Podcasts sur l'histoire

Chronologie du château de Caernarfon

Chronologie du château de Caernarfon


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • c. 1093

    Un château de motte et bailey est construit à Caernarfon au Pays de Galles par les Normands.

  • 1115 - 1282

    Caernarfon est le site de la cour royale galloise.

  • 1272 - 1307

  • 1283 - 1330

    Le château de Caernarfon au Pays de Galles est construit, un projet commencé par Edouard Ier d'Angleterre.

  • 1283 - 1292

    La première grande phase de construction au château de Caernarfon au Pays de Galles.

  • 25 avril 1284

    Edouard II d'Angleterre est né au château de Caernarfon au Pays de Galles.

  • 1294

    Le leader gallois Madog ap Llywelyn attaque et brûle le château de Caernarfon.

  • 1295 - 1323

    Deuxième grande phase de construction au château de Caernarfon au Pays de Galles.

  • 1295

    Edouard Ier d'Angleterre reprend le château de Caernarfon au Pays de Galles.

  • 1316

    La traditionnelle salle en bois des princes gallois est déplacée de Conwy au château de Caernarfon.

  • c. 1317

    La Tour de l'Aigle, un donjon du château, est achevée au château de Caernarfon au Pays de Galles.

  • 1330

    Le château de Caernarfon atteint son aspect définitif (même si certaines parties ne seront jamais terminées).

  • 1403 - 1404

    Le château de Caernarfon est assiégé à deux reprises par le leader gallois Owain Glyn Dwr.


Chronologie du château de Caernarfon - Histoire

et MURS DE CAERNARFON

Le château de Caernarfon a été construit à la suite de la deuxième guerre d'indépendance galloise pour servir de centre administratif pour le nord du Pays de Galles. C'était le plus élaboré de tous les châteaux élevés par Edouard Ier et a été conçu pour imiter la ville impériale romaine de Constantinople. Il a été attaqué pendant les rébellions de Madog ap Llywelyn et d'Owain Glyndŵr.

Caernarfon occupe un emplacement stratégiquement important surplombant le détroit de Menai, une étendue d'eau de 500 mètres de large qui sépare le pays de Galles continental de l'île d'Anglesey. La traversée était d'une importance cruciale pour le nord du Pays de Galles, car les terres agricoles fertiles d'Anglesey en faisaient la principale source de nourriture de la région. En conséquence, le contrôle du détroit de Menai a directement affecté la capacité de la population du continent à résister à l'occupation. Cela n'a pas été perdu pour les Romains qui ont construit le fort romain de Caernarfon, connu sous le nom de Segontium , à proximité à la fin des années 70 après JC alors que l'armée supprimait la tribu des Ordovices. Le fort est resté utilisé tout au long des trois cents années suivantes et était particulièrement important dans les dernières décennies de l'ère romaine car il assurait un rôle de défense côtière contre les pirates irlandais. Le fort a probablement été abandonné lorsque l'armée romaine s'est retirée de la Grande-Bretagne au début du Ve siècle après JC.

Les vestiges du fort romain de Caernarfon.

Lorsque les Normands sont arrivés dans le nord-ouest du Pays de Galles à la fin du XIe siècle, ils ont également apprécié l'importance de Caernarfon. Vers 1090 Hugues d'Avranches, comte de Chester y fit construire un château à motte et bailey en terre et en bois. Hugh a opté pour un site différent des Romains et a construit son château directement à côté du détroit de Menai sur une péninsule de terre protégée au sud par la rivière Seiont et à l'est par le ruisseau Cadnant. Ce château fut saisi par les Gallois au début du XIIe siècle et vraisemblablement détruit. Cependant, une certaine forme de Hall a été conservée sur le site par les princes gallois de Gwynedd, car Llywelyn ap Iorwerth et Llywelyn ap Gruffudd y ont été enregistrés pendant leurs règnes.

Guerres d'indépendance galloises

Au cours des deux siècles qui ont suivi leur conquête de l'Angleterre, les Normands avaient rivalisé avec les Gallois indigènes pour obtenir le contrôle de certaines parties du Pays de Galles. La propriété des terres a fluctué entre les deux factions et le point culminant de la domination galloise est arrivé en 1267 lorsque Henri III a signé le traité de Montgomery qui a reconnu Llywelyn ap Gruffudd comme prince de Galles. Cependant, quand Edouard Ier devint roi d'Angleterre en 1272, les relations avec Gruffudd se rompirent, entraînant la première guerre d'indépendance galloise (1276-7). La machine de guerre anglo-normande a écrasé les Gallois et Edward a pris le contrôle de toutes les terres à l'est de la rivière Conwy. Gruffudd fut autorisé à conserver son titre de prince de Galles mais, en fait, son domaine avait été réduit à un peu plus que Gwynedd. La paix n'a cependant pas duré longtemps et la Seconde Guerre d'Indépendance galloise a commencé en 1282. Cette fois, Edouard Ier a décidé de conquérir le Pays de Galles dans son intégralité et a lancé une attaque en trois volets depuis Carmarthen, Chester et Montgomery, ainsi qu'un assaut maritime sur Anglesey. Le Pays de Galles a été envahi, Gruffudd a été tué à la bataille d'Orewin Bridge (1282) et les bastions gallois ont été systématiquement assiégés et capturés. Pour assurer sa victoire, Edward I a commencé la construction d'une chaîne de forteresses autour de Snowdonia, la redoute traditionnelle des princes gallois. Caernarfon était l'une de ces nouvelles installations, mais a également été construite dans l'intention de servir de centre du gouvernement anglais dans le nord du Pays de Galles.

