. 09 juillet 1892 d.
2.4.1.14.2.3.2.7.3 Lawrence Ensley b. 23 février 1897 d.

2.4.1.14.2.3.3.1 Francis Jr. (Francis, Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John), fils de Francis et Susan R. (Ripley) Pease b. 16 septembre 1841 à Edgartown, MA d. 12 janvier 1918 de l'artériosclérose à Brockton, MA m. 27 août 1862 à N. Bridgewater, MA, par le révérend Thomas Ely, à Caroline "Carrie" Elizabeth Brett b. 07 janvier 1841 à Boston, MA d. 27 décembre 1911 d'une cystite chronique à Brockton. Elle était la fille de David Brett b. 02 avril 1816, et Caroline E. Freeman b. 1802. David et Caroline se sont mariés en octobre 1838. Francis a passé quelque temps à bord des voiliers et a reçu des documents de protection des marins le 21 septembre 1857, qui le décrivait comme mesurant cinq pieds six pouces, le teint foncé, les cheveux bruns et noisette. les yeux. Il a également servi avec le service de police de Martha's Vineyard. Enfants de Francis et Caroline Elizabeth (Brett) Pease 1 né à Edgartown, 2 né à Northampton, MA :

2.4.1.14.2.3.3.1.1 Emma P. b. 1868 d.
2.4.1.14.2.3.3.1.2 Bertram Brett b. 30 janvier 1872 d. 04 septembre 1873 N. Bridgewater, MA

Enfants de Benjamin H. (Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John) et Mary Pease (Vincent) Pease nés à Edgartown, MA :

2.4.1.14.2.3.4.1 Alice Hazelton Pease b. 11 novembre 1844 d. 28 décembre 1872 au Brésil, IN m. 23 août 1865 à Richmond, Indiana, Grafton A. Luce b. 05 mars 1842 à Edgartown. Il était le fils de James Norton Luce b. 13 septembre 1796 d. le 15 septembre 1868, et sa seconde épouse, Martha N. Wilbur b. 29 décembre 1814 à Berlin, ME d. 1884 à Vineyard Haven, MA. James et Martha se sont mariés le 22 décembre 1829.

2.4.1.14.2.3.4.2 Mary Jane Pease b. 08 février 1847 d. 10 janvier 1925 m. 27 mars 1866 à Edgartown, George H. Furber 27 ans n. à Newmarket, New Hampshire. Il était le fils de George et Sarah.

2.4.1.14.2.3.4.3 Benjamin E. Pease b. 21 mars 1851 d. 24 septembre 1935 à Nantucket, MA m. (1) 30 novembre 1873, Hattie A. Swain n. 1852 d. 11 avril 1891. Benjamin m. (2) 03 avril 1893 à Nantucket, Emma C. Harps b. 12 février 1866 à Boston, MA d. 27 octobre 1953 d'une myocardite chronique à Nantucket. Elle était la fille de Reuben C. et Lydia (Ray) Harps. Un enfant de Benjamin E. et Emma C. (Harps) Pease né à Nantucket, MA :

2.4.1.14.2.3.4.3.1 Ellison H. b. 26 décembre 1893 d.

Enfants de Josiah Chase (Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John) et Mary Dexter (Forbush) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.2.3.5.4 Herbert Chase Pease b. 23 novembre 1878 d. 18 janvier 1947 d'un carcinome du foie à la fraise d'Edgartown. Cimetière de West Side m. 26 août 1911 à Edgartown, Marie Adaline Chessier âgée de 26 ans n. à Montréal, Québec. Elle était la fille de Beloni et Exalda (Clenault) Cheeser. Herbert était commis des postes à Edgartown et Oak Bluffs, et membre de l'Oriental Lodge A. F. & A. M. Il a pris sa retraite après avoir subi des blessures lors d'un accident de voiture en juillet 1936.

2.4.1.14.2.3.5.5 Thomas Walker Pease b. 28 juin 1882 d. 25 février 1941 d'une pneumonie à Edgartown bur. avec sa femme West Side Cemetery m. 01 juin 1911 à Edgartown, Freida C. Brackett b. 04 septembre 1884 à North Adams, MA d. 13 avril 1966 d'un cancer à Edgartown. Elle était la fille de Rheinhold et Marie (Schmidt) Brackett d'Allemagne. Thomas était pêcheur avec son père et un membre très respecté de la communauté.

Enfants de Peter M. (Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John) et Rebecca S. (Dunham) Pease :

2.4.1.14.2.3.6.1 Ellen Maria Pease b. 27 juillet 1844 à Tisbury, MA d. 01 avril 1903 à Acushnet, MA m. (1) 07 décembre 1872 à Edgartown, Charles F. Vincent, 36 ans. Il était le fils de Charles et Julia F. (Tilton) Vincent, qui se sont mariés le 14 novembre 1833. Elle m. (2) le 19 juillet 1889 à New Bedford, comme sa seconde épouse, Christopher Albert Tripp b. le 17 mars 1846 à Westport, MA d. 29 août 1897 à Westport. Il était le fils de Nathaniel Tripp b. juin 1808 à Westport d. le 19 décembre 1893, et Lucy Pettey b. 23 novembre 1815 d. 14 octobre 1873 à Westport. Nathaniel et Lucy se sont mariés en 1830. Christopher Tripp m. (1) 16 septembre 1869 à New Bedford, à Pauline L. Thomas d. 20 octobre 1882 à l'âge de 32 ans à Dartmouth, MA.

2.4.1.14.2.3.6.2 Lydia R. Pease b. 04 juin 1846 à Holmes Hole Village, MA m. 22 juillet 1863 à Dartmouth, MA, George Lawton b. 30 novembre 1830 à Dartmouth. Il était maçon et fils de James et Huldah (Mosher) Lawton, qui se sont mariés (int.) le 20 mars 1817.

2.4.1.14.2.3.6.3 Peter M. Pease b. le 3 mai 1848 à Tisbury, MA d. 21 novembre 1918 à la fraise d'Oak Bluffs. à Oak Bluffs m. 15 septembre 1880 à Tisbury, Mary A. Campbell b. 02 février 1851 en Irlande d. 18 avril 1916 d'un cancer du sein à Oak Bluffs. Elle était la fille d'Edward et Matilda (Stewart) Campbell. Peter Pease s'est noyé accidentellement. Enfants de Peter M. et Mary A. (Campbell) Pease nés à Cottage City, MA :

2.4.1.14.2.3.6.3.1 Léonard Bacon b. 20 avril 1883 d. 23 octobre 1927 Brockton, MA.
2.4.1.14.2.3.6.3.2 Albert Campbell b. 02 mai 1886 d. 04 avril 1936 Barnstable, MA
2.4.1.14.2.3.6.3.3 Sarah L. b. 31 août 1888 d.


Enfants de George Washington (Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John) et Lydia N. (Lewis) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.2.3.8.1 Joséphine M. Pease b. 15 février 1857 d. 07 avril 1932 à Edgartown, MA. Elle est décédée célibataire et était très appréciée dans la communauté. Son passe-temps était la vannerie indienne. L'un de ses amis était le général Tom Thumb, qui a visité l'île entre les représentations. Joséphine a pu obtenir son autographe.

2.4.1.14.2.3.8.2 Florence May Pease b. 12 juin 1865 d. 03 novembre 1903 m. Elmer E. Norton.

2.4.1.14.2.3.8.4 Almaretta E. Pease b. 07 août 1870 m. 07 avril 1889 à Lynn, MA, Henry H. Jernegan b. 14 décembre 1866 à Edgartown d. 10 février 1943 à Oak Bluffs, MA. Il était peintre et le fils du capitaine Nathan Jernegan b. à Edgartown, et Charlotte E. Dunham b. à Tisbury, MA.

Enfants de Thomas F. (John D., John, John, Samuel, John, James, John) et Sarah P. (Vincent) Pease nés à Chilmark, Massachusetts :

2.1.2.2.3.4.3.1 Lydia Stephen Pease b. 09 juil. 1870 m. 04 juin 1893 à Cottage City, MA, Henry K. Chadwick [2.4.1.4.3.2.5.1.1] 27 ans b. à Edgartown. Il était le fils de Henry Clay et d'Eliza Ann [2.4.1.4.3.2.5.1] (Pease) Chadwick.

2.1.2.2.3.4.4.3.2 Ethel Pease b. 08 mars 1877 m. 14 janvier 1904 à W. Tisbury, MA, Edward Francis Adams âgé de 34 ans n. dans W. Tisbury. Il était charpentier et fils de Charles et Hancie M. (Allen) Adams.

2.1.2.2.3.4.4.3.3 Thomas Franklin Pease b. 02 août 1880 d. 30 janvier 1968 d'un emphysème pulmonaire à Oak Bluffs, MA Bur. Cimetière d'Oak Grove à Tisbury m. Muriel Fairchild. Thomas était menuisier.

Enfants de William Allen (Peter, Peter, Peter, Joseph, Matthew, James, John) et Mary Ann (Tolman) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.1.4.2.5.1.2.1.1 Margaret Tallman Pease b. 06 mars 1848 m. 10 novembre 1881 à Boston, MA, Henry Blanchard, 36 ans n. à Charlestown, MA. Il était le fils de Henry Van Voorhis Blanchard b. 25 août 1812 à Charleston, et Abigail.

2.1.4.2.5.1.2.1.3 Abby Frances Pease b. 21 avril 1853 d. 09 juillet 1930 d'une hémorragie cérébrale à Newton, MA. Abby était employée pour le Youth's Companion Weekly Periodical et est décédée célibataire.

2.1.4.2.5.1.2.1.4 Mariana Pease b. 26 septembre 1855 m.09 janvier 1877 à Boston, MA, William Eldridge Paine b. 17 mai 1848 à Dorchester, MA. William était un commis, et le fils de Barzillai et Mary A. (Freeman) Paine, qui se sont mariés en 1831 à Truro, MA.

2.1.4.2.5.1.2.1.5 Elizabeth Harriet Pease b. 10 novembre 1857 d. 13 février 1936 à Newton, MA bur. Codman Square, Boston. Elizabeth était infirmière et mourut célibataire.

2.1.4.2.5.1.2.2.1 Sarah M. (Peter, Peter, Peter, Peter, Joseph, Matthew, James, John), fille de Peter et Maria (Norton) Pease b. 1846 à Edgartown, MA m. 28 mars 1868 à Edgartown, Marcellus Tobey, 23 ans n. à Norridgewock, Maine. Il était le fils de William et Ruth Tobey.

Enfants de Peter (Peter, Peter, Peter, Joseph, Matthew, James, John) et Abbie Frances (Tanner) Pease :

2.1.4.2.5.1.2.2.2 Addie J. Pease b. 1854 à Phoenix, RI m. 26 octobre 1875 à Edgartown, MA Samuel Keniston b. 26 novembre 1849 à Edgartown d. 07 nov. 1911 Greffier des tribunaux de 1878 à 1888, il était le fils de Samuel Keniston b. à Thomaston, ME, et Thankful Vincent, et le frère de Nancy Keniston, qui a épousé John Nickerson Pease [2.4.1.14.1.3.1.1]. Samuel était un diplômé de Tufts, qui possédait et éditait la Vineyard Gazette. Il a également écrit le roman A Romance of Martha's Vineyard sous un pseudonyme.

2.1.4.2.5.1.2.2.3 Frederick E. Pease b. 30 décembre 1856 d. 31 mars 1916 à Edgartown. Fred est mort célibataire. Il était batelier. Ses funérailles ont eu lieu dans la maison de son beau-frère, William King.

