Podcasts sur l'histoire

Château de Portchester

Château de Portchester


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le château de Portchester est un château médiéval situé dans les murs d'un fort romain du IIIe siècle, l'exemple le mieux conservé d'Europe du Nord. Aujourd'hui, le château est géré par l'organisation caritative English Heritage.

Histoire du château de Portchester

Construit à l'époque romaine, probablement au IIIe siècle après JC, le château de Portchester est le seul exemple du pays de fort romain dont les murs sont encore debout jusqu'à environ six mètres.

Au fil des siècles, le château de Portchester a été rénové et reconstruit à plusieurs reprises et son utilisation a été modifiée pour répondre aux besoins de ses propriétaires. Au XIe siècle, certaines parties du château de Portchester ont été reconstruites en donjon normand et au XIVe siècle, Richard II l'a transformé en palais. Comme leur prédécesseur romain, ces deux incarnations remplissaient une fonction défensive.

Pourtant, pendant les guerres napoléoniennes, le rôle du château de Portchester a changé, car il est devenu une prison pour environ 7 000 prisonniers de guerre français. Ce changement était dû en grande partie à l'importance réduite du château de Portchester en tant que structure défensive à la suite de la construction du chantier naval royal de Portsmouth par le roi Henri VII.

Château de Portchester aujourd'hui

Il y a peu d'attractions que vous pouvez visiter aujourd'hui qui consistent en une église normande dans un fort romain. Et donc, que vous soyez fou de l'époque classique ou fou d'histoire médiévale, le château a tant à offrir.

Les visiteurs d'aujourd'hui peuvent admirer l'exposition dans le donjon, qui interprète l'histoire du château et du village de Portchester au sens large. Il y a aussi un certain nombre d'objets exposés qui ont été trouvés lors de fouilles sur le site. Une visite audio permet d'expliquer la vie du château au fil des siècles.

Pendant les chaudes journées d'été, les visiteurs peuvent profiter d'un pique-nique en famille sur les pelouses à l'intérieur des murs du château de Portchester - entourés d'histoire et à quelques pas de l'eau.

Le donjon accueille également un certain nombre d'expositions spéciales, présentant un large éventail d'œuvres d'artistes notables. Le plus récent était Les Murs Sont Témoins | These Walls Bear Witness – une installation sonore d'Elaine Mitchener qui explore la vie des prisonniers de guerre détenus à Portchester au XVIIIe siècle, rendue vivante grâce aux découvertes de lettres de prisonniers, de registres et de pièces de théâtre mises en scène.

Le château de Portchester accueille également un éventail d'événements familiaux tout au long de l'année.

Se rendre au château de Portchester

Le château de Portchester se trouve du côté sud de Portchester, à côté de l'A27 que l'on peut rejoindre en sortant de la M27 à la sortie 11. Il y a un parking gratuit situé juste à l'extérieur du château, à moins de 200 mètres de l'entrée (contient environ 100 places et 3 aires de stationnement) .

Si vous voyagez en transports en commun, la gare de Portchester est à moins d'1,6 km du château. Il existe des lignes directes vers Portchester depuis Londres Waterloo et Southampton.

La ligne de bus 3 vous déposera à moins de 1⁄4 mile du château.


Une histoire de Portchester

Portchester est, bien sûr, célèbre pour son château. Tout a commencé lorsque les Romains ont construit un fort à la fin du IIIe siècle (la date exacte n'est pas connue). À cette époque, de féroces Saxons venus d'Allemagne attaquaient l'Est et le Sud de l'Angleterre et les Romains ont construit une chaîne de forts côtiers pour les arrêter. Il est possible qu'il y ait eu des civils vivant à l'intérieur des murs. Il s'agissait peut-être d'une colonie commerciale ainsi que d'un fort.

Cependant, au IVe siècle, la civilisation romaine s'effondre. Les derniers soldats romains ont quitté la Grande-Bretagne en 407 après JC. Le fort romain a probablement été abandonné quelque temps avant la fin de la domination romaine.

PORTCHESTER AU MOYEN AGE

Après le départ des Romains, les Saxons ont envahi l'Angleterre. Vers 500 après JC, ils débarquèrent dans le sud-est du Hampshire et conquirent la région. Les Saxons ont donné son nom à Portchester. Ils appelaient n'importe quel fort romain un ceaster. Ils ont appelé celui-ci Portus ceaster. Finalement, le nom a changé pour Portchester. Les Saxons ont construit un village à Portchester. Ils ont également érigé quelques bâtiments dans l'ancien fort romain.