Construction du château et des remparts

Les travaux ont commencé sur le château de Caernarfon et les remparts de la ville en 1283 en même temps que d'autres fortifications à Conwy et Harlech. Cependant, Caernarfon était de loin le plus élaboré et le plus cher des trois Edward Ier a finalement dépensé plus de 27 000 £ sur le site. Il tenait particulièrement à exploiter la référence à Caernarfon dans le Mabinogion, un document du XIIe siècle qui enregistrait les sagas orales de l'histoire galloise en circulation à l'époque. L'une de ces histoires était le « Rêve de Macsen Wledig », une histoire sur Magnus Maximus (Macsen Wledig), empereur romain de 384 à 388 après JC, qui aurait épousé Elen, la fille d'un chef de Caernarfon. Pour démontrer un lien avec cette légende, le château de Caernarfon a été construit avec des tours polygonales et des bandes de pierre plus sombres imitant les murs entourant la capitale impériale romaine de Constantinople (aujourd'hui Istanbul). La suggestion faite aux habitants était claire, Edward Ier était un conquérant efficace, un pouvoir impérial et une continuité avec ce qui s'était passé auparavant. Par une étonnante coïncidence, les Anglais ont trouvé le corps de Magnus Maximus à Caernarfon lors des travaux de construction du château. Edward I a ordonné son inhumation à proximité avec une certaine pompe.

Le château a été construit avec des tours polygonales à l'imitation de la capitale impériale de Constantinople.

Le château a été construit autour des travaux de terrassement existants de l'ancienne fortification sous la direction de l'ingénieur en chef du roi, Maître James de St George. Le château était une enceinte longue mais étroite qui était divisée en quartiers supérieur et inférieur. Deux portes principales - King's Gate et Queen's Gate - donnaient accès au quartier supérieur. Sept grandes tours polygonales dominaient la structure et servaient de logement résidentiel. Deux tourelles plus petites flanquaient la porte de la Reine. Les murs de la ville ont été construits en même temps et enfermaient une zone irrégulière s'étendant à 250 mètres au nord du château. La ville était disposée en quadrillage avec High Street, la route principale à travers la colonie, passant entre deux portes principales. Huit tours circulaires gardaient l'enceinte de la ville.

En mars 1284, alors que les travaux du château et de la ville de Caernarfon étaient en cours, le statut du Pays de Galles fut scellé par Edouard Ier. Cette mesure législative fusionna les trois comtés des territoires nouvellement conquis en une seule entité politique administrée depuis Caernarfon. Le mois suivant, la reine Aliénor, qui avait accompagné son mari à Caernarfon, accouche au château du futur Edouard II. Jamais du genre à rater une opportunité politique, Edward I a promis au gallois " un prince né au Pays de Galles, qui ne parlait pas un mot d'anglais " et a rapidement donné à son bébé le titre de prince de Galles. Quoi qu'il en soit, les tensions avec les Gallois indigènes ont mijoté et ont dégénéré en rébellion en 1294 sous la direction de Madog ap Llywelyn. Le château était encore incomplet à ce stade, les murs sud avaient été construits à une hauteur raisonnable mais les murs nord du château n'étaient qu'au niveau des fondations et étaient défendus uniquement par un fossé et les murs de la ville. Les rebelles vainquirent ces derniers et s'emparèrent simplement du château. Le shérif a été sommairement exécuté par les rebelles, toutes les structures en bois ont été brûlées et des dommages importants ont été causés aux structures de maçonnerie. Cependant, la réponse anglaise fut rapide et les forces royales retournèrent au Pays de Galles pour écraser la révolte. Caernarfon a été rapidement récupéré et les travaux ont commencé pour réparer les dommages et compléter les défenses. Les travaux se sont poursuivis à un rythme soutenu de juillet 1295 à la fin de 1301, parallèlement à la construction d'une nouvelle forteresse, le château de Beaumaris, sur l'île d'Anglesey. Par la suite, une interruption de la construction semble s'être produite, peut-être en raison des ressources du Trésor dirigées vers l'Écosse, mais en 1316, les travaux avaient repris. En 1316, la salle de Llywelyn, une cour à pans de bois anciennement utilisée par Llywelyn ap Gruffudd, a été déplacée de Conwy et érigée dans le quartier inférieur du château de Caernarfon. Les travaux du château se poursuivirent jusqu'en 1330.

Le château de Caernarfon a été attaqué en 1403 et 1404 lors de la rébellion d'Owain Glyndŵr. Contrairement à de nombreuses autres fortifications à travers le Pays de Galles, Caernarfon a résisté aux attaques et a fourni une base sûre à partir de laquelle les forces gouvernementales pouvaient opérer contre les rebelles bien qu'il ait fallu près de dix ans pour réprimer le soulèvement. Par la suite, le château est resté en garnison jusqu'à l'époque des Tudor mais l'avènement d'Henri VII a vu un changement important dans la politique du gouvernement. Henry était arrivé au pouvoir avec l'aide des Gallois et il a continué à compter sur leur soutien une fois qu'il a été couronné. Il a systématiquement démantelé le pouvoir des Marcher Lords et a introduit l'égalité pour les Gallois en droit. Cela a mis fin à toute exigence de grandes fortifications telles que le château de Caernarfon et, par conséquent, la structure a été négligée. Une enquête menée en 1620 a indiqué que la majeure partie de la structure était sans toit, mais qu'elle a été réactivée à la hâte et mise en garnison pour les royalistes pendant la guerre civile. Il a été attaqué par les forces parlementaires à plusieurs reprises mais ce n'est qu'en 1646, après que les espoirs de victoire royalistes se soient évanouis, que le château a été rendu. Par la suite, le château a été largement négligé bien qu'il ait été utilisé en 1911 pour accueillir la cérémonie d'investiture du prince Édouard (futur Édouard VIII) en tant que prince de Galles et a rempli le même rôle en 1969 pour le prince Charles.

Davies, R.R (1987). Conquête, coexistence et changement : Pays de Galles 1063-1415 . Oxford.

Douglas, D.C et Rothwell, H (éd) (1975). Documents historiques anglais Vol 3 (1189-1327) . Routledge, Londres.

Emery, A (1996). Grandes maisons médiévales d'Angleterre et du Pays de Galles Vol. 2 . Cambridge University Press, Cambridge.

Gravett, C (2007). Châteaux d'Edouard Ier au Pays de Galles 1277-1307 . Osprey, Oxford.

Invité, CE (1998). Le Mabinogien. Publications de Douvres.

Johnson, P (2006). Châteaux vus du ciel : un portrait aérien des plus beaux châteaux de Grande-Bretagne . Bloomsbury, Londres.