2.1.4.2.5.1.2.2.4 Byron E. Pease b. le 19 juin 1862 à Edgartown, MA d. 18 janvier 1946 d'une myocardite chronique à Nantucket, MA m. 28 octobre 1895 à Nantucket, Lillian E. Murphy b. 20 octobre 1873 à Nantucket d. 01 mars 1962. Elle était la fille de Josiah F. et Avis N. (Folger) Murphy. Byron a commencé sa carrière dans l'épicerie après avoir déménagé à Nantucket au début de la vingtaine. Il est ensuite devenu propriétaire d'un garage et a exploité un service de bus assurant la navette entre les vacanciers et le débarcadère du ferry jusqu'aux points pittoresques de l'île. Enfants de Byron E. et Lillian E. (Murphy) Pease nés à Nantucket, MA :

2.1.4.2.5.1.2.2.4.1 Elmer Francis b. 22 septembre 1896 d. 22 septembre 1943 Nantucket, MA
2.1.4.2.5.1.2.2.4.2 Marion Elliott b. 08 septembre 1898 d. 12 août 1913 Nantucket, MA
2.1.4.2.5.1.2.2.4.3 Kenneth N. b. 07 juin 1900 d.

2.1.4.2.5.1.2.2.5 Lillean E. Pease b. 19 mars 1867 à Edgartown m. 22 octobre 1889 à Edgartown, William A. King, un constructeur de bateaux de 34 ans. Il était le fils de William et Julia King.

Enfants de William Luce (Bartlett, Bartlett, Abishai, Theophilus, Nathaniel, James, John) et Nancy Cleveland (Pease) Pease nés à Tisbury, Massachusetts :

2.1.5.5.3.7.2.4.1 Henry Stetson Pease b. 17 janvier 1858 d. 26 juillet 1875 à (enregistré) Tisbury m. Christabell Martin b. 1860 à Manchester, NH d. 16 janvier 1907 d'une tumeur ovarienne à W. Tisbury. Elle était la fille de Nicholas et Mary (Peake) Martin d'Angleterre. Extrait de sa nécrologie : "Henry S. Pease s'est noyé lundi après-midi de la semaine dernière au quai de Menemsha, à Chilmark. Son corps a été retrouvé mardi matin. Le jeune Pease a commencé à prendre son bateau pour transporter des casiers à homard et comme le bateau a été retrouvé partiellement détaché du quai, on suppose qu'il a glissé par-dessus bord."

2.1.5.5.3.7.2.4.2 Nancy William Pease b. 15 novembre 1862 à Tisbury, MA m. 13 octobre 1881 à Tisbury, Christopher Look 26 ans b. à Tisbury. Il était boucher, le fils de John et Mary Look.

2.1.5.5.3.7.2.4.4 William Henry Pease b. 20 avril 1877 d. 12 juillet 1909 de la tuberculose à W. Tisbury, MA. William a été invalide pendant les dernières années de sa vie et ne s'est jamais marié.

2.4.1.4.2.3.1.2.1 Henry Holmes (Henry A., Henry A., Salathiel, Benjamin, Benjamin, Benjamin, David, John), fils de Henry A. et Phebe Ann (Smith) Pease b. 26 janvier 1852 à Edgartown, MA d. 02 mars 1933 après un séjour de 351 jours à l'hôpital d'Oak Bluffs, MA. Henry était baleinier et premier officier sur un navire dans le Pacifique. Il ne s'est jamais marié.

Enfants de John (Henry, Salathiel, Benjamin, Benjamin, Benjamin, David, John) et Aurilla C. (Look) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.4.2.3.1.4.1 Mary A. Pease b. 1851 m. 10 juillet 1871 à Aylesford, Nouvelle-Écosse, George Allen Tupper n. Mai 1849 à Rockland, ME. Il était le fils de Charles Francis Tupper b. le 16 juillet 1824 à Cornwallis, Nouvelle-Écosse d. le 18 décembre 1887 à Rockland, et Sarah Elizabeth Peck b. 9 novembre 1829 à Hopewell, Nouveau-Brunswick d. 22 août 1876 à Rockland. Charles et Sarah se sont mariés en 1845 à Hopewell. George Allen Tupper et Mary A. Pease ont renouvelé leurs vœux le 13 février 1879 à Edgartown.

2.4.1.4.2.3.1.4.2 George L. b. 08 mars 1857 d. 22 février 1877 de consommation à Edgartown, MA. Il était imprimeur.

2.4.1.4.2.3.1.4.3 Abbie Davis Pease b. 29 janvier 1861 d. 27 septembre 1943 d'un cancer à Oak Bluffs, MA. Abbie est née dans la maison Pease au coin de Summer Street et Simpson's Lane. Elle a commencé sa carrière d'enseignante à l'âge de 17 ans, alors qu'elle fréquentait le Martha's Vineyard Summer Institute. Elle a également étudié à la Miss Wheelock's School et à la Hyannis Normal School. Sa première classe en tant qu'enseignante était une cabane à Farm's Neck avec 24 élèves âgés de 4 à 16 ans. L'un de ses élèves, un garçon sourd-muet, a été étudié par Alexander Graham Bell dans sa propre quête sur la cause d'une forte concentration de surdité sur l'île. Abigail a également enseigné à l'école des grandes plaines à l'extérieur d'Edgartown et à l'école du village. Au cours de ses cinquante-deux années d'enseignement, seuls trois mois ont été perdus pour cause de maladie. Elle a pris sa retraite en 1929.

2.4.1.4.2.3.1.4.4 Chester E. Pease b. 25 novembre 1862 d. 15 octobre 1951 à Edgartown m. 26 novembre 1890 à l'église méthodiste Vineyard Haven, Edgartown, Martha R. Lambert b. 10 septembre 1870 à Chilmark, MA d. 10 mars 1944 d'une maladie cardiaque congestive à Oak Bluffs, MA. Elle était la fille de Frederick et d'Almira (Norton) Lambert. "Mattie" (Lambert) Pease, une chanteuse talentueuse, était membre du Edgartown Women's Club et du D.A.R. L'un de ses engagements de chant était pour Madame Nordica lorsqu'elle a fait une visite sur l'île. Chester était associé à son père dans le commerce des livrées, possédait des biens immobiliers et exploitait une agence de vente et de location d'automobiles. Il a été confiné dans un fauteuil roulant au cours des derniers mois de sa vie. Pour le 50e anniversaire de mariage de Chester et Mattie, en 1940, une célébration a eu lieu à leur domicile de 19 h à 22 h, avec de nombreux membres de la famille et des amis.

Enfants de Charles Wesley (Henry, Salathiel, Benjamin, Benjamin, Benjamin, David, John) et Parnell Cathcart (Smith) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.4.2.3.1.5.1 Mary Wesley Pease b. 27 décembre 1853 d. 14 janvier 1908 à Edgartown m. 18 novembre 1879 à Edgartown, Benjamin B. Worth, 34 ans. Il était le fils de Benjamin Worth b. 01 mai 1799 et Louisa P. Coffin. Benjamin et Louisa se sont mariés le 13 mars 1833 à Edgartown.

2.4.1.4.2.3.1.5.2 Parnell C. Pease b. 10 novembre 1855 d. 17 février 1925 de complications du diabète à Edgartown m. le 25 mars 1885 à Edgartown, en tant que seconde épouse, le capitaine Charles W. Fisher âgé de 49 ans. Il était le fils de Gamaliel Fisher b. 09 septembre 1794 et Rhoda Fish. Gamaliel et Rhoda se sont mariés le 30 octobre 1814. Charles était capitaine du Bark Alaska. Parnell a navigué avec lui dans le Pacifique lors d'un voyage de chasse à la baleine, et après leur retour, il a construit une maison au coin de North Water Street. Parnell était membre du Edgartown Women's Club et du chapitre Martha's Vineyard du D.A.R.

2.4.1.4.2.3.1.5.3 Tisdale S. Pease b. 12 décembre 1857 d. le 15 décembre 1931 d'une pneumonie à Edgartown. Tisdale a fréquenté l'école avec les enfants indiens de Chappaquiddick. Ses aventures maritimes ont commencé dès son plus jeune âge, avec son premier voyage sur une goélette à maquereaux au départ de Welfleet. À 20 ans, il était sur un baleinier de New Bedford pour une excursion de 30 mois au cercle antarctique. Tisdale a passé les 35 années suivantes en tant qu'homme baleine, naviguant sur le Canton, Janus, Ohio, Gay Head, Alaska, Alice Knowles et Jacob Howland. A bord du navire Janus, il fit naufrage sur les côtes néo-zélandaises, et passa plusieurs semaines à Auckland avant d'être renvoyé chez lui sur un autre bateau. Son tour de service sur la barque Swallow a failli se terminer en catastrophe, lorsqu'un vapeur italien a percuté le bateau. Le patchwork rapide de l'équipage a empêché la barque de couler.

2.4.1.4.2.3.1.5.6 David Butler Pease b. 21 novembre 1863 d. 07 novembre 1935 de complications suite à une opération à l'hôpital Martha's Vineyard à Oak Bluffs, MA Bur. avec sa femme au cimetière de West Side m. 09 avril 1894 à Edgartown, Ida B. Stuart b. 14 juillet 1868 d. 09 août 1942 d'un cancer à Oak Bluffs, MA. Elle était la fille d'Alfred et Lydia R. (Mayhew) Stuart. David Pease était menuisier et pêcheur. Avant de se marier, il a voyagé dans l'ouest et a passé quelques années à travailler dans un ranch de moutons et une plantation de pruneaux. Il appartenait à l'église épiscopale St. Andrews et à l'Oriental Lodge. Un enfant de David Butler et Ida B. (Stuart) Pease né à Edgartown, MA :

2.4.1.4.2.3.1.5.6.1 Parnell S. b. 24 août 1896 d. 23 février 1974 Falmouth, MA

2.4.1.4.2.3.1.5.7 Benjamin Warren Pease b. 30 juillet 1866 d. 23 janvier 1938 d'une maladie cardiaque à Edgartown m. 5 février 1890 à Edgartown, Annie Baird Currier n. à Baltimore, Maryland d. 25 février 1940, 72 ans dans une ambulance à Wareham, MA, en route pour un hôpital de Boston pour une intervention chirurgicale. Elle était la fille de Daniel Currier de Plymouth, MA, et Henrietta Smith de Pittsburg, PA. Annie était compositrice (la première femme de Martha's Vineyard à le faire) pour le Cottage City Star. Elle était connue sur l'île, en tant qu'amie des naufragés, leur donnant de la nourriture et des vêtements en cas de besoin. Elle a également enseigné l'école du dimanche à l'église congrégationaliste. Benjamin a fréquenté les écoles d'Edgartown, étudiant la construction et l'architecture à Vineyard Haven. Il exploita une entreprise de menuiserie et de construction avant de déménager dans l'Ouest. Au Mexique, il était employé dans une fabrique d'allumettes et conduisait un tramway à San Francisco, en Californie, avant de retourner au vignoble. De retour à la maison, Benjamin travaillait dans une ferme de 200 acres à Tom's Neck à Chappaquiddick, était un sélectionneur et un évaluateur de la ville, un membre du conseil consultatif, des Odd Fellows et de l'Oriental Lodge of Masons. Enfants de Benjamin Warren et Annie Baird (Currier) Pease nés à Cottage City, MA :

2.4.1.4.2.3.1.5.7.1 Gladys b. 21 mai 1891 d.
2.4.1.4.2.3.1.5.7.2 Elva Stuart b. 08 décembre 1892 d.

Enfants d'Edward Harper (John Harper, John Harper, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John) et Jane Caroline (Parker) Pease :

2.4.1.6.2.1.4.1.1 Mary Jane Pease b. 1840 à Nantucket, MA m. 06 septembre 1863 à New Bedford, MA, Isaac M. Mosher b. 1841 à North Dartmouth, MA. Il était charpentier et fils d'Isaac et de Rebecca Mosher.