Au IXe siècle, le roi Alfred le Grand a créé un réseau de forts ou d'établissements fortifiés à travers son royaume pour combattre les Danois. On les appelait burhs. En cas d'attaque danoise, tous les hommes de chaque zone se réunissaient dans le burh local. Dans la mesure du possible, Alfred a utilisé de vieilles villes ou forts romains. Au Xe siècle, son successeur, Edouard l'Ancien, répara le fort romain de Portchester et le transforma en burh.

Puis, vers l'an 1120, le roi Henri Ier fit construire un château dans les murs de l'ancien fort romain. Le château a stimulé la croissance de Portchester car la garnison était un marché pour les biens du peuple. Au 13ème siècle, Portchester est devenu une petite ville. En 1294, il reçut le droit de tenir un marché et une foire annuelle. (Au Moyen Âge, les foires étaient comme des marchés, mais elles n'avaient lieu qu'une fois par an et elles attiraient des acheteurs et des vendeurs d'une vaste région).

Pendant la guerre de Cent Ans entre l'Angleterre et la France du milieu du 14ème siècle au milieu du 15ème siècle, Portchester a prospéré. Cependant la Portchester médiévale nous semblerait minuscule. Il n'y avait probablement que quelques centaines d'habitants.

Vers l'an 1128, une église fut construite dans l'enceinte du fort romain de Portchester. Il était dédié à Sainte Marie. En 1133, le roi Henri Ier le donna à des moines augustins. Ils étaient dirigés par un prieur, de sorte que l'église est devenue l'église du prieuré Sainte-Marie. Cependant, au milieu du XIIe siècle, les moines ont déménagé à Southwick.

L'invention de la poudre à canon et des canons a vraiment rendu le château de Portchester obsolète. (Bien qu'au XVIe siècle Henri VIII ait utilisé le château comme armurerie et pendant la guerre civile de 1642-1646, des soldats parlementaires y ont séjourné).

De plus, le port de Portsmouth s'est ensablé et Portchester a cessé d'être un port viable. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, Portchester a perdu de son importance. Le marché cessa au début du XVIIe siècle. Portchester est devenu une colonie agricole tranquille.

Cornaway Lane s'appelait autrefois Corn Way parce que le grain y était transporté pour être moulu en farine dans un moulin à Wicor.

Cependant, dans les années 1660, la Grande-Bretagne a combattu les Hollandais et le château de Portchester a été utilisé comme camp de prisonniers de guerre pour les prisonniers hollandais. Au XVIIIe siècle, il abritait des prisonniers espagnols. Enfin, dans les longues guerres contre les Français de 1793 à 1814, il abrita des prisonniers français.

Au 19ème siècle, il y avait une industrie à Portchester qui fabriquait des pipes en terre pour fumer. Il a commencé en 1840 et n'a pris fin que dans les années 1930.

La gare de Portchester a été construite en 1848. Cependant, elle n'a pas entraîné une croissance de la population du village. Au 19e siècle, Portchester est resté un village tranquille et la population n'a augmenté que légèrement.

En 1870, l'État a commencé à fournir une éducation. Castle Street School a été construite en 1873. n Contrairement au 19e siècle, au 20e siècle, la population de Portchester a explosé. Il était encore inférieur à 1 000 en 1911.

Cependant, après la Première Guerre mondiale, il s'est développé rapidement. Newtown a été construite en 1920-1922 et l'église méthodiste de Portchester a été construite en 1933.

Portchester a continué à croître rapidement après la Seconde Guerre mondiale. Cornaway Estate a été construit dans les années 1950 et en 1975, la population avait atteint 18 000 habitants.

L'église catholique Notre-Dame de Walsingham a été construite en 1954 et le crématorium de Portchester a ouvert ses portes en 1958.

L'école primaire de Wicor a été construite, sur le site actuel, en 1962. L'école primaire du Nord a ouvert ses portes en 1963 et l'école Red Barn a ouvert ses portes en 1979.

Pendant ce temps, Portchester Precinct a été créé en 1975 et une horloge commémorative de guerre a été érigée en 1976. Une nouvelle bibliothèque a ouvert ses portes à Portchester en 1984.