Kenyon, J (2010). Les châteaux médiévaux du Pays de Galles. Presse de l'Université du Pays de Galles, Cardiff.

Kighty, C (1991). Caernarfon : un palais royal au Pays de Galles . Cardiff.

King, C.D.J (1983). Castellarium anglicanum : un index et une bibliographie des châteaux d'Angleterre, du Pays de Galles et des îles . Publications internationales Kraus.

Pettifer, A (2000). Châteaux gallois : Un guide par comtés. Presse Boydell, Woodbridge.

Purton, P.F (2009). Une histoire du siège médiéval tardif : 1200-1500 . Presse Boydell, Woodbridge.


Château de Caernarfon

Château de Caernarfon

Le château de Caernarfon est l'un des nombreux châteaux construits sur ordre du roi Édouard Ier d'Angleterre dans le cadre de son annexion du Pays de Galles à la fin du XIIIe siècle. Contrairement aux autres, Caernarfon possède des tours polygonales, calquées sur les défenses construites pour l'empereur Constantin à Constantinople, capitale de l'empire romain d'Orient. La forme des tours était destinée à projeter la puissance conquérante de l'Angleterre.

Un Normand motte et bailey a été construit ici au 11ème siècle mais capturé par les Gallois en 1115. Le château Edward&rsquos a été planifié et construit en conjonction avec une nouvelle ville au nord, entourée de murs défensifs qui rejoignaient le château. La construction du château a commencé en 1283, se concentrant initialement sur le côté sud car les nouveaux murs de la ville protégeaient le côté nord.

Les rebelles gallois s'emparèrent de la ville et du château, causant des dégâts, en 1294, mais furent bientôt évincés. L'épisode a inspiré un regain d'intérêt pour les murs nord du château. La construction du château a pris 47 ans. Une partie de la pierre du château a été prise du fort romain voisin.

La Tour de l'Aigle, avec des murs de 5,5 mètres d'épaisseur, abritait les quartiers royaux. Le fils d'Edouard II, qui devint le roi Edouard II, y serait né en 1284, bien que la tradition locale affirme qu'il est né à Plas Puleston, un manoir de la ville fortifiée, avant d'être présenté au château. Edward a nommé le garçon &ldquoPrince de Galles» pour souligner que le Pays de Galles n'avait plus de princes indigènes. Cela a commencé la convention des héritiers masculins du trône prenant ce titre. Les cérémonies d'investiture des princes de Galles ont eu lieu dans le château en 1911 et 1969. Ce dernier a été regardé à la télévision par plus de 500 millions de personnes dans le monde.

Le château a été capturé par les parlementaires pendant la guerre civile du 17ème siècle. Il est tombé dans l'état ruineux montré ici dans JMW Turner & rsquos peinture de 1799. Cette vue du château a été transformée en 1817 lorsque le quai d'ardoise a été considérablement agrandi. De hauts murs de soutènement remplacent le talus à droite et le terrain est creusé dans la rivière le long du château.

Le chef civique local, Sir Llewelyn Turner, a été l'instigateur travaux de restauration Dans le 19ème siècle. Conscient de l'importance économique croissante du tourisme, il essaie de faire reconstruire la prison de la ville à la périphérie de la ville afin qu'elle soit visible depuis le château.

Aujourd'hui, le château est sous la garde de Cadw. Le château et la bastide font partie d'un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, avec ceux de Conwy, Beaumaris et Harlech. Deux des tours du château abritent le Musée Royal Welch Fusiliers. Suivez les liens ci-dessous pour visiter les informations.


3. Le château d'origine a été construit par Guillaume le Conquérant

Après la conquête normande de l'Angleterre en 1066, Guillaume Ier a établi des dizaines de châteaux dans toute la Grande-Bretagne. Le premier Normand qui reçut le contrôle de la région s'appelait Robert de Rhuddlan, mais il fut tué par les Gallois en 1088.

Un château plus fort de motte-and-bailey a été établi qui a été défendu par un donjon en bois et murs défensifs. La motte a ensuite été intégrée au château actuel mais il ne reste rien de la structure d'origine.


Heures actuelles

Le château de Caernarfon est aujourd'hui un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et était le lieu où Charles, prince de Galles a reçu son investiture ou son couronnement en 1969. Avec le château ayant beaucoup de tours, de passages sinueux et de chambres, il est devenu un endroit idéal pour le logement musées d'intérêt et expositions permanentes.

“Caernarfon Castle sur l'Afon Seiont” (CC BY 2.0) par Nelo Hotsuma « La cour du château (CC BY 2.0) » par barryskeates

Le musée des Royal Welsh Fusiliers, qui présente des souvenirs des 300 ans d'histoire de cet important régiment gallois, se trouve ici.

« Vue du château depuis l'une de ses tours – (CC BY-SA 2.0) » par s1ng0 Sculpture de coquelicots, château de Caernarfon – Craigowen1976 [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Une histoire interactive de la tour, ainsi que des objets du couronnement du prince Charles, sont présentés dans différentes tours du château.

Entrée du château [Domaine Public] “Vue imprenable sur le parc du château depuis sa plus haute tour – Eagle Tower. (CC BY 2.0) par Nelo Hotsuma


Contenu

La ville actuelle de Caernarfon s'est développée autour et doit son nom à ses fortifications normandes et médiévales tardives. [7] Le règlement britannique et romano-britannique plus tôt à Segontium a été appelé pour Afon Seiont voisin. Après la fin de la domination romaine en Grande-Bretagne vers 410, la colonie a continué à être connue sous le nom de Cair Segeint ("Fort Seiont") et comme Cair Client ("Fort Constance ou Constantin"), [8] de la Histoire des Britanniques, cité par James Ussher dans Newman's life of Germanus of Auxerre, dont les deux noms figurent parmi les 28 civitate de la Bretagne sous-romaine dans le Historia Brittonum traditionnellement attribué à Nennius. L'ouvrage indique que le tombeau inscrit de "Constantius l'empereur" (vraisemblablement Constance Chlorus, père de Constantin le Grand) était encore présent au 9ème siècle. [9] (Constantius est en fait mort à York Ford et a attribué le monument à un autre Constantin, le fils supposé de Saint Elen et de Magnus Maximus, qui aurait régné sur le nord du Pays de Galles avant d'être enlevé par les Irlandais. [10] ) La romance médiévale sur Maximus et Elen, Le rêve de Macsen, l'appelle chez elle Caer Aber Sein ("Fort Seiontmouth" ou "le caer à l'embouchure du Seiont") et d'autres poètes d'avant la conquête tels que Hywel ab Owain Gwynedd ont également utilisé le nom Caer Gystennin. [11]