2.4.1.6.2.1.4.1.2 Benjamin B. Pease b. 30 septembre 1842 à Nantucket, MA d. 27 juillet 1904 d'endocardite sur fraise de Nantucket. dans le cimetière du Nord m. 05 juillet 1868, comme son deuxième mari, Ann Folger (Turner) Winslow b. 10 août 1839 à Nantucket d. 08 mars 1921 d'artériosclérose à Nantucket. Elle était la fille de Job et Elizabeth (James) Turner, qui se sont mariés le 22 septembre 1822 à Nantucket. Benjamin était capitaine dans le 120th MA Regiment. Un enfant de Benjamin B. et Anna Folger (Turner-Winslow) Pease né à Boston, MA :

2.4.1.6.2.1.4.1.2.1 Benjamin Chester b. 02 avril 1874 d. 19 février 1959 Nantucket, MA

Enfants de William Crawford (John Harper, John Harper, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John) et Henrietta E. (Cartwright) Pease :

2.4.1.6.2.1.4.5.1 Edward Pease b. environ 1854 m. Elizabeth Bailey. Enfants d'Edward et Elizabeth (Bailey) Pease :

2.4.1.6.2.1.4.5.1.1 Edna b. ré.
2.4.1.6.2.1.4.5.1.2 Guillaume b. ré.

2.4.1.6.2.1.4.5.4 George William Pease b. 16 septembre 1862 à San Francisco, Californie d. 10 février 1905 d'un cancer du foie à Fall River, MA. Sur son acte de décès, George était inscrit comme marié et enseignant.

2.4.1.6.2.5.7.2.3 Charles Sumner (Charles Fordham, Henry, Valentine, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John), fils de Charles Fordham et de Lucy M. (Sawyer) Pease n. le 24 septembre 1875 à Boston, MA d. 12 juillet 1936 d'une maladie cardiaque à Northampton, MA bur. South Windsor, CT m. Harriet Farnham. Charles était médecin.

Enfants d'Isaac David (Daniel C., Chase, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Eveline McLellan (Clark) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.1.3.1.3.1 Benjamin Poole Pease b. 18 août 1871 à Edgartown, MA d. 29 juillet 1954 à New Bedford, MA m. (1) 29 novembre 1895 à New Bedford, Hannah J. Fuller b. février 1866 à New Bedford d. 14 mars 1931 à New Bedford. Elle était la fille du capitaine Jonathan Aiken Fuller b. le 29 novembre 1824 à Dartmouth, MA, et Hannah Hamilton Edmunds b. 11 juillet 1823 à Falmouth, MA. Benjamin Pease était machiniste chez Mason Machine Works à Taunton, MA, la Suffolk Electric Company et le Merchants National Bank Building à New Bedford. Il passa quelque temps en mer sur la goélette de fret Charles A. Briggs appartenant à Taunton. Pendant 25 ans, M. Pease a également été instructeur au département d'électricité de la New Bedford Vocational School. Il m. (2) 11 septembre 1940 à Fairhaven, Mme Mary Eva (Parc). Ils vivaient sur Grape Street à New Bedford.

2.4.1.14.1.3.1.2.2 Alexander McLellan Pease b. 26 septembre 1876 d. 18 décembre 1946 à Edgartown m. Ethel Hutchinson. Alexander "Ike" Pease possédait une maison à Cape Pogue, qui était " tordue autour ", mais a survécu à l'ouragan de 1944. Le mercredi 18 décembre 1946 vers 19 heures, un incendie s'est déclaré dans la maison, Pease n'a pas pu sortir et il est décédé par asphyxie par la fumée. Un camion de pompiers avec une équipe de huit personnes a répondu à l'appel, mais le logement était en cendres avant leur arrivée. Un chien "Spitz" blanc appartenant à Ike s'est de toute évidence échappé, car il a été retrouvé vivant par les pompiers.

Enfants de Louis H. (Isaiah Dunham Jr., Isaiah Dunham, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Cynthia B. (Fisher) Pease :

2.4.1.14.1.5.4.1.1 Ernest Allen Pease b. 08 février 1876 d. 02 août 1931 à New Bedford, MA m. 03 juin 1896 à Edgartown, Margaret L. Emmerson b. 1876 ​​à Clifton, New Jersey. Elle était la fille de Herbert G. et Mary A. Emmerson.

2.4.1.14.1.5.4.1.4 Edward Howard Pease b. 22 juin 1885 à Edgartown, MA d. 23 juillet 1928 à Edgartown m. le 23 juin 1913 à Edgartown, comme son deuxième mari, Florence Chester Ripley b. 10 avril 1885 d. le 19 janvier 1939 d'artériosclérose à Edgartown. Elle était la fille de Henry Ripley b. à Edgartown, et Cynthia Smith b. à Chilmark. Edward est diplômé de l'Edgartown High School et a fréquenté le Bryant and Stratton Commercial College à Boston. C'était un chanteur accompli et, pendant 21 ans, il a été organiste et membre de la chorale à l'église méthodiste d'Edgartown. Il était également trésorier de la ville, membre du comité scolaire, administrateur de l'église, secrétaire et trésorier de l'école du dimanche, membre et premier président de la Dukes County Historical Society, et l'un des rares membres masculins du Martha's Vineyard Garden Club. . Les jardins et parterres de fleurs entourant sa maison, ont été maintes fois admirés par les passants. Sa dernière année a été passée dans et hors du Massachusetts General Hospital. Florence a passé la plupart de ses premières années à New Bedford, où elle a obtenu son diplôme d'études secondaires. Elle était également membre de l'Église méthodiste, le D.A. R. et le Dukes County Hist. Société. Elle m. (1) Leroy Yale Fisher d. 1907.

2.4.1.14.1.5.4.1.5 Fanny Louise Pease b. 06 février 1888 m. 05 février 1910 à Cambridge, MA, Daniel Murray Weymouth, 26 ans n. dans la vieille ville, ME. Il était le fils de Chelsey et Lenora (Cary) Weymouth.

2.4.1.14.1.7.1.1.1 Sophronia Nelson (Horatio Nelson, Joseph Thaxter, Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John), fille de Horatio Nelson et Lydia A. (Adams) Pease b. 04 août 1862 à Chilmark, MA m. 09 octobre 1879 à Providence, RI, Orion A. Pease n. 1844 à New-York. Ses parents ne figuraient pas sur l'acte de mariage et aucun lien n'a pu être établi avec la famille principale.

2.4.1.14.1.7.1.2.1 Julia Nye (Joseph Thaxter Jr, Joseph Thaxter, Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John), fille de Joseph Thaxter Jr et Emily Frank (Lewis) Pease b. 26 décembre 1862 à Edgartown, MA d. 31 janvier 1894 à Edgartown m. Walter S. Osborn.

2.4.1.14.1.7.1.4.2 Charles (Cyrus Howard, Joseph Thaxter, Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John), fils de Cyrus Howard et d'Ella Jane (Bradley) Pease n. 11 juin 1868 à Edgartown, MA d. 05 septembre 1948 d'un cancer du poumon à Brookline, MA m. Ida Murdoch b. 08 avril 1865 à Pictou, Nouvelle-Écosse d. le 12 octobre 1948 d'une maladie cardiaque à Brookline. Elle était la fille de William Murdoch b. à Pictou, et Annabel Fisher b. à New Glasgow, en Nouvelle-Écosse. Charles était banquier.

Enfants de William J. Worth (William Cooke, Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Agnes M. (Cheivers) Pease nés à New Bedford, Massachusetts :

2.4.1.14.1.7.2.1.1 William C. Pease b. 20 juillet 1871 d. 11 mars 1898 à Dartmouth, MA m. (1) 08 janvier 1891 à New Bedford, Helen E. Piets b. janvier 1873 d. 21 mai 1892 à New Bedford. Elle était la fille de Charles H. Piets b. à Tiverton, RI, et Mary Emma__ b. à Dartmouth. Guillaume m. (2) 08 décembre 1894 à New Bedford, Eva F. Demoranville, 22 ans n. à N. Dartmouth, MA. Elle était la fille de Samuel B. et Eunice C. (Tripp) Demoranville.

2.4.1.14.1.7.2.1.2 Edith W. Pease b. 14 avril 1874 d. 12 février 1900 à Edgartown, MA m. 13 octobre 1892 à New Bedford, Edward B. Robbins, 24 ans. Il était pompier de chemin de fer et fils de Moses H. et Lucy E. (Baker) Robbins.

Enfants de William Cook (Jeremiah Jr., Jeremiah, Noah, Seth, Benjamin, David, John) et Rebecca Allen (Kelley) Pease nés à Edgartown, Massachusetts :

2.4.1.14.1.7.4.1.1 Gerald Allen Pease b. 13 janvier 1885 d. 17 décembre 1918 d'une pneumonie lobaire à Lexington, MA. Il était fonctionnaire du comté.

2.4.1.14.1.7.4.1.2 Mildred W. Pease b. 01 janvier 1890 m. 15 juin 1911 à Edgartown, Walter S. Beatty âgé de 25 ans n. à Boston, MA. Il était le fils de James H. et Rebecca (Pollock) Beatty.

Enfants de William B. (Charles W., Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John) et Rosella P. (Fisher) Pease nés à Edgartown, Massachusetts : :

2.4.1.14.2.3.2.3.2 George Fisher Pease b. 18 juillet 1890 d. 11 avril 1964 à Edgartown bur. Cimetière de Westside m. Alice Elizabeth Fisher n. 05 mai 1897 à Edgartown d. le 22 octobre 1959 d'une hémorragie cérébrale à Oak Bluffs. Elle était la fille de Herbert Fisher b. à Edgartown, et Clara Waterman b. dans E. Providence, RI. Enfants de George Fisher et Alice Elizabeth (Fisher) Pease :

2.4.1.14.2.3.2.3.2.1 Jonathan S. b. 20 juin 1909 d. 24 septembre 1968 Oak Bluffs, MA
2.4.1.14.2.3.2.3.2.2 George F. b. 14 novembre 1916 d.

2.4.1.14.2.3.2.3.3 Wilbur Brace Pease b. 12 janvier 1888 à Edgartown, MA d. 13 mai 1944 d'une thrombose coronarienne à Edgartown m. Gladys M. Luce d. 1974 à 71 ans à Oak Bluffs, MA

2.4.1.14.2.3.2.7.1 Austin Swinburne (Josiah Chase, Charles W., Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John), fils de Josiah Chase et Catherine (Hatfield) Pease b. 15 avril 1891 à Edgartown, MA m. 03 juillet 1911 à Edgartown, Anna Elizabeth Dahl b. 22 avril 1882 à Booda, Norvège d. 20 juillet 1936 de TB à Danvers, MA bur. à Beverly, MA. Elle était la fille de Fritzof et Anna (Hansen) Dahl de Norvège. Enfants d'Austin Swinburne et d'Anna Elizabeth (Dahl) Pease, 1 né à Attleboro, MA, d'autres à Edgartown, MA :

2.4.1.14.2.3.2.7.1.1 Grâce M. b. 12 décembre 1911 d. 31 décembre 1911 Attleboro, MA
2.4.1.14.2.3.2.7.1.2 Josias François b. 30 octobre 1912 d. 09 novembre 1912 Edgartown, MA
2.4.1.14.2.3.2.7.1.3 Françoise Dahl b. 16 juillet 1918 d. 20 août 1920 Edgartown, MA

2.4.1.14.2.3.3.1.1 Emma P. (Francis Jr, Francis, Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John), fille de Francis et Caroline Elizabeth (Brett) Pease b. 1868 à Edgartown, MA m. 12 novembre 1884 à Brockton, MA, Franklin Lingham, 21 ans n. à Quincy, MA. Il était le fils de George W. et Eveline M. Lingham.