Pendant ce temps, le centre communautaire de Portchester a ouvert ses portes en 1966.

Aujourd'hui, Portchester est en grande partie une ville-dortoir, malgré le fait que Castle Trading Estate a été construit après la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de gens qui vivent à Portchester vont travailler à Portsmouth ou à Southampton. Pendant ce temps, la salle paroissiale de Portchester a ouvert ses portes en 2002. Le centre d'affaires de Portchester a ouvert ses portes en 2003.

Château de Portchester


Château de Portchester - Histoire

Le château de Portchester est un exemple bien conservé d'une fortification principalement romaine, qui se trouve sur la rive nord du port de Portsmouth, à environ 6 miles au nord-ouest de la ville de Portsmouth elle-même sur la côte sud de l'Angleterre. Bien qu'à l'époque moderne, il s'agisse d'une zone relativement urbaine, la fortification est le plus ancien bâtiment de la région et constitue le centre traditionnel autour duquel le village de Portchester et ses environs ont été construits.

Le château dans sa forme la plus récente se compose d'une cour extérieure avec portes et bastions, et d'une cour intérieure avec douves et guérite, palais, tour et donjon. Le site était à l'origine une simple fortification romaine, bien que le château ait été ajouté par phases au cours des périodes saxonne et médiévale, ainsi qu'au XVIIe siècle. Les bâtiments d'origine ont été agrandis à plusieurs reprises pour fournir le château que nous voyons aujourd'hui.

Le château a été initialement construit à des fins de défense, mais il a été utilisé à de nombreuses fins différentes au cours de ses 1700 ans d'histoire. Il a été suggéré que le château n'a jamais été "entièrement abandonné après l'effondrement de l'Empire romain" (Goodall, 2006, p.29), bien que cela suggère qu'il y ait eu une baisse significative de l'utilisation du château comme fortification pendant cette période. Le château fut à nouveau utilisé comme fortification par les Normands, et plus tard comme résidence royale et prison après 1665.

La famille Thistlethwaite, qui possède toujours une partie du domaine voisin de Southwick, a possédé le château à titre privé du milieu des années 1600 jusqu'en 1984 (au cours de laquelle il a été saisi et utilisé comme prison par l'armée), mais aujourd'hui, le château est géré par English Heritage. et est ouvert comme une attraction touristique et un terrain d'entente pour les résidents locaux.

- Le Watergate depuis l'intérieur de l'Outer Bailey. (Cliquez pour agrandir). - Aujourd'hui, le drapeau English Heritage flotte haut au-dessus du donjon. (Cliquez pour agrandir). - Le mur oriental, en regardant vers le nord. (Cliquez pour agrandir).

La date initiale de construction n'est pas tout à fait certaine, bien qu'il soit largement admis que la construction a eu lieu dans la dernière partie du 3 e siècle après JC. Goodall suggère une date de &ldquoentre AD285 et AD290&rdquo (2006, p.25), et Cunliffe ajoute qu'il existe des preuves d'une plus petite colonie dans cette zone avant le château, avec des artefacts remontant à &ldquotthe années intermédiaires du premier siècle, AD&rdquo (1975, p.9), bien qu'il s'agisse davantage d'un "établissement temporaire", faisant du château le premier développement majeur dans ce domaine à l'époque.

Initialement appelé &lsquoPortus Adurni&rsquo par les Romains, le château a reçu son nom actuel vers 501 après JC. Comme l'explique Barron, &ldquoPort, un guerrier saxon, a capturé le château aux Britanniques et a donc donné son nom au château (Portcestre).&rdquo (1985, p. 36). Au fil du temps, l'orthographe de ce mot a changé, et ce n'est qu'à la fin des années 1800 que l'orthographe &lsquoPortchester&rsquo a été officiellement adoptée (un signe dans l'enceinte du château l'épele &lsquoPorchester&rsquo). Un autre nom traditionnel est également utilisé, &lsquoCaer Peris&rsquo, qui est associé à une légende saxonne de l'occupation préromaine, bien que cela n'ait pas encore été confirmé. [N]


Château de Portchester : l'histoire mouvementée derrière le château médiéval construit dans un fort romain

Depuis le 3ème siècle, Portchester a été reconnu comme un lieu d'importance stratégique. Ce fort romain a été érigé par Marc Aurèle Carausisu sur le commandement de l'empereur Dioclétien, très probablement entre 275 et 290. Portchester était l'un des nombreux forts de la côte saxonne construits pour se défendre des raids des pirates à la fin de l'Empire romain. Niché dans le comté du Hampshire, il reste l'un des forts romains les mieux conservés au nord des Alpes.