La motte normande a été érigée en dehors de la colonie existante et est devenue connue sous le nom de y gaer yn Arfon, "la forteresse d'Arfon". (La région d'Arfon elle-même tire son nom de sa position en face d'Anglesey, dite Lun en gallois.) [12] Une charte de 1221 par Llywelyn le Grand aux chanoines du prieuré de Penmon sur Anglesey mentionne Kaerinarfon [13] le Brut mentionne les deux Kaerenarvon et Caerenarvon. [14] En 1283, le roi Edouard Ier acheva sa conquête du Pays de Galles qu'il sécurisa par une chaîne de châteaux et de villes fortifiées. La construction d'un nouveau château en pierre de Caernarfon semble avoir commencé dès la fin de la campagne. [15] L'architecte d'Edward, Jacques de Saint-Georges, a peut-être modelé le château sur les murs de Constantinople, étant peut-être au courant des associations légendaires de la ville. Le quatrième fils d'Edward, Edouard de Caernarfon, plus tard Edouard II d'Angleterre, est né au château en avril 1284 et fait prince de Galles en 1301. Une histoire enregistrée au 16ème siècle suggère que le nouveau prince a été offert aux Gallois indigènes sur le prémisse « qu'[il] est né au Pays de Galles et ne pouvait jamais parler un mot d'anglais », mais il n'y a aucune preuve contemporaine à l'appui. [16]

Caernarfon a été constitué un arrondissement en 1284 par la charte d'Edouard I. [17] La ​​charte, qui a été confirmée à plusieurs reprises, a nommé le maire de l'arrondissement Connétable du Château ex officio. [18] L'ancien arrondissement municipal a été désigné arrondissement royal en 1963. [17] L'arrondissement a été aboli par le Local Government Act 1972 en 1974 et le statut de « ville royale » a été accordé à la communauté qui lui a succédé. [17] Caernarfon était la ville du comté du comté historique de Caernarfonshire.

En 1911, David Lloyd George, alors député des arrondissements de Caernarfon, qui comprenait diverses villes de Llŷn à Conwy, approuva l'idée de la famille royale britannique d'organiser l'investiture du prince de Galles au château de Caernarfon. La cérémonie a eu lieu le 13 juillet, avec la visite de la famille royale au Pays de Galles, et le futur Edouard VIII a été dûment investi.

En 1955, Caernarfon était en lice pour le titre de Capitale du Pays de Galles pour des raisons historiques, mais la campagne de la ville a été lourdement défaite lors d'un scrutin des autorités locales galloises, avec 11 voix contre 136 pour Cardiff [19][19] Cardiff est donc devenue la capitale galloise.

Le 1er juillet 1969, la cérémonie d'investiture de Charles, prince de Galles, a de nouveau lieu au château de Caernarfon. La cérémonie s'est déroulée sans incident malgré les menaces terroristes et les manifestations, qui ont abouti à la mort de deux membres de Mudiad Amddiffyn Cymru (Mouvement de défense gallois), Alwyn Jones et George Taylor, qui ont été tués lorsque leur bombe - destinée à la ligne de chemin de fer à Abergele pour arrêter le British Royal Train – a explosé prématurément. La campagne de bombes (une à Abergele, deux à Caernarfon et enfin une sur la jetée de Llandudno) a été organisée par le leader du mouvement, John Jenkins. Il a ensuite été arrêté après une dénonciation et a été condamné à dix ans d'emprisonnement. [20]

En juillet 2019, Caernarfon a accueilli un rassemblement pour l'indépendance galloise. L'événement, organisé par AUOB (All Under One Banner) Cymru, comprenait une marche dans le centre-ville. Les organisateurs ont estimé qu'environ 8 000 personnes se sont jointes à la marche sur la place de la ville. Les autorités locales ont confirmé au moins 5 000 participants. [21] L'événement a présenté un certain nombre d'orateurs dont Hardeep Singh Kohli, Evra Rose, Dafydd Iwan, Lleuwen Steffan, Siôn Jobbins, Beth Angell, Gwion Hallam, Meleri Davies et Elfed Wyn Jones. Les pourparlers ont porté sur la critique du Brexit et de Westminster avec la défense de l'indépendance galloise. [22]

L'histoire de Caernarfon, en tant qu'exemple où l'ascension et la chute de différentes civilisations peuvent être vues d'un même sommet, est discutée dans le livre de John Michael Greer La longue descente. Il écrit de Caernarfon :

Toute l'histoire enregistrée de ce petit coin du monde s'étalait au-dessous de nous dans une gloire inattendue de la lumière du soleil. Le sol sous nos pieds était encore ondulé par les travaux de terrassement du fort de la colline celtique qui gardait le détroit de Menai il y a plus de deux millénaires et demi. Le fort romain qui l'a remplacé était maintenant la marque brun pâle d'un ancien site archéologique sur de basses collines à gauche. Le grand château gris d'Edouard Ier s'élevait au milieu du premier plan, et les fortes traînées d'avions de la RAF lors d'un exercice d'entraînement au-dessus de la mer d'Irlande ont montré que les suzerains actuels de la ville maintenaient toujours l'ancienne montre. Des maisons et des magasins datant de plus d'une demi-douzaine de siècles se sont étendus vers l'est alors qu'ils s'élevaient à travers les eaux du temps, des bâtiments médiévaux exigus de la vieille ville fortifiée tout droit jusqu'au panneau criard et au vaste parking du supermarché derrière nous. [ citation requise ]

Caernarfon est situé sur la rive sud du détroit de Menai face à l'île d'Anglesey. Il est situé à 8,6 miles (13,8 km) au sud-ouest de Bangor, à 19,4 miles (31,2 km) au nord de Porthmadog et à environ 8,0 miles (12,9 km) à l'ouest de Llanberis et du parc national de Snowdonia. [23] L'embouchure de la rivière Seiont se trouve dans la ville, créant un port naturel où elle se jette dans le détroit de Menai. Le château de Caernarfon se dresse à l'embouchure de la rivière. [24] L'A487 passe directement par Caernarfon, avec Bangor au nord et Porthmadog au sud.