Enfants de Peter M. (Peter M., Josiah, Francis, Seth, Benjamin, David, John) et Mary A. (Campell) Pease nés à Cottage City, Massachusetts :

2.4.1.14.2.3.6.3.1 Leonard Bacon Pease b. 20 avril 1883 à Cottage City, MA d. 23 octobre 1927 dans un accident de voiture à Brockton, MA. Il était monteur de lignes pour Tel & Tel.

2.4.1.14.2.3.6.3.2 Albert Campbell Pease b. 02 mai 1886 d. 04 avril 1936 d'une crise cardiaque apparente dans son sommeil à Barnstable, MA m. le 10 septembre 1911 à Edgartown, comme son deuxième mari, Marion (Bisbee) Robinson b. 15 octobre 1881 à Spencer, MA. Elle était la fille de Frank Adelbert Bisbee b. 28 février 1855 à Nunda, NY d. 1923 en Floride, et Hannah T. Bradley d. 1886.

2.1.4.2.5.1.2.2.4.1 Elmer Francis (Byron E, Peter, Peter, Peter, Peter, Joseph, Matthew, James, John) fils de Byron E. et Lillian E. (Murphy) Pease b. 22 septembre 1896 à Nantucket, MA d. 22 septembre 1943 d'une thrombose coronarienne à Nantucket, MA Bur. Cimetière de Prospect Hill m. Laura F. Ellis b. 14 août 1906 à Mattapoisett, MA d. 28 mars 1973 d'un cancer à Nantucket. Elle était institutrice et fille de Charles W. et Fanny (Howard) Ellis de Mattapoisett. Elmer était un dispensateur de bien-être public.

2.4.1.4.2.3.1.5.7.2 Elva Stuart (Benjamin Warren, Charles Wesley, Henry, Salathiel, Benjamin, Benjamin, Benjamin, David, John), fille de Benjamin Warren et Annie Baird (Currier) Pease n. 08 décembre 1892 à Cottage City, MA m. 25 juin 1913 à Edgartown, Roger Sherman Hoar b. 08 avril 1887 à Waltham, MA. Il était le fils de Sherman Hoar b. 30 juillet 1860 à Concord, MA d. 7 octobre 1898, et sa première épouse, Caroline Prescott Wood b. 02 octobre 1860 à Dorset, VT d. 24 août 1891. Sherman et Caroline se sont mariés le 02 juin 1886 à Concord. Roger S. Hoar est diplômé de Harvard B.A. 1909, L.L. B. 1911. Il était premier lieutenant dans l'artillerie des garde-côtes américains. Son père était un avocat de Harvard, un représentant au Congrès (1891-1893) et le procureur américain du Massachusetts 1893-1897.

2.4.1.6.2.1.4.1.2.1 Benjamin Chester (Benjamin B., Edward Harper, John Harper, John Harper, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John), fils de Benjamin B. et Anna Folger (Turner-Winslow) Pease b. 02 avril 1874 à Boston, MA d. 19 février 1959 à Nantucket, MA m. Le 22 avril 1895 à Nantucket, Ellen Gray Parker n. 21 décembre 1869 à Nantucket d. 18 décembre 1960 à Nantucket. Elle était la fille d'Ezekiel H. et d'Elizabeth G. (Brown) Parker. Benjamin était menuisier.

Enfants d'Edward (William Crawford, John Harper, John Harper, Malatiah, Malatiah, Benjamin, David, John) et Elizabeth (Bailey) Pease :

2.4.1.6.2.1.4.5.1.1 Edna Pease m. Randall Pratt, et a vécu à Portland, Oregon.

2.4.1.6.2.1.4.5.1.2 William Pease m. Grâce Miller. Enfants de William et Grace (Miller) Pease :

2.4.1.6.2.1.4.5.1.2.1 Wilma b. ré.
2.4.1.6.2.1.4.5.1.2.2 Edouard b. ré.

Êtes-vous issu de cette famille ?
Avez-vous des informations supplémentaires qui devraient être ajoutées à cette page?
Commentaires? Corrections ? Suggestions?
Contactez Richard Bart.

Des questions? Des questions ? Vous cherchez un PEASE ?
Postez vos questions sur la famille PEASE de Martha's Vineyard sur le forum de requête Genweb du comté de Dukes.
Ou utilisez le Pease Genforum pour toutes les questions de la famille Pease.


James Pease père (1637 - 1719)

Son père, John Pease est venu à Boston en 1634 où il a rencontré et épousé Lucy Weston. James est né en 1637 à Salem, Mass. La famille a déménagé à Martha's Vineyard en 1644 où sa mère est décédée en 1648, laissant John avec 2 fils : James-11 et John-9. John Sr se remarie rapidement avec Mary Browning, probablement vers 1648.

Vers 1650 à 1653, son père était à New London, CT, alors peut-être que la famille était là pendant un certain temps

Naissance : 15 MAR 1637 Décès : 17 MAR 1719

Naissance

15 mars 1636-7 à Salem, Essex, colonie de la baie du Massachusetts [3] [4] [5]

Mariages et enfants

James Pease épousa pour la première fois Elizabeth Norton, à Edgartown, le 26 avril 1663. [6] [7] [8] [9]

1664 a été la première guerre des Pays-Bas lorsque les Anglais ont pris le contrôle de New York.

James était connu comme un planteur. De toute évidence, c'était un homme d'affaires très prospère, comme l'indique le testament de son père :
"[Mon fils] Jacques l'Ancien, Dieu a plu à le bénir dans ses travaux et ses efforts et je lui ai été utile pour qu'il soit très bien de passer dans son domaine bien au-delà de moi-même : je fais donc dans ce dernier mon dernier volonté et testament donner à mon fils aîné James Peas douze pence." [Aucune terre donnée comme son frère l'a reçue.]

James et Elizabeth avaient, à Edgartown : [10]

  • Jacques b. Californie. 1664 d. bef. 1711
  • Jean b. 1666 d. 16 mars 1699 Tisbury, MA
  • Marthe, b. Californie. 1668, mort jeune
  • Stéphane b. Californie. 1670 d. Californie. 1728 Edgartown, Massachusetts
  • Matthieu b. 1675 d. 1718 Edgartown, MA
  • Nathanaël b. 1678 d. 1751
  • Marie b. Californie. 1680 d.
  • Marthe b. Californie. 1682 d.
  • Méhable b. Californie. 1685 d.

Elizabeth est décédée, peut-être vers 1705.

James a ensuite épousé Mme Abigail Covell (née Travis, née le 08 janvier 1662, veuve d'Ezra Covell) le 26 avril 1706 à Edgartown. [11]

Décès

Il a vécu toute sa vie sur Martha's Vineyard et a été enterré à Tower Hill à Edgartown, MA
Le testament de James PEASE fait le 21 juillet 1711 et prouvé le 2 avril 1719.

27 mars 1719 à Edgartown, Dukes, province de la baie du Massachusetts [12] [13] [14]


Détails de l'article

Manuscrit annoté au recto, avec « 24 » apparaissant au crayon dans la marge supérieure gauche de la page au-dessus des salutations de Pease Nichol à Garrison, « Elizabeth Pease à WL Garrison » apparaissant à l'encre noire sur la marge supérieure droite de la page au-dessus de la date du papier à en-tête, et « Garrison MSS ." tamponné à l'encre bleue dans la marge supérieure droite de la page sous la date de l'en-tête.

Manuscrit daté "5 mo. 23. 1848".

Manuscrit adressé au verso à "Wm Lloyd Garrison 21 Cornhill Boston Massts".

Verso manuscrit orné de trois timbres-poste superposés à l'encre bleue et noire.

Elizabeth Pease Nichols écrit à William Lloyd Garrison avec "des sentiments de tristesse et de sympathie" concernant la mort de la fille en bas âge de Garrison, Elizabeth Pease Garrison. Pease Nichols fait part de son inquiétude à Garrison d'avoir appris son accès de grippe dans les pages du Liberator et lui conseille d'envisager des traitements d'hydrothérapie. Pease Nichols écrit sur les progrès réalisés en Grande-Bretagne dans la cause antiesclavagiste.


Hélène Elizabeth PEASE

[S-888572663] États-Unis, Social Security Applications and Claims Index, 1936-2007, Ancestry.com, (Ancestry.com Operations, Inc.).

[S-1328049024] 1930 United States Federal Census, Ancestry.com, (Publication en ligne - Provo, UT, États-Unis : Ancestry.com Operations Inc, 2002. Données originales - États-Unis d'Amérique, Bureau of the Census. Fifteenth Census of the États-Unis, 1930. Washington, DC : National Archives and Records Administration, 1930. T626, ), Année : 1930 Lieu de recensement : Sumter, Sumter, Caroline du Sud Rouleau : 2214 Page : 13B Enumeration District : 0027 Image : 224,0 Microfilm FHL : 2341948 .

[S-1327952831] 1940 United States Federal Census, Ancestry.com, (Publication en ligne - Provo, UT, États-Unis : Ancestry.com Operations, Inc., 2012. Données originales - États-Unis d'Amérique, Bureau of the Census. Sixteenth Census des États-Unis, 1940. Washington, DC : National Archives and Records Administration, 1940. T627), Année : 1940 Lieu de recensement : Trenton, Grundy, Missouri Rôle : T627_2110 Page : 3A District d'énumération : 40-18.

[S-1853554303] Social Security Death Index, Ancestry.com, (Publication en ligne - Provo, UT, États-Unis : Ancestry.com Operations Inc, 2011. Données originales - Social Security Administration. Social Security Death Index, Master File. Social Security Administration .Données d'origine : Social Security Administration. Social Security D), Numéro : 119-07-4747 État d'émission : New York Date d'émission : Avant 1951.

Ce site propulsé par The Next Generation of Genealogy Sitebuilding v. 13.0.1, écrit par Darrin Lythgoe © 2001-2021.


Elizabeth Pease - Histoire

Robert PEASE Jr. (1683 – 1766) était le 9e arrière-grand-père d'Alex, l'un des 1 024 de cette génération de la ligne Miner.

Robert était l'un des fondateurs de Somers, Connecticut

Robert Pease Jr. est né le 2 février 1683 à Enfield, Hartford, Connecticut. Ses parents étaient Robert PEASE Sr. et Abigail RANDALL. Il s'est d'abord marié Hannah SEXTON le 15 février 1710 à Enfield, Connecticut. Après la mort d'Hannah, il épousa Rachel [__?__] après novembre 1711 à Enfield, Connecticut. Il a épousé (3) Elizabeth Emery le 28 février 1716 à Andover, Mass. Robert est décédé le 17 novembre 1766 à Somers, Tolland, CT.

Pierre tombale de Robert Pease — West Cemetery Somers Tolland County Connecticut,

Une inscription:
À la mémoire de M. Robert Pease / Décédé / 17 novembre 1766 / Dans sa 82e année

Pourquoi pleurons-nous nos amis qui partent,
Ou trembler aux alarmes de décès ?
‘C'est la voix que Jésus envoie
Pour les appeler dans ses bras

Hannah Sexton est née le 18 mai 1692 à Westfield, Mass. Ses parents étaient Joseph SEXTON et Hannah WRIGHT. Hannah est décédée le 8 novembre 1711 à Enfield, CT quelques jours après la naissance de leur fille Miriam.

Rachel [__?__] est née vers 1684 à Enfield, Connecticut et est décédée avant février 1715.

Elizabeth Emery est née le 28 septembre 1698 à Andover, Mass. Ses parents étaient Joseph Emery et Elizabeth Merrill. Elizabeth est décédée le 9 septembre 1789 à Enfield, Hartford, CT.

Pierre tombale d'Elizabeth Emery Pease — West Cemetery Somers, comté de Tolland, Connecticut

Une inscription:
À la mémoire de / Mme Elizabeth / Épouse de / M. Robert Pease / décédé / 9 septembre 1789 / Dans l'année 91 / de son âge.