Au début, il s'appelait ‘Portus Adurni’ par les Romains, tandis que le nom actuel remonte au début du 6ème siècle. Apparemment, Port était un guerrier saxon qui a capturé le château des Britanniques, donnant ainsi son nom au château, Portcestre. L'orthographe du nom a changé au fil du temps et il a été adopté comme Portchester vers la fin des années 1800.

Château de Portchester, vue sur la cour intérieure

Au début du Ve siècle, les Romains se sont retirés de la Grande-Bretagne, mais il est peu probable que le site soit resté entièrement à l'abandon. Le hall et la tour du Xe siècle découverts dans le royaume du fort suggèrent son statut élevé en tant que résidence pendant la période saxonne. En 904, Portchester est entré en possession du roi Édouard l'Ancien et le fort a été utilisé pour se défendre contre le soulèvement des Vikings.

Les historiens restent incertains quand le château sur place a été construit, mais certaines preuves indiquent qu'il était là à la fin du XIe siècle. Très probablement, le château a été construit par William Maudit qui était un associé notable du premier roi normand d'Angleterre. La constellation exacte du château primitif est également incertaine, mais Maudit a probablement créé la salle intérieure dans le coin nord-ouest du fort. Le château est resté dans la famille Maudit pendant plusieurs générations.

Intérieur du château de Porchester

Plus tard, le roi Henri II a repris Portchester, et il est resté sous administration royale pendant plusieurs siècles. L'historien et auteur anglais John Goodall a écrit que le roi visitait régulièrement le château et que le site participait à sa dispute avec Thomas Becket, l'archevêque de Cantorbéry.

Dans le même temps, le château a également servi de prison pour des personnalités éminentes. L'un d'eux était le comte de Leicester contre lequel les fils d'Henri II se sont rebellés, soutenus par d'autres barons. Le roi Jean Ier d'Angleterre séjournait également au château de Portchester, et c'était son pavillon de chasse préféré. Le roi était là lorsqu'il apprit la perte de la Normandie en 1204.

Au début du XIIIe siècle, Portchester a servi de point de départ pour les missions en France, alors que le roi Jean tentait de récupérer la Normandie du roi de France. Les voyages du roi en France n'ont pas été très fructueux cependant, le site a continué à être un point de départ fréquent pour les troupes.

Pendant le règne d'Édouard II (1307 – 1327), Portchester était à l'abri d'éventuelles invasions des Français. A cette époque, l'établissement investit dans des réparations et des renforcements, certaines installations sont réaménagées, et les guérites sont agrandies. Malgré cela, de nombreux bâtiments du château se sont délabrés en 1335 et le mur sud du fort romain a également été endommagé par la mer.

Edouard III séjourne rarement à Portchester, mais il utilise le château pour rassembler une armée de 15 000 hommes et partir pour la France pour une nouvelle campagne, qui se termine par une victoire à la bataille de Crécy. Cette bataille fut le premier des trois grands succès de l'Angleterre pendant la guerre de Cent Ans. Les rénovations ont eu lieu à la fin du 14ème siècle lorsque la digue a été restaurée et des appartements royaux (aujourd'hui des ruines) ont été ajoutés.

De plus, c'est au château de Portchester que le roi Henri V apprit le complot de Southampton, une conspiration qui tendait à remplacer le roi par Edmund Mortimer, 5e comte de mars. Le roi arrête trois associés à Portchester et les fait attendre en août 1415.

C'est devenu une résidence royale impressionnante et un point de départ idéal pour les campagnes militaires sur le continent - notamment celle d'Henri V en 1415, qui a abouti à sa victoire à Azincourt. Bien que de plus en plus éclipsée par Portsmouth, Portchester est restée occupée jusqu'au 17ème siècle, et a ensuite servi de camp de prisonniers de guerre jusqu'à la fin des guerres napoléoniennes.,” écrit en outre le Patrimoine anglais.