À vol d'oiseau, le sommet du Snowdon se situe à un peu plus de 15,4 km au sud-est du centre-ville.

L'importance historique et les monuments de Caernarfon en ont fait un centre touristique majeur. [25] En conséquence, de nombreuses entreprises locales s'occupent du tourisme. Caernarfon compte de nombreuses maisons d'hôtes, auberges et pubs, hôtels, restaurants et boutiques. La majorité des magasins de la ville sont situés soit dans le centre-ville autour de Pool Street et de Castle Square (Y Maes), soit sur Doc Fictoria (Victoria Dock). Un certain nombre de magasins sont également situés dans les murs de la ville.

La majorité de la section commerciale et résidentielle de Doc Fictoria a été ouverte en 2008. La section commerciale et résidentielle de Doc Fictoria est construite directement à côté d'une marina de plage Pavillon Bleu. Il contient de nombreuses maisons, bars et bistrots, cafés et restaurants, un centre artistique primé, un musée maritime et une gamme de boutiques et de magasins. [26]

Pool Street et Castle Square contiennent un certain nombre de grands magasins de détail nationaux et de petits magasins indépendants. Pool Street est piétonne [27] et sert de principale rue commerçante de la ville. La place du château, communément appelée « Maes » par les gallois et les anglophones, est la place du marché de la ville. Un marché se tient tous les samedis toute l'année et également les lundis en été. [28] La place a été réaménagée à un coût de 2,4 millions de livres sterling en 2009. Cependant, depuis sa réorganisation, la place a causé la controverse en raison des difficultés de circulation et de stationnement. Lors de la refonte, il a été décidé de supprimer les barrières entre la circulation et les piétons en créant un « espace partagé », pour obliger les conducteurs à être plus attentifs aux piétons et aux autres véhicules. Il s'agit de la première utilisation de ce type d'aménagement au Pays de Galles, mais il a été décrit par le conseiller municipal Bob Anderson comme étant « trop ambigu » pour les usagers de la route. [29] Une autre controverse provoquée par la refonte du Maes était qu'un vieux chêne historique a été abattu de l'extérieur de la banque HSBC. Lorsque le Maes a été rouvert en juillet 2009 par le politicien local et ministre du Patrimoine du Pays de Galles, Alun Ffred Jones AM, a-t-il déclaré, « l'utilisation de belles ardoises locales est très importante dans le nouveau Maes ».

Il y a beaucoup de vieux pubs desservant la ville, y compris The Four Alls (qui a récemment fait l'objet d'une rénovation de 500 000 £), l'Anglesey Arms Hotel, The Castle Hotel, The Crown, Morgan Lloyd, Pen Deitch et The Twthill Vaults. Le plus ancien pub de Caernarfon est le Black Boy Inn, qui est resté dans la même famille pendant plus de 40 ans jusqu'à ce qu'il soit vendu en 2003 à une entreprise familiale indépendante locale. Le pub se trouve à l'intérieur des remparts de la ville de Caernarfon depuis le XVIe siècle et de nombreuses personnes affirment avoir vu des fantômes à l'intérieur du bâtiment. [30]

Dans et autour des remparts se trouvent de nombreux restaurants, pubs et auberges, ainsi que des maisons d'hôtes et des auberges. [31]

Le siège social du Conseil de Gwynedd est situé dans la ville. Le tribunal local dessert la ville et le reste du nord-ouest du Pays de Galles et a déménagé en 2009 dans un complexe judiciaire de plusieurs millions de livres sur Llanberis Road. La circonscription parlementaire de Caernarfon était une ancienne circonscription électorale centrée sur Caernarfon. Caernarfon fait désormais partie de la circonscription d'Arfon pour le Parlement britannique et le Senedd. La commune est jumelée avec Landerneau en Bretagne. [32]

Au niveau local, le Conseil municipal royal de Caernarfon comprend 17 conseillers municipaux, élus dans les quartiers de Cadnant (4), Menai (4), Peblig (5) et Seiont (4). [33]

La population en 1841 était de 8 001 habitants. [34]

La population de la paroisse communautaire de Caernarfon en 2001 était de 9 611. [35] Les résidents de Caernarfon sont connus familièrement comme "Cofis". Le mot « Cofi » / ˈ k ɒ v i / est également utilisé localement à Caernarfon pour décrire le dialecte gallois local, remarquable par un certain nombre de mots non utilisés ailleurs.

Au Pays de Galles, Gwynedd a la plus forte proportion de locuteurs de la langue galloise. La plus grande concentration de locuteurs gallois à Gwynedd se trouve dans et autour de Caernarfon. [36] Selon le recensement de 2001, 86,1% de la population pouvait parler le gallois. La ville est aujourd'hui un point de ralliement pour la cause nationaliste galloise. [ citation requise ]


Chronologie du château de Caernarfon - Histoire

Situé à Gwynedd Wales sur une péninsule délimitée par la rivière Seiont et le détroit de Menai, le château de Caernarfon a été construit par Édouard Ier d'Angleterre dans le cadre de son anneau de fer de châteaux pour contrôler le Pays de Galles.

Le château de Caernarfon a un motif distinct de pierre qui compose les murs extérieurs, ressemblant aux murs de Constantinople qu'Edouard a vu de première main pendant les croisades. Edward a utilisé Caernarfon a son siège du pouvoir dans le nord du Pays de Galles. Le château n'a jamais été complètement achevé car les attentions et les finances se sont tournées vers le soutien des luttes en Écosse, mais il a été attaqué à quelques reprises par les Gallois et a également été combattu pendant la guerre civile anglaise lorsqu'il a été assiégé à trois reprises par les forces parlementaires essayant de déraciner les royalistes. se cacher dans le château.