Pourquoi tremblons-nous de transmettre
Leurs corps au tombeau,
Là reposait la chère chair de Jésus,
Et a laissé un long parfum.

Enfant de Robert et Hannah :

Nom Née Marié Défunt
1. Miriam PEASE 27 octobre 1711
Enfield, Connecticut
Nathaniel PEASE I
24 déc. 1730
Enfield, Connecticut
1765

Enfants de Robert et Elizabeth Emery

Nom Née Marié Défunt
2. Elizabeth Pease 1718
Enfield, Connecticut
Daniel Lire
1er décembre 1743
Enfield, Connecticut
1768
3. Abigail Pease 21 sept. 1722
Enfield, Connecticut
4. Le lieutenant Robert Pease 19 décembre 1724
Enfield, Connecticut
Hannah Sexton
4 sept. 1746
Somers, Connecticut
.
Soumettre Davis
2 novembre 1805
Somers, Connecticut
5. Emery Pease 17 mai 1727
Enfield, Connecticut
Marie Horton
9 janvier 1755
Somers, Connecticut
3 octobre 1776
Somers, Connecticut
6. Jane Pease 1729
Enfield, Connecticut
Thomas Buck
1 juin 1749
Hébron, Connecticut
18 mai 1815
7. Hannah Pease 1730
8. Bethsabée Pease 27 avril 1732
Enfield, Connecticut
Joseph Chasse
18 déc. 1750
Somers, Connecticut
1er décembre 1797
Somers, Connecticut
9. Marie Pease 3 juillet 1734
Somers, Connecticut
20 mai 1778
Somers, Tolland, Connecticut
10. Le colonel Abiel Pease 24 janvier 1736
Somers, Connecticut
Esther Cooley
12 mai 1757
Somers, Connecticut
9 mai 1806
Somers, Connecticut
11. Capitaine Noah Pease 28 juin 1739
Somers, Connecticut
Mary Ward
23 mars 1762
Somers, Connecticut
.
Dorcas Hubbard
20 juillet 1818
Somers, Connecticut

Robert était l'un des fondateurs de Somers, Connecticut.

Somers est une ville du comté de Tolland, dans le Connecticut. La population était de 10 417 habitants au recensement de 2000. Le centre-ville est répertorié par le Bureau du recensement des États-Unis comme un lieu désigné par le recensement (CDP). En 2007, Magazine de l'argent nommé Somers, Connecticut 53e sur sa liste des 100 meilleurs endroits où vivre, sur la base d'opportunités économiques, de bonnes écoles, de rues sûres, de choses à faire et d'un véritable sens de la communauté.

Somers, Tolland, Connecticut

Bordant le Massachusetts, Somers, le Connecticut est considéré comme faisant partie de la ville de Springfield, Massachusetts NECTA. Somers est à seulement 9 miles de la ville de Springfield, Massachusetts, et est considéré comme plus orienté vers elle que la ville de Hartford, Connecticut, qui se trouve à 16 miles au sud.

En 1734, Somers a reçu son nom de Lord John Somers d'Angleterre. La première réunion de la ville a eu lieu le 14 octobre 1734. Les points suivants ont été votés :

  • Les premiers dîmes ont été nommés *
  • Les porcs étaient libres de courir en liberté cette année
  • Samuel Billings a été élu constable
  • Une école devait être construite
  • Un attelage de chevaux devait avoir le même salaire qu'un homme

Lors de toutes les réunions et rassemblements, le rhum et l'alcool étaient votés pour l'occasion, généralement au gallon ou au baril plein et toujours enregistrés dans les registres de la ville. Le brandy de cidre coûtait 0,25 $ le gallon et le gin américain 0,40 $ le gallon.

En 1749, Somers devint une partie du Connecticut et la ville envoya son premier représentant, le capitaine Samuel Dwight, dans la capitale de New Haven. La première naissance enregistrée était Benjamin Thomas en 1725 qui aurait fait le premier cidre de pomme à Somers. De 1785 à 1818, tous ceux qui résidaient à Somers devaient payer des impôts pour le soutien de l'église congrégationaliste à moins qu'ils ne déposent un certificat signé par le ministre indiquant qu'ils appartenaient à une autre église et la soutenaient. Ils en ont été libérés par la Constitution en 1818

1. Myriam PEASE (Voir Nathaniel PEASE I‘s page)

2. Elizabeth Pease

Le mari d'Elizabeth, Daniel Read, est né en 1714 à Norwich dans le Connecticut. Ses parents étaient William Read et Anna Stark. Daniel est mort en 1814.

4. Robert Pease

L'épouse de Robert, Hannah Sexton, est née le 9 mai 1730 à Enfield, Connecticut. Ses parents étaient Joseph Sexton et Sarah Parsons. Hannah est décédée le 22 août 1795 à Enfield, Hartford, CT.

Robert était un soldat révolutionnaire, enrôlé le 6 juillet 1775, dans le huitième régiment, démobilisé le 16 décembre 1777

Il déménagea à Blandford, Mass vers 1780 et y vécut peu de temps où il perdit la majeure partie de sa richesse par la dépréciation de l'"argent continental". Il retourna à Somers où il mourut en 1805.

Pierre tombale du lieutenant Robert Pease — West Cemetery Somers, comté de Tolland, Connecticut

Une inscription:
À la mémoire de / Lieut / Robert Pease / qui mourut Novem / 2e 1805 dans la 81e / année de son âge

Tout ce que vous avancez depuis des années,
Vous en bonne santé et robuste,
Tu fais le tour de la tombe,
Et bientôt doit se transformer en poussière.

Enfants de Robert et Hannah :

5. Emery Pease

L'épouse d'Emery, Mary Horton, est née le 15 janvier 1736 à Somers, Tolland, Connecticut. Mary est décédée le 16 juillet 1812 à Somers, comté de Tolland, Connecticut.

Emery était un homme tenu en haute estime. Il était juge de paix et fut l'un des premiers à se rallier à l'appel de son pays pour défendre ses libertés. Il marcha sur Boston à la première alerte de la Révolution et fut plus ou moins engagé comme capitaine d'une compagnie de milice pendant la lutte révolutionnaire.

Son dixième enfant, né le 27 août 1776 à Somers, CT fut nommé Independence.

Pierre tombale d'Emery Pease — West Cemetery Somers, comté de Tolland, Connecticut

Une inscription:
À la mémoire de / Emery Pease Esq. / décédé / 3 octobre 1776 / Dans la 50e année de son âge.

Voici une voix dirigée ici,
Aux vieux et aux jeunes et à tous,
Qu'ils soient prêts à comparaître,
Chaque fois que Dieu appellera.

Enfants d'Emery et de Marie

6. Jane Pease

Le mari de Jane, Thomas Buck, est né le 6 septembre 1712 à Middletown, Middlesex, CT. Ses parents étaient Thomas Buck et Sarah Judd. Thomas est décédé à Bedford, en Pennsylvanie.

8. Bethsabée Pease

Le mari de Bathsheba, Joseph Hunt, est né le 27 avril 1729 à Somers, Tolland, CT. Ses parents étaient Joseph Hunt (1704 - ) et Ann Wood (1713 - 1783) Joseph est décédé en décembre 1814 à Somers, Tolland, CT.

Pierre tombale de Bathsheba Pease — North Cemetery Somers, comté de Tolland, Connecticut

10. Abiel Pease

La femme d'Abiel, Esther Cooley, est née le 15 octobre 1729 à Springfield, Hampden, Massachusetts. Ses parents étaient Eliakim Cooley et Griswold Beckwith. Ses grands-parents maternels étaient Matthieu BECKWITH et Elizabeth GRISWALD. Esther est décédée le 31 mai 1790 à Somers, Tolland, CT.

Abial était un officier de la Révolution, probablement dans la milice du Connecticut.

Il n'avait qu'un enfant, une fille nommée Esther.

Pierre tombale du colonel Abial Pease — West Cemetery , Somers, Tolland CountyConnecticut

Une inscription:
À la mémoire de Colnl Abial Pease / qui a quitté cela / Vie le 9 mai 1806 / Agé de 69 ans

Cette sombre demeure proclame la vérité,
À l'âge fléchissant et à la jeunesse épanouie,
Vous devez démissionner de vos pouvoirs actifs,
Et être un corps moisi comme le mien.

11. Capitaine Noah Pease

La première épouse de Noah, Mary Ward, est née le 16 septembre 1737 à Ashford, Windham, Connecticut. Ses parents étaient Jacob Ward et Hannah Jackson. Mary est décédée le 3 novembre 1807 à Somers, Tolland, CT.

La deuxième épouse de Noah, Dorcas Hubbard, est née le 5 avril 1756 à Ellington, Tolland, Connecticut. Ses parents étaient John Hubbard et [__?__]. Elle a d'abord épousé Samuel Arnold (1745 – 1797)
, ensuite Peter Kibbe (1731 – 1808) et enfin Noah. Dorcas est décédé le 24 novembre 1824 à Somers, Tolland, CT.

Noah était caporal dans la milice du Connecticut pendant la guerre d'indépendance. C'était un fermier respectable qui vivait au centre de la ville de Somers.

Noah Pease Headstone — West Cemetery , Somers, comté de Tolland, Connecticut

Une inscription:
Dans / Mémoire de / Capt. Noah Pease / décédé / 20 juillet 1818 / AEt. 78


Collection de carnets de croquis et cahiers d'exercices de la famille Pease

La famille Pease est remarquable en tant qu'exemple d'une histoire à succès du XIXe siècle, un succès qui découle en grande partie de son rôle central dans le développement des chemins de fer anglais au cours du siècle. À l'époque victorienne, ils se sont bien établis et ont atteint la prospérité et la notoriété, prenant part à la politique et bénéficiant d'un style de vie plutôt somptueux. Ce qui rend la famille Pease encore plus unique, c'est qu'ils étaient Quakers.Cet aspect de leur identité a affecté leurs décisions commerciales, leurs mariages et leur mode de vie à mesure que leur fortune augmentait, et la relation changeante des Pease avec leur foi est décrite dans de nombreuses histoires et mémoires à leur sujet. L'ère victorienne a été l'apogée de la fortune des Pease, les dernières années du 19ème siècle, ainsi que le début du 20ème, ont apporté des changements et des problèmes financiers.

Edward Pease, né en 1767, devait devenir connu comme "le père des chemins de fer anglais" pour son rôle dans la fondation du chemin de fer Stockton and Darlington en 1825. Le chemin de fer S&D, utilisé principalement pour le transport de marchandises industrielles entre diverses villes le long des Tees rivière, fut le premier chemin de fer à vapeur anglais. Les journaux d'Edward, publiés par Alfred Edward Pease en 1907, offrent une longue histoire personnelle et sociale du début au milieu du XIXe siècle. Certains des journaux intimes de Pease et d'autres écrits personnels ont été publiés, tandis que d'autres restent dans la famille ou sont conservés dans les bureaux d'archives locaux du comté de Durham. La collection YCBA de matériel de la famille Pease concerne les descendants d'Edward Pease, y compris son fils, Henry Pease (1807-1881), et ses petites-filles, Emma et Jane Pease (qui étaient les filles de Joseph Pease, le premier député quaker). La collection contient également des documents concernant la famille du petit-fils d'Edward, Sir Joseph Whitwell Pease, le premier baronnet quaker, et son arrière-arrière-petit-fils, Christopher York Pease, tué pendant la Première Guerre mondiale.