Dans les années entre 1562 et 1563, le château a trouvé un nouveau but en tant qu'hôpital militaire, pour les blessés dans les nouveaux conflits avec les Français. Sous le règne d'Elizabeth I, le château de Portchester a également été préparé pour la guerre, car les relations avec l'Espagne se sont détériorées et une invasion espagnole a été spéculée. Au début du XVIIe siècle, le château retrouve sa forme et la reine tient sa cour.

En 1632, Charles Ier d'Angleterre vendit la propriété à Sir William Uvedale, un homme politique anglais qui occupait un siège à la Chambre des communes. Après ce point, le château a souvent fonctionné comme une prison. En 1665, il y avait 500 prisonniers de la seconde guerre anglo-hollandaise détenus au château. Une partie d'entre eux a endommagé l'église dans la cour extérieure qui n'a pas été restaurée pendant 40 ans.

Retour dans la journée : vue sur le château de Portchester depuis les « Vues pittoresques des antiquités d'Angleterre et du Pays de Galles » (1786)

Au XVIIIe siècle, le château fut encore loué aux Uvedales pour emprisonner de nouveaux prisonniers, cette fois de la guerre de Succession d'Espagne, un grand conflit européen déclenché par la mort du tristement célèbre roi espagnol, Charles II. Aujourd'hui, Portchester House est l'ancien emplacement de l'hôpital de la prison à l'époque. Les prisonniers morts étaient souvent enterrés dans les vasières d'aujourd'hui, au sud du château.

Après un passé si mouvementé, le château de Portchester est désormais un lieu paisible pour les loisirs, les sorties scolaires et les expositions. Ce bel endroit est également un monument antique classé et un bâtiment classé Grade I.


Une histoire de Portchester

Portchester est, bien sûr, célèbre pour son château. Tout a commencé lorsque les Romains ont construit un fort à la fin du IIIe siècle (la date exacte n'est pas connue). À cette époque, de féroces Saxons venus d'Allemagne attaquaient l'Est et le Sud de l'Angleterre et les Romains ont construit une chaîne de forts côtiers pour les arrêter. Il est possible qu'il y ait eu des civils vivant à l'intérieur des murs. Il s'agissait peut-être d'une colonie commerciale ainsi que d'un fort.

Cependant, au IVe siècle, la civilisation romaine s'effondre. Les derniers soldats romains ont quitté la Grande-Bretagne en 407 après JC. Le fort romain a probablement été abandonné quelque temps avant la fin de la domination romaine.

PORTCHESTER AU MOYEN AGE

Après le départ des Romains, les Saxons ont envahi l'Angleterre. Vers 500 après JC, ils débarquèrent dans le sud-est du Hampshire et conquirent la région. Les Saxons ont donné son nom à Portchester. Ils appelaient n'importe quel fort romain un ceaster. Ils ont appelé celui-ci Portus ceaster. Finalement, le nom a changé pour Portchester. Les Saxons ont construit un village à Portchester. Ils ont également érigé quelques bâtiments dans l'ancien fort romain.

Au IXe siècle, le roi Alfred le Grand a créé un réseau de forts ou d'établissements fortifiés à travers son royaume pour combattre les Danois. On les appelait burhs. En cas d'attaque danoise, tous les hommes de chaque zone se réunissaient dans le burh local. Dans la mesure du possible, Alfred a utilisé de vieilles villes ou forts romains. Au Xe siècle, son successeur, Edouard l'Ancien, répara le fort romain de Portchester et le transforma en burh.

Puis, vers l'an 1120, le roi Henri Ier fit construire un château dans les murs de l'ancien fort romain. Le château a stimulé la croissance de Portchester car la garnison était un marché pour les biens du peuple. Au 13ème siècle, Portchester est devenu une petite ville. En 1294, il reçut le droit de tenir un marché et une foire annuelle. (Au Moyen Âge, les foires étaient comme des marchés, mais elles n'avaient lieu qu'une fois par an et elles attiraient des acheteurs et des vendeurs d'une vaste région).

Pendant la guerre de Cent Ans entre l'Angleterre et la France du milieu du 14ème siècle au milieu du 15ème siècle, Portchester a prospéré. Cependant la Portchester médiévale nous semblerait minuscule. Il n'y avait probablement que quelques centaines d'habitants.