Compte tenu de son passé mouvementé, il n'est pas surprenant que le château de Caernarfon compte quelques fantômes résidents.

Bien que l'on ne soit pas le fantôme d'un soldat médiéval ou romain comme on pourrait le soupçonner, mais d'une femme. Le fantôme de ce fantôme féminin et parfois brillant a été aperçu flottant dans les airs, dans les couloirs du château. Il a été rapporté que des équipements électriques laissés au château pendant la nuit ont été retrouvés altérés lors du retour au château le lendemain, souvent inexpliqués, puis attribués à la Dame flottante du château de Caernarfon.

Il y a aussi le fantôme d'un personnage blanc bleuté capturé par la caméra en 2001.

Comme Richard raconte l'histoire.

Le 11 août 2001, une touriste américaine, Kristi Ormand de Dallas, au Texas, a visité le château de Caernarfon et est montée au sommet de la Eagle Tower, d'où elle a pris des photos de l'intérieur du château. Bien qu'elle n'ait rien vu à ce moment-là, elle était consciente de « ressentir une présence », mais croyait que cela était causé par l'histoire qui l'entourait. Lorsqu'elle est retournée en Amérique et a commencé à télécharger ses images, elle a remarqué qu'une photographie montrait une étrange silhouette blanche entourée d'une brume bleue, debout dans l'entrée d'un château. En y regardant de plus près, elle pensa que cela ressemblait à "un petit roi, avec son sceptre, une couronne et un manteau". Aucune de ses autres photographies ne montrait l'image, bien qu'elle apparaisse sur une bande vidéo qu'elle avait prise de la même porte.

La photographie a depuis fait l'objet d'un débat animé parmi les amateurs de fantômes. Certains pensent que Kristi a peut-être bien capté une apparition spectrale à la caméra, tandis que d'autres l'attribuent à une lumière parasite ou à un objet réfléchissant, bien que non fantomatique, qui se trouvait à proximité de la porte à l'époque.

-Richard Jones
Richard Jones

Cette histoire de fantômes est tirée du livre « Châteaux hantés de Grande-Bretagne et d'Irlande » écrit par Richard Jones.

À propos du livre:

Région par région, le chercheur de fantômes Richard Jones révèle, explique et se délecte des histoires de fantômes torturés désireux de remettre en scène leur passé sombre et mouvementé. Le casting de personnages va des reines fantomatiques qui se précipitent des remparts aux moines malveillants qui errent dans les couloirs. Ce guide faisant autorité et accessible sur les sites hantés est illustré tout au long et comprend des extraits de documents originaux.

Nous tenons à remercier Richard d'avoir gracieusement autorisé Great Castles à utiliser des extraits de ses histoires de fantômes sur ce site.


Guide du château de Caernarfon Site du patrimoine mondial

Quelque six cents ans après le départ des légions romaines Caernarfon, les Normands ont établi un château de motte-and-bailey sur une petite péninsule le long du détroit de Menai. En 1115, Caernarfon, ainsi que le reste de Gwynedd, avait été repris par les Gallois, qui ont continué à le tenir jusqu'à la défaite et la mort de Llywelyn ap Gruffudd, prince de Galles, en 1282. Un peu plus de six mois plus tard, Edward I a mis sur la construction d'une nouvelle forteresse - l'un d'une série de châteaux établis dans le nord du Pays de Galles pour sécuriser la principauté nouvellement conquise.

Le château de Caernarfon, commencé en 1283 et encore inachevé lorsque les travaux de construction s'arrêtèrent vers 1330, est l'un des édifices les plus marquants que le Moyen Âge nous ait laissé. Il fait partie d'un groupe de châteaux imposants et majestueux du nord du Pays de Galles qui restent encore dans un état d'exhaustivité.

Mais Caernarfon se démarque incontestablement des autres par son ampleur, par sa noblesse et par le degré de finition architecturale. Il n'est donc pas étonnant que ce grand château ait captivé l'imagination de dizaines d'écrivains et de peintres à travers les âges.

Publié en 2015 / 44 pages / ISBN 978-1-85760-209-8

Taille 210 mm (l) x 255 mm (h) Langue anglaise

Nous vous remercions de votre commande.

Les informations sur les achats en ligne pour les billets, les produits de la boutique et les remboursements sont décrites ci-dessous. Vous voudrez peut-être enregistrer/faire une capture d'écran de cette page pour référence future.

Vous pouvez trouver les détails de tous les achats Cadw en ligne, y compris l'adhésion, la boutique et les billets dans MyCadw en visitant :

Informations importantes concernant votre commande

Si vous avez acheté des billets pour un événement, ceux-ci vous seront envoyés par e-mail. Si vous n'avez pas reçu vos billets électroniques dans l'heure suivant la fin de votre transaction, veuillez vérifier les dossiers de courrier indésirable/spam ou connectez-vous à MyCadw.

Les billets d'entrée au site ne sont pas remboursables, ils ne peuvent être ni échangés ni transférés à une autre date, heure ou lieu.

Si les billets ne sont pas échangés sur le site à la date et à l'heure spécifiées, ils seront automatiquement échangés et deviendront invalides.

Veuillez arriver avec vos billets pré-imprimés OU sur votre appareil mobile pour pouvoir entrer.

On occasion some sites are closed for reasons beyond our control, may host free entry days and /or special events. We recommend checking the Cadw website, our Facebook or Twitter accounts or calling the site ahead of your planned visit to make sure there are no planned closures.

If you are a Cadw member and are buying tickets to attend with guests then please remember to bring your valid membership card to enjoy free entry.

For any other ticket queries please contact [email protected]

Our COVID-19 test and trace privacy policy

This policy was last updated on 30 July 2020.

This privacy policy details how Cadw (Welsh Government) is supporting the Welsh Government’s Test, Trace, Protect strategy against the spread of coronavirus in Wales.

As part of this, we would like to assure you that we are committed to meeting our data policy obligations in line with GDPR and will continue to handle your information securely.

Cadw (Welsh Government) is the Data Controller for information you provide to us as a heritage organisation and is responsible for compliance with data protection legislation for the period that we hold your information on our database. Cadw (Welsh Government) will process your personal information as part of our public task.