Membres de la famille dont les objets apparaissent dans les archives YCBA :

"E. Gurney”= Emma Gurney (ca. 1800-1860) : Épouse de Joseph Pease. Fille de Joseph Gurney et membre d'une famille quaker notable du nord-est de l'Angleterre. Marié à Joseph Pease en 1826, unissant la fortune de la famille Gurney au nom de Pease, mettant ainsi les Pease au premier plan dans la région. Mère de cinq fils et quatre filles : Jane, Joseph Whitwell, Emma, ​​Rachel, Elizabeth, Edward, John Henry, Arthur, Francis Richard, Gurney (père de Katherine Pease Routledge, qui a ensuite voyagé sur l'île de Pâques), Alfred et Charles Pease . Joseph et Emma vivaient à Southend, un domaine à Darlington qui, bien que moins ostentatoire que les éventuels foyers de leurs fils, était toujours grandiose. Le domaine comprenait une « longue allée de voitures bordée d'arbres épais » (Van Tilburg, 13). Southend était le siège de la famille Pease pendant les années de succès et de fortunes croissantes du milieu du XIXe siècle.

Emma Gurney Pease (ca. 1830-d. 1895) : Fille de Joseph et Emma Pease (née Gurney). Aquarelliste et artiste passionné. En 1851, elle parcourt le continent européen avec sa famille, un voyage qui lui inspire de nombreux dessins et aquarelles. En 1853, elle se rend en Écosse. Elle a de nouveau voyagé en Europe en 1874. Elle ne s'est jamais mariée et a vécu à Southend, la maison Darlington de Joseph Pease. Décrit par Jo Anne Van Tilburg dans Among Stone Giants in later life comme :

Mince, avec une belle peau, de grands yeux et des traits ciselés. Brillante et empathique… elle était efficace et pratique avec une manière rapide et impatiente que beaucoup de gens pensaient être arrogante et acérée. Emma n'avait pas d'amis proches mais s'intéressait intellectuellement aux problèmes des femmes et à la philanthropie quaker, utilisant sa fortune pour soutenir les écoles et la santé et pour employer ses formidables talents administratifs. Emma pensait clairement, lisait beaucoup, écrivait bien et avait un sens aigu de l'humour. Elle tenait de volumineux journaux personnels mais laissait des instructions strictes pour qu'ils soient brûlés après sa mort… Emma était pieuse, mais sa foi avait une forte composante rationnelle. (Van Tilberg, 14).

Emma a soutenu sa nièce Katherine dans son désir passionné d'aller à l'université, lorsque Katherine a fait face à l'approbation et au choc des membres de sa famille plus proche. Elle est décédée le 2 juillet 1895 et a été enterrée avec sa sœur Jane.

Elizabeth Lucy Pease (1833-1881) : Quatrième et plus jeune fille de Joseph et Emma Pease (née Gurney). Elle épousa John Fowler (1826-1864), ingénieur agronome, le 30 juillet 1857, lors d'une cérémonie quaker sobre et calme, contrairement au mariage de sa sœur Rachel en 1851. Le frère de John William était le deuxième mari de Rachel Pease. Après avoir conçu et fabriqué une charrue à vapeur innovante à la fin des années 1850 et au début des années 1860, John Fowler a fondé une nouvelle entreprise de fabrication de charrues à vapeur à Leeds, « John Fowler and Co. », en 1863. William a finalement prêté de l'argent à J. & en difficulté JW Pease Bank en 1897. Elizabeth a eu une vie confortable pendant l'apogée de la fortune de la famille Pease au 19ème siècle. John Fowler est mort du tétanos après une chute de cheval en 1864.

Jane Gurney Pease (1827-1894) : Fille de Joseph et Emma Pease (née Gurney). En 1851, elle parcourt le continent européen avec sa famille, un voyage qui lui inspire de nombreux croquis et aquarelles. Jane était considérée comme une excentrique et une visionnaire spirituelle. Selon Jo Anne Van Tilburg, l'histoire de la famille voulait que Jane soit tombée amoureuse alors qu'elle restait avec sa famille à la maison d'été de Pease, Cliffe House, à Marske-by-the-Sea. Le beau de Jane était censé devenir l'archidiacre de l'Église d'Angleterre à Cleveland, et son père, Joseph, a refusé de lui permettre d'épouser un non-Quaker (l'interdiction de se marier en dehors de la foi Quaker ne sera assouplie qu'au milieu du XIXe siècle ). Jane s'est soumise au jugement de son père et ne s'est finalement jamais mariée. Comme sa sœur Emma, ​​elle vivait à Southend, à Darlington. Décrite par Jo Anne Van Tilburg plus tard dans sa vie, Jane :

[préféré] isolement et illusion. Elle passait ses journées retirées allongée sur un canapé, mangeant d'énormes assiettes de gâteaux au thé et de petits pains à la confiture et remplissant un grand nombre de pages de ses nombreux journaux avec un script fluide. Elle était préoccupée par la nourriture, remplissant un grand vide à l'intérieur avec des repas élaborés et des thés préparés à partir de recettes Quaker ancestrales. Bien qu'elle se soit glissée dans la maison avec l'apparence d'une duchesse, Jane avait le lourd « physique de Pease » et un tempérament léthargique attribué plus tard à [sa nièce] Katherine. Jane avait un nez aristocratique, un grain de beauté proéminent, un sourire rêveur et un rire prêt. Elle recherchait la compagnie de jeunes « protégés » masculins, les charmait et les flattait sans vergogne… [Jane] était une romantique qui « voyait le monde à travers un voile de poésie ». Jane avait un riche répertoire de contes humoristiques et moralisateurs mais savait aussi par cœur les terrifiantes histoires de fantômes du North Country… Intensément ennuyée par les limites de ses choix de vie, l'esprit brillant de Jane s'est tourné vers l'intérieur. Sa vie spirituelle est devenue de plus en plus riche et charismatique, et elle est passée d'une conteuse à une oratrice remarquablement douée et à une visionnaire Quaker… Alors que tante Jane grandissait et que son cercle de visiteurs se rétrécissait, elle menait sa vie à Southend dans un monde d'ombres insulaires. qui devenait de plus en plus profond et sombre. Elle croyait pouvoir communier avec les morts, en particulier Joseph Pease et ses frères... Les fantômes de la famille que Jane conjurait se déplaçaient constamment, jour et nuit, hantant Southend et perturbant profondément Emma. (Van Tilburg, 14-15)

Avec sa sœur Emma, ​​Jane était une source d'amour, de soutien et de stabilité pour ses neveux et nièces, dont Katherine Pease Routledge. Jane est décédée le 5 avril 1894 à Torquay. Ses funérailles ont eu lieu à Darlington, avec son cercueil couvert de fleurs et de brins de plantes de Southend. Elle a été enterrée au cimetière Quaker à Darlington.

Rachel Pease (1831-1912) : Troisième fille de Joseph et Emma Pease (née Gurney). Elle a épousé Charles Albert Leatham de Wakefield en 1851, avec de grandes festivités accompagnant l'événement. « Il y avait… des sonneries,… une fanfare… des drapeaux flottaient sur les gares du chemin de fer Stockton et Darlington, et… il y avait des salves d'artillerie. La mariée était assistée à la maison de réunion par sept demoiselles d'honneur » (Orde, 102). Leatham avait établi une usine de moteurs et une fonderie de fer à Middlesbrough, avec Edgar Gilkes et Isaac Wilson, en 1843. Charles et Rachel avaient cinq filles : Rachel Mary Leatham (b. 1852, m. 1874), Emma (b. 1853, m . 1875), Margaret (née en 1855, décédée en 1875), Elizabeth (née en 1856, décédée en 1880 à Leonard Pelly, décédée en 1930) et Jane (née en 1857, décédée en 1878), et apparemment un fils décédé dans la petite enfance (« Male Leatham » dans les actes de naissance de Darlington, 1858). Les registres du recensement de 1851 montrent que Charles et Rachel vivent à Southend, la succession du père de Rachel, Joseph, mais des registres ultérieurs établis après la mort de Charles montrent que Rachel et sa famille, ainsi que des domestiques, une gouvernante, une nourrice et une cuisinière, vivent dans leur propre ménage. Charles est décédé en 1858 et Rachel a épousé plus tard William Fowler (1828-1905), son beau-frère par le mariage de sa sœur Elizabeth, en 1875. William était l'un des cinq fils de John Fowler, un membre dévoué de la Société religieuse des amis. . Selon le DNB, il s'est fait connaître en tant qu'homme politique et financier après une période de ralentissement économique au cours des années 1860. William et deux de ses frères ont repris l'entreprise de charrues à vapeur de John Fowler après la mort de John en 1864. Rachel Pease était la troisième épouse de William. Les registres du recensement montrent qu'ils vivaient à Londres en 1901. Ils n'avaient pas d'enfants ensemble, bien que William ait eu huit enfants de son premier mariage avec Rachel Howard.

Henry Pease (4 mai 1807-1881) : Cinquième fils d'Edward Pease et de Rachel Whitwell. Henry a épousé Anna Fell le 25 février 1835, avec qui il a eu un fils, Henry Fell Pease (1838-96). Anna mourut en 1839. Henry épousa ensuite Mary Lloyd le 19 janvier 1859 et eut avec elle trois filles et deux fils (dont Edward Lloyd Pease). En 1845, il achète la maison « Pierremont » à Darlington, un manoir gothique flamboyant, qu'il agrandit en 1873, avec de vastes jardins et un terrain. Henry a servi comme aîné Quaker pendant de nombreuses années. Il a renoncé à la tenue Quaker, mais a utilisé un langage simple jusqu'aux années 1860. Il a refusé d'autoriser un piano dans sa maison jusqu'à un âge avancé et n'a jamais approuvé la danse. Il se rendit en Russie en janvier 1854 dans le cadre d'un effort raté de la Peace Society pour persuader l'empereur Nicolas de ne pas entrer dans ce qui allait devenir la guerre de Crimée. Il a été député de South Darlington de 1857 à 1865. En 1867, il a visité Napoléon III dans le cadre d'une mission de la Peace Society, mais la demande de la société de tenir un congrès de la paix lors de l'exposition internationale à Paris a été refusée. Henry a été principalement impliqué dans la branche Darlington des chemins de fer NE, travaillant comme promoteur. Il a ouvert une ligne de chemin de fer à travers Stainmoor en 1861, considérée comme « l'épine dorsale de l'Angleterre ». Henry est décédé le 30 mai 1881, lors d'une réunion à Londres de la Société religieuse des amis.

Edward Lloyd Pease (1861-1934) : Fils de Henry Pease. Il a fait ses études à Cambridge, où il était un athlète fort (principalement en aviron). Edward a voyagé à travers le monde, visitant l'Amérique, l'Australie et l'Europe, avant de s'installer dans une carrière commerciale dans le comté de Durham. Chasseur passionné, il devient directeur de plusieurs entreprises familiales de la région de Durham. En 1890, il épousa Helen Blanche Pease, avec qui il eut une fille, Mary Cecelia Pease (1892-1975).

John Henry Pease (1836-1854) : Fils de Joseph et Emma Pease (née Gurney). Il est apparu dans le recensement de 1851, visitant la maison de Barclays dans l'Essex avec sa famille. Il est décédé à l'âge de 18 ans.

Mary W. Pease (d. 1892) : Mariée à Joseph Whitwell Pease. Aquarelliste de talent, elle a fait un enregistrement important du domaine familial, Hutton Hall, à Guisborough, dans son album "Hutton Hall".

Sarah Charlotte Pease. (1858-1929) : Deuxième fille de Joseph Whitwell Pease et de son épouse Mary Fox. En 1897, elle épousa Howard Hodgkin, le parent d'un partenaire bancaire de la famille Pease, Thomas Hodgkin.

Francis Richard Pease (1844-1865?) : Fils de Joseph et Emma Pease (née Gurney). Il existe un acte de décès pour un "Francis Richard Pease" dans le comté de Middlesex en 1865.