Vers 1128, une église fut construite dans les murs du fort romain de Portchester. Il était dédié à Sainte Marie. En 1133, le roi Henri Ier le donna à des moines augustins. Ils étaient dirigés par un prieur, de sorte que l'église est devenue l'église du prieuré Sainte-Marie. Cependant, au milieu du XIIe siècle, les moines ont déménagé à Southwick.

L'invention de la poudre à canon et des canons a vraiment rendu le château de Portchester obsolète. (Bien qu'au XVIe siècle Henri VIII ait utilisé le château comme armurerie et pendant la guerre civile de 1642-1646, des soldats parlementaires y ont séjourné).

De plus, le port de Portsmouth s'est ensablé et Portchester a cessé d'être un port viable. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, Portchester a perdu de son importance. Le marché cessa au début du XVIIe siècle. Portchester est devenu une colonie agricole tranquille.

Cornaway Lane s'appelait autrefois Corn Way parce que le grain y était transporté pour être moulu en farine dans un moulin à Wicor.

Cependant, dans les années 1660, la Grande-Bretagne a combattu les Hollandais et le château de Portchester a été utilisé comme camp de prisonniers de guerre pour les prisonniers hollandais. Au XVIIIe siècle, il abritait des prisonniers espagnols. Enfin, dans les longues guerres contre les Français de 1793 à 1814, il abrita des prisonniers français.

Au 19ème siècle, il y avait une industrie à Portchester qui fabriquait des pipes en terre pour fumer. Il a commencé en 1840 et n'a pris fin que dans les années 1930.

La gare de Portchester a été construite en 1848. Cependant, elle n'a pas entraîné une croissance de la population du village. Au 19e siècle, Portchester est resté un village tranquille et la population n'a augmenté que légèrement.

En 1870, l'État a commencé à fournir une éducation. Castle Street School a été construite en 1873. n Contrairement au 19e siècle, au 20e siècle, la population de Portchester a explosé. Il était encore inférieur à 1 000 en 1911.

Cependant, après la Première Guerre mondiale, il s'est développé rapidement. Newtown a été construite en 1920-1922 et l'église méthodiste de Portchester a été construite en 1933.

Portchester a continué à croître rapidement après la Seconde Guerre mondiale. Cornaway Estate a été construit dans les années 1950 et en 1975, la population avait atteint 18 000 habitants.

L'église catholique Notre-Dame de Walsingham a été construite en 1954 et le crématorium de Portchester a ouvert ses portes en 1958.

L'école primaire de Wicor a été construite, sur le site actuel, en 1962. L'école primaire du Nord a ouvert ses portes en 1963 et l'école Red Barn a ouvert ses portes en 1979.

Pendant ce temps, Portchester Precinct a été créé en 1975 et une horloge commémorative de guerre a été érigée en 1976. Une nouvelle bibliothèque a ouvert ses portes à Portchester en 1984.

Pendant ce temps, le centre communautaire de Portchester a ouvert ses portes en 1966.

Aujourd'hui, Portchester est en grande partie une ville-dortoir, malgré le fait que Castle Trading Estate a été construit après la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de gens qui vivent à Portchester vont travailler à Portsmouth ou à Southampton. Pendant ce temps, la salle paroissiale de Portchester a ouvert ses portes en 2002. Le centre d'affaires de Portchester a ouvert ses portes en 2003.

Château de Portchester


Les Murs Sont Témoins | &ldquoCes murs en témoignent&rdquo au château de Portchester

Note de la rédaction : ceci fait partie d'une série d'articles sur l'intersection des archives et de l'histoire publique qui seront publiés tout au long du mois d'octobre, ou Mois des archives aux États-Unis. Cette série est éditée par Krista McCracken, membre du conseil d'administration du National Council on Public History (NCPH), [e-mail protégé] rédactrice affiliée Kristin O&rsquoBrassill-Kulfan, et NCPH L'historien public co-éditrice/éditrice des médias numériques Nicole Belolan.

Le château de Portchester du XIIe siècle sur la côte sud de l'Angleterre a détenu des milliers de prisonniers de guerre français pendant les campagnes révolutionnaires françaises et napoléoniennes de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, notamment plus de 2 000 révolutionnaires noirs et leurs familles des Caraïbes. L'artiste sonore et musicienne de renommée internationale Elaine Mitchener a travaillé avec des chercheurs de l'Université de Warwick pour donner vie à certaines des histoires remarquables des prisonniers de guerre à travers une installation sonore hébergée dans le château pendant six mois en 2019. Cet article explore comment cela la collaboration a fonctionné et les manières dont les documents d'archives ont été mis en dialogue avec les espaces physiques dans lesquels les prisonniers de guerre étaient détenus.