What information do we collect and how?

We are collecting contact information for all of our members, visitors (including school and group organisers), customers, contractors, volunteers, and staff who enter or use facilities at our staffed heritage sites, including:

Contact information for our members, visitors and customers will be collected at point of reservation or purchase of site entry tickets via our new online booking system for staffed sites.
If you visit on a multiple person membership or as part as a group, we will record the contact details for the ‘lead member’ or person purchasing the tickets online. We will also record the number of people included in the booking.

For volunteers, contractors and members of staff, we will use the contact information you have provided to us and which we have on file, or you will be asked to provide your contact information upon site entry.

How will your information be used?

We will only use your contact information for test and trace purposes unless you have specified otherwise at point of ticket reservation / purchase (such as to receive Cadw e-newsletter marketing).

Where it is necessary for us to collect information that we would not normally collect via the online ticket booking system, it will only be used for the purpose of the Welsh Government Test, Trace, Protect strategy. Unless you have specified otherwise, it will not be used for any other purpose such as marketing.

What is the legal basis for using your information?

Cadw will retain and process your personal booking data for the purpose of the Welsh Government Test, Trace, Protect strategy only — as a legal, legitimate interest.

Who will your information be shared with and why?

Welsh Government and Public Health Wales or your local authority will only ask Cadw for this information where it is necessary, either because someone who has tested positive for COVID-19 has listed one of Cadw’s heritage properties as a place they recently visited, or because one of Cadw’s properties has been identified as the location of a potential local outbreak of COVID-19.

We will only share this information when it is requested by the Test, Trace, Protect programme and will ensure that this information is shared in a safe and secure way.

Where information is shared with Public Health Wales or your local authority to carry out the Test, Trace, Protect Service, Public Health Wales and your local authority will be the Data Controllers for your personal information at the point they receive the data from Cadw.

How long will we keep your information?

We will only use and store your information for as long as it is required for test and trace purposes. Your personal information is collected to allow us to support the Welsh Government Test, Trace and Protect strategy will be retained for twenty one days from the date of your visit.

What are your legal rights?

Allowing us to share your information with the Welsh Government Test, Trace, Protect programme helps us to keep our members, visitors, customers, contractors, volunteers and staff members safe.

Only those that have shared their details shared for the purposes of Test, Trace Protect will be allowed in to the site.

Under data protection legislation, you have the right:

  • to be informed of the personal data Welsh Government holds about you and to access it
  • to require us to rectify inaccuracies in that data
  • to (in certain circumstances) object to or restrict processing
  • for (in certain circumstances) your data to be ‘erased’
  • to (in certain circumstances) data portability
  • to lodge a complaint with the Information Commissioner’s Office (ICO) who is our independent regulator for data protection

Contact Information

For further information about the information which the Welsh Government holds and its use, or if you wish to exercise your rights under the GDPR, please see contact details below:

Data Protection Officer
Welsh Government
Cathays Park
CARDIFF
CF10 3NQ

The Information Commissioner’s Office (ICO), our independent regulator for data protection can be contacted at:

Information Commissioner’s Office, Wycliffe House, Water Lane, Wilmslow, Cheshire. SK9 5AF

Telephone: 01625 545 745 or 0303 123 1113 Website: www.ico.gov.uk

Changes to this privacy policy

This privacy policy may be updated in due course. When we make changes to this notice, the ‘last updated’ date at the top of this page will also change. Any changes to this policy will apply to you and your data immediately. If these changes affect how your personal data is processed, we will take reasonable steps to let you know.

Shop products

Prices shown are for UK delivery only. To discuss overseas orders please email [email protected]

Delivery Information
Standard UK delivery (by Royal Mail or Courier) £2.95

Standard Delivery
Applies to UK standard rate delivery only – you can expect delivery by Royal Mail or courier within 7 working days of placing your order.

It may take longer to deliver to remote areas, including the following post codes: AB, BT, DD 8-11, HS, IV, KA 27-28, KW, PA20-23, 28-29, 31, 34, 41 onwards, PH8, 10, 16, 18 onwards, TR21-25, ZE.

When will my products be delivered?
After you have placed your order online, we will send you an order confirmation email with the subject ‘Cadw Online Shop – thank you for your purchase’.

If you have not received this email within 24 hours of placing your order or your products have not been delivered within the timescale stated in the email, then please email: [email protected]

Returns and refunds

Our online tickets refund policy:

  • Ticket prices, ticket availability and site opening times can be found on wales/cadw
  • Tickets and booking fees must be paid at the time of your order and tickets cannot be reserved pending payment.
  • All online tickets for events are non-refundable unless the event is cancelled by Cadw whereby a full refund will be given.
  • All online day admission tickets are non-refundable.
  • Our online day admission tickets are valid for six months from date of purchase. Please use them before the expiry date as we’re unable to give refunds for unused tickets.
  • Online tickets cannot be exchanged, transferred or resold for commercial gain.
  • Defaced or altered tickets may be void and the holder will be refused admission.
  • Proof of entitlement for certain online ticket purchases may be required on entry e.g. NUS.
  • We’re sorry but discount vouchers, promotions or any other offers are not valid when purchasing tickets online, including Tesco Clubcard vouchers.
  • Under 5s receive free admission, so an online day admission ticket is not required for entry

Our shop returns policy:
We hope you will be delighted with your purchase. Should you wish to return a product (excluding publications) bought from us, we will be happy to refund or exchange in full.

Important: Publications can only be refunded if faulty/damaged during transit or prior to dispatch, or if the incorrect publication/s is sent to you by us.

Items must be unused, in original packaging (with labels) and returned within 30 days of receiving your order. This policy is in addition to your statutory rights and consumer rights.

To arrange a return, please email [email protected] where you will receive a Returns Authorisation Code and a returns form. Goods should be returned along with your completed returns form to:

Cadw Retail – Online Shop,
Unit 5/7 Cefn Coed,
Parc Nantgarw,

Please send your package using a secure or traceable method and keep your proof of postage. Return costs are borne by the customer unless an item is faulty.

If we sent you an item you did not order (an "incorrect" item), please email us and we’ll send you a pre-paid postage voucher in order to return to us.