Helen Blanche Pease (1865-1951) : Fille de Joseph Whitwell et Mary Pease (née Fox). Elle était une cousine de Beatrice Pease (du scandale familial « l'affaire de Portsmouth »), qui a été élevée par la mère et le père d'Helen après la mort de ses propres parents. Elle était aussi la cousine de Katherine Pease Routledge, qui se rendrait à l'île de Pâques dans les années 1910. Sœur d'Alfred Edward Pease. Le 15 janvier 1890, elle épousa son cousin quelque peu éloigné, Edward Lloyd Pease. Au cours de sa vie, elle a été juge de paix pour le comté de Durham.

Mary Cecelia Pease (1892-1975) : Fille d'Hélène Blanche Pease. Marié à Reginald J. Mounsey (1884-) en 1921. Reginald semble avoir servi pendant la Première Guerre mondiale, dans le cadre de la Durham Light Infantry. Inscrit dans l'index des rouleaux de médailles de la Première Guerre mondiale 1914-1920.


James Sanburn Bartle / Mary R. Boerstler

Mari : James Sanburn Bartle
Née: 22 février 1855[5805] à: Knoxville, Knox, Illinois, États-Unis
Marié: 6 novembre 1879à: Comté de Cook, Illinois, États-Unis
Décédés: 26 décembre 1917[5806] à: Chicago, Cook, Illinois, États-Unis
Père: William Toy Bartle
Mère: Elizabeth Granger Sanburn
Remarques: [5807]
Épouse : Mary R. Boerstler
Née: 5 février 1859[6479] à:
Décédés: 24 février 1917[6480] à: Chicago, Cook, Illinois, États-Unis
Père:
Mère:
Enfants
Nom: Virginie Bartle [6742] [6741]
Née: 1er février 1881[6741] à:
Décédés: à:
Conjoints :
Nom: Ruth Bartle
Née: 24 décembre 1885à:
Décédés: à:
Conjoints :

Tableau généalogique de : James Sanburn Bartle

Tableau d'ascendance pour : Mary R. Boerstler

[5807] Un journal quotidien standard de 1905 donne son adresse comme

Jas. S.
Bâtiment d'échange ferroviaire
Chicago

James Sanburn était agent de fret général adjoint pour le Santa Fe Railroad sous M. F. B. Houghton à sa mort. Auparavant agent de fret général pour le Burlington Railroad dont le siège est à Saint Joseph, Missouri pendant un certain nombre d'années, il est parti il ​​y a 22 ans, vers 1895 pour devenir agent de l'Est du Santa Fe Railroad à New York, il a ensuite été muté à Chicago en 1912.

James S. est né le 22 février 1855 à Knoxville, Knox, Illinois, et a épousé Mary Boerstler, née le 5 février 1859 et décédée le 24 février 1917, il est décédé le 26 décembre 1917. Sa dernière demeure était à Chicago, Illinois. Il a laissé deux enfants, une fille, nom inconnu qui réside à Spokane, Washington, et une fille Virginia.

[6742] Un journal quotidien standard de 1905 donne son adresse comme

Avenue de la Madison 615
Plainfield, New Jersey

Une autre entrée, plus loin dans le livre :

1221, avenue de l'Université
Boulder, Colorado

Et un autre se trouve avec une adresse à Pasadena.

Tous sont barrés, comme si elle était morte..


Un petit garçon indien

Le 19 décembre 1860, une force armée dirigée par le capitaine des Rangers du Texas Sul Ross a attaqué un camp de chasse comanche sur la rivière Pease. Parmi leurs captifs se trouvait un garçon que Ross a recueilli et nommé "Pease". C'est son histoire.

Territoire Comanche, par Heinie Hartwig Heritage Auctions, Dallas

Sul Ross est une icône du Texas, dont on se souvient comme un féroce combattant indien, général de brigade confédéré, deux fois gouverneur et premier président de l'Agricultural and Mechanical College of Texas (aujourd'hui Texas A&M University). Un autre qui portait le nom de Ross avait beaucoup moins de raisons d'en être fier et est pratiquement inconnu aujourd'hui. Pease Ross était son nom blanc, mais il n'était pas blanc. Comanche de sang pur pris dans la famille de Sul Ross alors qu'il n'était qu'un garçon en 1861, il a disparu au début des années 1880. Sa mémoire est conservée aujourd'hui à travers deux histoires de famille et une seule photographie intrigante (voir l'encadré ci-dessous).

Son histoire commence près du confluent de Mule Creek et de la rivière Pease, dans le centre-nord du Texas, dans un petit camp comanche composé principalement de femmes et d'enfants. Le 19 décembre 1860, les Texas Rangers, des soldats de la 2e cavalerie américaine et des citoyens bénévoles ont frappé le camp dans le cadre d'une mission d'extermination. Le capitaine des Rangers du Texas Lawrence Sullivan « Sul » Ross, âgé de seulement 22 ans et récemment diplômé universitaire, était leur chef. Le gouverneur Sam Houston avait ordonné à Ross de "considérer tous les Indiens considérés de ce côté de la rivière Rouge comme des ennemis déclarés du Texas" et de les éliminer en représailles pour un raid Comanche en novembre dans les comtés de Palo Pinto, Parker, Jack et Young qui a laissé au moins six colons morts, dont une femme enceinte laissée nue et scalpée dans la prairie. Ross et ses hommes fondirent sur le camp et tuèrent plus d'une douzaine d'Indiens, dont un guerrier rebelle (un chef peut-être) qui mourut en combattant plutôt que de se rendre. Trois membres du camp ont été emmenés en captivité, dont Cynthia Ann Parker, qui était la principale raison pour laquelle l'engagement est inscrit dans l'histoire du Texas. En 1836, les Comanches avaient arraché Cynthia Ann, 12 ans, à sa famille blanche. Dans les années qui ont suivi, elle avait été intégrée à la tribu et était devenue l'épouse du chef Peta Nocona, lui donnant trois enfants. Lorsqu'elle a été reprise en 1860, elle avait avec elle leur fille de 2 ans, Prairie Flower (anglicisée sous le nom de Topsannah en Comanche). Ses deux fils et son mari étaient absents du camp. La mère et la fille vivraient malheureuses avec des parents blancs jusqu'à ce que Prairie Flower meure d'une pneumonie vers 1868 et que Cynthia Ann succombe quelques années plus tard à la maladie ou au chagrin.

Le troisième captif était un garçon Comanche d'environ 10 ans. Au cours de l'attaque, le lieutenant de garde forestier David Sublett s'est penché et l'a hissé sur le dos de son cheval, mais a rapidement jeté le garçon sur le côté pour continuer le combat. Ranger F.C. Donohoe l'a alors attrapé, mais lui aussi a changé d'avis, après quoi Ross l'a réclamé, estimant que le prix était «le fils du chef». C'est du moins ce que Ross a écrit dans son rapport du 4 janvier 1861 à Sam Houston. Un trophée aussi précieux pourrait être utilisé soit comme monnaie d'échange dans de futures négociations avec les Comanches, soit comme cadeau à son mentor, Houston, qui avait fait de Ross un capitaine et l'avait envoyé sur le terrain. Personne n'a pris la peine de demander au garçon ce qu'il en pensait, pas plus que les Comanches ne l'avaient demandé à la jeune Cynthia Ann 24 ans plus tôt.

Ross a probablement sauvé le garçon d'être tué ce jour-là. C'était un petit garçon chanceux, même s'il ne se sentait pas chanceux. Pendant des années, les Blancs avaient dénoncé les Comanches pour avoir enlevé des enfants blancs, oubliant commodément que les Blancs faisaient de même avec les enfants Comanches. Un récit contemporain a noté qu'au moment où Ross a réclamé son prix, le garçon pleurait de peur pour sa vie - un comportement très peu semblable à celui d'un Comanche, même pour un enfant.

Le garde forestier Jonathan Hamilton Baker a écrit dans son journal ce soir-là : « Les prisonniers sont une femme, un petit enfant et un garçon d'environ 10 ans. Baker était curieux au sujet de la femme blanche, mais ne fit plus aucune mention de la fille ou du malheureux garçon. Le sergent John Spangler du 2e de cavalerie nota dans son rapport du 16 janvier 1861 que « le capitaine Ross fit prisonnier un petit garçon ». Ces récits et le rapport après action de Ross sont les premières mentions de Pease Ross dans les archives historiques, mais pas les dernières. Des décennies plus tard, l'éleveur Charles Goodnight, un éclaireur civil à la rivière Pease ce jour-là, a parlé du garçon à l'historien J. Evetts Haley et, en 1908, l'ancien garde forestier Dave Simpson s'est également souvenu de lui.

Au cours des années suivantes, Sul Ross raconta l'histoire de la bataille et de ses résultats plusieurs fois, mais jamais deux fois de la même manière. Vers 1870, dans une lettre à un ami réimprimée dans plusieurs journaux, il exposait ce qu'il appelait « l'histoire correcte » de la bataille, fournissant même un nom – « Mohee » – pour le chef comanche et examinant plus en détail comment le garçon a été capturé. Une décennie plus tard, alors qu'il préparait sa première candidature à la législature du Texas, Ross a confié au biographe Victor M. Rose pour La brigade texane de Ross qu'il était celui qui découvrit le premier le garçon indien « couché dans les hautes herbes… [et] avec des paroles aimables plaça le petit garçon sur son cheval ». Dans ce récit, Ross a donné le nom du chef comme Peta Nocona, la compagne de Cynthia Ann et le père de Quanah Parker. Six ans plus tard, dans une autre variante racontée à l'auteur James T. DeShields, il a affirmé avoir désarçonné Peta Nocona mais a permis à son serviteur mexicain (un ancien captif Comanche) d'administrer le coup de grâce avec un fusil de chasse, car Ross ne pouvait pas se résoudre pour achever le brave guerrier. Vers la fin de sa vie, Ross a raconté une version similaire à sa fille Elizabeth Ross Clarke, en omettant le nom de Peta Nocona.

Le seul fait incontestable dans toutes les versions de l'histoire est que Sul Ross s'est retrouvé avec le garçon, ce qui n'est guère surprenant, car Ross était considéré par certains comme un «amant indien». Il avait certainement une histoire avec les Indiens, disant à Rose qu'il était « deux fois entre leurs mains » (non vérifié) que son père, Shapely Prince Ross, avait été un agent des Indiens pour l'État du Texas et que son arrière-grand-père paternel, Lawrence Ross , avait été capturé par les Cherokees à un jeune âge et avait vécu avec eux jusqu'à l'âge de 23 ans. Ross savait quelque chose d'autre, c'était l'enlèvement d'enfants indiens. En 1858, lors d'un raid contre un camp comanche sur la rivière Wichita dans le territoire indien (aujourd'hui l'Oklahoma), il s'était emparé d'une jeune fille à la peau claire. Il l'a ramenée à la maison et l'a nommée « Lizzie » en l'honneur de sa fiancée Elizabeth Tinsley, disant à tout le monde qu'elle était une captive blanche qui ne se souvenait pas de ses parents, bien que des rapports de recensement ultérieurs la mentionnent comme « Indienne ». Et, bien sûr, il y avait son serviteur mexicain, Pablo, qui avait vécu parmi les Comanches avant d'être emmené dans la famille élargie Ross.

Ross a nommé son trophée le plus récent "Pease", soit d'après le site de la bataille, soit peut-être d'après le récent gouverneur du Texas, Elisha M. Pease.

Ross a nommé son trophée le plus récent « Pease », soit d'après le site de la bataille, soit peut-être d'après le récent gouverneur du Texas, Elisha M. Pease. Croisant Sam Houston sur la rivière Brazos sur le chemin du retour, le capitaine des Rangers a offert au garçon ainsi que d'autres trophées de combat, dont un bouclier et une lance. Après que Houston a déclaré magnanime que l'enfant devait être rendu à son propre peuple, les deux ont eu, selon un témoin, cet échange surréaliste :

Houston : "Et je veux que vous disiez à votre peuple d'arrêter de tuer mon peuple."
Garçon Comanche : « Eh bien, tu dis à ton peuple d'arrêter de tuer ma personnes."