All refunds will be processed within 14 days from the date the returned items have been received.

Refunds will be credited back to your original method of payment within approximately two days of being processed. Depending on your bank, it may take longer for the credit to appear on your account statement.

Please note: If you have purchased an item at a Cadw shop and would like a refund, this can be processed in store only. Please do not use the above process.

Items we are unable to refund or exchange

We are unable to offer a refund or exchange on the following products (unless faulty):

  • publications such as guidebooks / guide pamphlets
  • perishable goods such as food
  • personal grooming products
  • cosmetics
  • pierced jewellery
  • unsealed CD, DVD or videos

We will refund you the full delivery charge when a product is returned as faulty or damaged, but not when a product is simply unwanted.


Caernarfon

Caernarfon in North Wales is widely known for two main reasons it is the home of what is undoubtedly the finest of all King Edward I’s castles, and it is where male heirs to the throne of England are invested as Prince of Wales. The last person to receive this honour was Prince Charles, at his investiture in 1969.

Caernarfon, located strategically at one end of the Menai Straits, was just a short distance across the Strait from the Anglesey town of Beaumaris, and thus made Anglesey easily accessible. The Romans placed their main fort near here named Segontium, and built circa 80ad, which they occupied for over 3 centuries. Their choice of location was for the same reason, that was to be able to keep control not only of Caernarvonshire but also of Anglesey. The word Caer in welsh means fort, and normally signifies the location of a fortress or stronghold, normally of Roman origin.

Prior to the building of Edward I’s castle, which was started in 1283, there had been a Motte and Bailey defence system designed by the Norman – Hugh of Avranches – in the late 11th century. The Welsh won the castle from the Normans 25 years later (1115), and remained in control of it until Edward’s army invaded North Wales.


What's been found in Caernarfon Castle's biggest ever archaeological dig - and how it's reshaping history

The largest ever archaeological dig to take place at Caernarfon Castle has been completed.

Work began in January 2019 and some significant artefacts have been uncovered since then, shaping our understanding of the site&aposs early history.

Among the items found were fragments of Roman pottery that date back to the 1st century, cannon balls, tile and animal bone.

Evidence for the use of the site shortly before Edward I built the existing castle in 1283 was also discovered, adding weight to the suggestion that there had been an earlier motte and bailey fortification.

From March 2021, post excavation assessments at Salford University will examine the data to determine how the discoveries will enrich — or even alter — what is known about life on the castle grounds.

Ian Miller, director of Salford Archaeology within the University of Salford, said: "The excavation and survey at Caernarfon Castle — one of the UK&aposs most important heritage sites — will have a huge impact on the way we understand the history and development of this iconic site.

“Working closely with Cadw’s archaeology and conservation teams, we’ve discovered tantalising evidence of Roman settlers dating back as far as the 1st century, suggesting that the site of Caernarfon Castle was of huge strategic significance long before a castle was built in 1283.

“What&aposs more, this once-in-a-lifetime project has yielded some very significant clues as to the use of the site immediately prior to the construction of the castle, and an insight into how this incredible building developed during the late 13th and 14th centuries.

“Excavation is essentially a data-gathering exercise, and our next task will be to analyse all the records we’ve created and closely examine all the artefacts discovered.

"We’re confident that once this analytical work has been completed, we will gain a far greater understanding of the historical development of the site. We may not rewrite the history of Caernarfon Castle, but we will certainly enhance it.”

Sign up to the North Wales Live newsletter

Did you know we offer a free email newsletter service?

Each North Wales Live bulletin delivers the latest breaking news, what&aposs on events and the hottest talking points straight to your inbox.

For more information about how to subscribe click here.

Archaeologists are also questioning whether newly discovered stone foundations might lead to a re-interpretation of the markings currently laid out at the Castle’s Lower Ward, indicating where original buildings would have stood during the 13th or 14th century.

Over the coming months, archaeological analysis of the findings will help to confirm this, while providing a clearer picture of the site’s historical timeline.

When complete, the investigation is expected to offer enough evidence for Cadw and Salford Archaeology to add a new chapter to the story of Gwynedd and Caernarfon Castle.

This archaeological news is the latest in a long line of announcements for Caernarfon Castle — which recently received planning approval for a £4m redevelopment and conservation programme, due for completion in 2022.

Ian Halfpenney, Inspector of Ancient Monuments at Cadw, said: “It is very rare indeed to see an excavation on this scale within a World Heritage Site, and the results will undoubtedly shed further light on the use and development of the Castle site.

“The scale of the work at Caernarfon Castle has provided an unprecedented opportunity to undertake a major excavation within the Lower Ward, and to create a comprehensive digital record via 3D laser scanning of the whole area.

"This laser model will not only aid our understanding of the Castle’s history, but it will also inform the subsequent conservation works and provide a permanent digital record of the King’s Gate — for the public to enjoy.

"We hope this revelation brings even more visitors to the site as soon as it can re-open safely, and highlights that Welsh history is never standing still."

Dafydd Elis-Thomas, Deputy Minister for Culture, Tourism and Sport, added: “This ground-breaking research adds a further depth of interest to the site of Caernarfon Castle, demonstrating the vital work that Cadw undertakes not only to preserve, but also to enhance understanding, of historical sites in Wales.

“I’d like to thank our Cadw members and loyal visitors for their continued support of Welsh history and conservation during this difficult time. I hope that, like me, you will look forward to hearing more about this exciting development, and discovering how it impacts what we thought we knew about Caernarfon Castle.”

Get the North Wales Live newsletter delivered to your inbox every day for FREE - sign up here


Voir la vidéo: Secrets Of Great British Castles 4of5 Caernarfon Castle Castle Documentaries Channel (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Seaghda

    Pour ma part, tu n'as pas raison. Je suis assuré. Je peux défendre la position.

  2. Tojagrel

    À mon avis, c'est évident. Essayez de chercher la réponse à votre question dans google.com

  3. Abd Er Rahman

    Il s'est spécialement inscrit à un forum pour te dire merci pour l'information, est-ce que je peux moi aussi t'aider quelque chose ?



Écrire un message