Qu'un garçon Comanche connaissant peu ou pas l'anglais puisse inventer une réplique aussi accrocheuse force la crédulité. Et Pease n'est pas retourné auprès de son peuple, il est rentré chez lui avec Ross, qui vivait avec ses parents dans le comté de McLennan. Le garçon est devenu une partie du ménage mais pas de la famille. Il s'est occupé des chevaux Ross, ce qui a fait de lui un garçon d'écurie, bien que les traditions familiales l'aient toujours décrit comme un « pupille ». Très probablement, Pease a dormi dans l'écurie avec le serviteur noir "Old Armistead", gardien des chevaux de sang de la famille.

La nature exacte de la relation entre Sul Ross et Pease Ross est difficile à définir. La littérature historique s'inspire du soldat-héros en appelant le garçon sa pupille. De toute évidence, Pease était quelque chose de moins qu'un enfant en famille d'accueil, c'est ainsi que Lizzie était considérée. D'un autre côté, personne ne l'a jamais traité d'esclave. Peut-être que le serviteur sous contrat est plus précis – sous contrat avec la famille Ross jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge adulte. Lorsqu'il s'est lancé seul, Pease a gardé le nom de famille de sa famille blanche. Pour autant que l'on sache, depuis le jour de sa capture, il n'a jamais porté son nom de Comanche.

Pease n'a pas été un garçon stable pendant longtemps. Après quelques mois, Sul Ross s'est enrôlé dans l'armée confédérée, et lorsqu'il est allé s'entraîner au Camp Bartow près de Dallas, il a emmené Pease comme serviteur du corps. Pease avait son propre poney, jouant Sancho Panza à Don Quichotte de Ross. Les dames de Dallas visitant le camp ont pris note du garçon et lui ont fait ce qui a été décrit comme "un bel uniforme". Ross a écrit à sa femme Lizzie en septembre 1861 : « Pease crée plus d'excitation qu'un spectacle de singes ». Lorsque le régiment de Ross partit pour le front, Pease l'accompagna, mais sans son poney. Ross l'avait envoyé chez lui à Waco.

À la fin de la guerre en 1865, Ross est rentré chez lui au Texas, Pease l'accompagnant toujours fidèlement. Ross a fermement maintenu que le garçon avait eu de multiples opportunités de retourner auprès de son peuple, mais a toujours refusé. En réalité, cependant, les Comanches ne l'auraient jamais accepté de nouveau dans leur giron, et Pease devait s'en douter. Il ne se serait pas mieux intégré que Cynthia Ann à son propre peuple après avoir vécu comme une Comanche pendant tant d'années. Les Comanches n'avaient aucun problème à adopter des enfants captifs qu'ils pouvaient inculquer à la manière comanche, mais c'était une rue à sens unique.

À la fin de 1865, l'un des anciens Rangers de Sul, David McFadden, rendit visite à son ancien commandant, entraînant avec lui un autre captif Comanche. McFadden a demandé à Pease de traduire pour lui, mais le garçon a expliqué qu'il avait "jusqu'à présent oublié sa langue [originale] au point de ne plus pouvoir communiquer avec sa propre tribu". Un autre des anciens Rangers de Ross, Benjamin F. Gholson, a contribué à perpétuer le mythe que Pease était un membre bien-aimé de la famille Ross, répétant cette histoire aux intervieweurs jusqu'à ses 80 ans.

Après la guerre, Pease Ross disparaît de l'image, apparaissant occasionnellement dans les souvenirs des anciens mais absent du dossier officiel. Ancien Ranger H.S. Halbert se souvint des années plus tard que lorsqu'il quitta Waco en 1876, « l'Indien » y vivait toujours. Un guide de la ville publié la même année rapporte de manière énigmatique que les bons citoyens de Waco considéraient toujours Pease comme une « grande curiosité ». Pourtant, Pease n'apparaît pas dans le premier annuaire de la ville de Waco (1876), et il n'est répertorié ni dans les rapports de recensement de 1870 ni de 1880 au Texas ou sur le territoire indien, où l'armée avait déplacé les Comanches.

Il devrait vivre sous les attitudes fonctionnelles de Jim Crow de l'époque - et il n'était ni noir ni blanc

Pease a très probablement continué à vivre dans le comté de McLennan, mais sa situation a radicalement changé. À la fin de la Reconstruction en 1876, le comté s'était scindé en deux communautés séparées : les colons blancs et leurs anciens esclaves. Pease était un homme adulte à cette époque et n'était plus lié à la famille Ross. Malheureusement pour son bonheur et son estime de soi, tant qu'il resterait dans le comté de McLennan, il devrait vivre sous les attitudes fonctionnelles de Jim Crow de l'époque - et il n'était ni noir ni blanc.

Pour suivre la piste de Pease, nous devons nous concentrer sur la communauté noire du comté, en particulier sur la famille de William "Buck" Manning, qui était venu au Texas en 1863 avec son maître, le révérend William Manning. (Certains descendants de Manning insistent sur le fait que le maître de Buck était Neil McLennan, le pionnier et homonyme du comté de McLennan, ce qui ne peut pas être vrai, car McLennan est venu au Texas en 1835.) Après l'émancipation, Manning était devenu le patriarche noir le plus distingué du comté, acquérant et influence dans la même mesure et en aidant à fonder la communauté d'anciens esclaves de Willow Grove. À un moment donné, le jeune Pease fit la connaissance de la fille adolescente de Buck, Texana, qui était née peu de temps après que ses parents eurent traversé la rivière Rouge. Selon les traditions de la famille Manning, confirmées par les histoires locales, Texana était une beauté qui a attiré l'attention de Pease. Il l'a courtisée et gagnée, et ils se sont mariés en 1878, alors qu'elle n'avait que 15 ans. En moins d'un an, elle a donné naissance à un fils, Samuel David Ross. C'est du moins l'histoire de la tradition familiale.

La vérité est plus compliquée. Il n'y a pas de documents publics pour étayer le mariage, bien qu'un match entre le garçon Comanche de Sul Ross et la fille de Buck Williams aurait été une grande nouvelle. Là est un acte de mariage pour Texana Manning et Kesic Thomas, un homme noir de neuf ans son aîné, montrant qu'ils se sont mariés le 3 octobre 1878, et un acte de naissance montrant qu'ils ont eu un fils nommé Samuel David le 17 janvier 1879. Le les maths indiquent que Texana était enceinte quand elle a épousé Kesic, mais qui était le père ? Le recensement de 1900 répertorie Samuel David Thomas, vivant toujours à la maison avec ses parents, Kesic et Texana, et les sept autres enfants du couple. Mais le recensement de 1910 le nomme Samuel David Ross, donnant sa race comme « mulâtre ». Ainsi ses parents étaient métis, et l'un d'eux aurait certainement pu être indien. De 1910 jusqu'à sa mort en 1949, Samuel David a utilisé le nom de famille Ross, et c'est le nom sur son certificat de décès fourni par un membre de la famille serviable. La famille Manning a toujours dit que le père de Samuel David était un Ross.

Mais son acte de décès ne fait qu'embrouiller davantage l'eau, car il répertorie le père de Samuel David comme "Willie Ross", et non Pease Ross, suggérant que Pease a remplacé le nom détesté que Sul Ross lui a donné par un autre de son choix, ou qu'un autre Ross mâle était le père de Pease. Sul Ross avait un frère cadet nommé William. Si William Ross était bien le père de Samuel David, alors nous entrons dans le territoire de Thomas Jefferson-Sally Hemmings, où certains prétendent que les enfants mulâtres de Hemmings ont été engendrés non par le président mais par son frère espiègle, Randolph, uniquement sans preuve ADN à l'appui.

Ce serait bien de lancer Pease et Texana dans les rôles de Roméo et Juliette, avec les familles Ross et Manning dans les Montaigu et les Capulet, car en tant que couple, ils ne correspondaient à aucun côté de la famille. D'un autre côté, un mariage Texana-Kesic aurait protégé l'honneur de la famille Manning tout en gardant une fille bien-aimée dans le giron protecteur de la communauté noire.

Pease apparaît pour la dernière fois dans les archives publiques en 1881, l'année où Victor Rose, le biographe non officiel de Sul Ross, a rapporté que l'homme de 30 ans vivait toujours avec "son bienfaiteur", jetant ainsi un doute supplémentaire sur un mariage Pease-Texana. Une autre référence passagère cette même année suggère la direction que la vie du garçon indien sauvage avait prise depuis qu'il a atteint l'âge adulte. L'article d'un journal de Waco critiquait Pease pour « avoir bu [trop] » et s'être mis dans la poussière avec un « broyeur d'organes mexicain », après quoi la police a mis Pease derrière les barreaux pour « sa propre protection ». Peut-être que Sul, qui se présentait à la législature, l'a renfloué. Quoi qu'il en soit, il semble que Pease soit devenu une gêne pour l'une des premières familles de Waco à un très mauvais moment.

Pease Ross semble être mort avant d'avoir 40 ans. Sul Ross a dit à James DeShields, auteur du livre de 1886 Cynthia Ann Parker : L'histoire de sa capture, que Pease est mort « l'année dernière » (1884 ? 1885 ?). Des années plus tard, la biographe de la famille Ross, Elizabeth Ross Clarke, a déclaré que Pease était décédé en 1887 « un citoyen respecté du comté de McLennan ». Mais son décès n'apparaît pas dans les actes de décès ou d'inhumation ou dans les journaux locaux, qui ont noté le décès du serviteur noir des Ross, Old Armistead. Un brin de la tradition de la famille Manning prétend que Pease et Texana avaient déménagé en Oklahoma, où il est décédé.

Pease Ross aura toujours une place dans l'histoire du Texas, grâce à des écrivains comme Rose et DeShields et des références plus modernes telles que Le manuel du comté de Waco et McLennan, Texas, ce qui donne du crédit à la connexion Pease-Texana et au mythe de la tutelle bienveillante de Sul Ross. Dans Sul Ross : soldat, homme d'État, éducateur (1983), Judith Benner s'est fortement appuyée sur le manuscrit de Clarke et répète les mêmes vieux mythes. S.C. Gwynne dans son Empire de la lune d'été (2010) demande à Ross d'élever le garçon et de le transformer en un « citoyen respectable ». En fin de compte, tous les éléments de base de l'histoire de Pease Ross nous ramènent à Sul Ross. Peut-être devrions-nous nous rappeler l'acte d'accusation cinglant de Charles Goodnight contre Sul Ross en tant que «menteur à quatre pattes» avant d'accepter son récit de Pease Ross pour argent comptant. WW

Far West Richard Selcer de Fort Worth a écrit 10 livres, dont Une histoire de Fort Worth en noir et blanc : 165 ans de vie afro-américaine (Université de North Texas Press, 2015). Pour aller plus loin, il recommande Mythe, mémoire et massacre : la capture de Cynthia Ann Parker sur la rivière Pease, par Paul H. Carlson et Tom Crum, et Sul Ross : soldat, homme d'État, éducateur, par Judith Ann Benner.

Cet article contient des liens d'affiliation. HistoryNet peut gagner une commission sur tout achat.

PHOTO PEAS ROSS


Est-ce que Pease Ross est le garçon au visage triste dans ce ferrotype de studio ? (Collection Lawrence T. Jones III, Bibliothèque DeGolyer, Université Méthodiste du Sud)


Voir la vidéo: Instrumental Pop Songs 2020. Study Music 2 Hours (Mai 2022).