De nombreux prisonniers de guerre des Caraïbes ont été incarcérés dans le donjon du XIIe siècle du château de Portchester. Crédit photo : Katherine Astbury

Les prisonniers de guerre sont considérés comme un phénomène des guerres à grande échelle du XXe siècle. Mais pendant les guerres révolutionnaires avec la France (1793-1802) et les campagnes contre la France napoléonienne (1803-1815), la Grande-Bretagne a été témoin d'une augmentation du nombre de prisonniers de guerre amenés dans le pays. Les prisonniers étaient logés dans des prisons existantes ou dans des lieux construits à cet effet, tels que Dartmoor, ou incarcérés dans des bâtiments réaménagés tels que le château de Portchester.

Portchester a eu deux vagues principales de prisonniers, la première en 1796-97 lorsque des prisonniers de guerre des Caraïbes sont arrivés, et la seconde en 1810 lorsque les conscrits de l'armée napoléonienne capturés par les Espagnols ont été expédiés en Grande-Bretagne. La vie, l'identité et la race des prisonniers ont reçu peu d'attention avant 2017, lorsque English Heritage, qui gère le site de Portchester, a dévoilé une nouvelle exposition dans le donjon du château en tant que dépôt de prisonniers de guerre. La recherche pour la réinterprétation de 2017 a été menée par la conservatrice Abigail Coppins, dont les travaux se sont concentrés sur les 2 000 révolutionnaires noirs, et par des universitaires de l'Université de Warwick, le professeur Katherine Astbury et le doctorant Devon Cox, qui ont été financés par le UK&rsquos Arts and Humanities Research Conseil pour regarder le Théâtre français construit par des prisonniers parisiens au rez-de-chaussée du donjon en 1810.

L'interprétation de 2017 comprenait un théâtre recréé et des costumes pour la boîte à déguisements inspirés d'impressions photographiques de costumes de spectacles que les prisonniers auraient vus à Paris avant d'être enrôlés. L'espace comprenait également des panneaux d'information et des enregistrements audio de lettres et de rapports sur les conditions et la vie quotidienne des prisonniers. Une représentation d'un mélodrame en trois actes, Roseliska, écrite et interprétée par les prisonniers de guerre en 1810, marque le lancement de la nouvelle exposition permanente. Le mélodrame a été interprété par un casting de Past Pleasures, la plus ancienne compagnie d'interprétation costumée professionnelle du Royaume-Uni et des musiciens professionnels indépendants. Le manuscrit du mélodrame avait survécu dans des papiers appartenant au commandant de la prison, le capitaine Charles Paterson, qui ont été déposés dans la collection du théâtre Victoria & Albert Museum en 2011.

Il y a très peu de scripts survivants de pièces de guerre complètes de la période napoléonienne. Une seconde, Le Philantrope révolutionnaire ou Hécatombe à Haiti [Le philanthrope révolutionnaire], joué pour la première fois en 1807 à bord de l'un des pontons de la prison dans la baie et copié en 1811, est conservé dans les archives de l'Université de Californie à Berkeley. Ce script manuscrit serait le catalyseur de l'installation sonore au château de Portchester. Écrit du point de vue des colons blancs, il est néanmoins inhabituel pour un témoignage écrit précoce du soulèvement des esclaves en Haïti en 1793, car il donne la parole aux esclaves. Par exemple, le chef de l'armée rebelle dans les bois, Spartacus, rallie ses troupes avec la réplique : &lsquoSongez à l&rsquoétat de dégradation dans lequel vous gémissez, et ne see dans l&rsquoavenir quequoi la perspective d&rsquoune indépendance qu&rsquo de ravir&rsquo [Souvenez-vous de l'état humiliant que vous êtes obligé d'endurer, ne voyez rien dans votre avenir que votre indépendance, une indépendance que les Blancs ne pourront jamais reprendre]. La pièce explore la peur du changement et de la violence au cœur des réponses individuelles à la révolution et aux questions de ce que signifie être libre. C'était aussi un point d'intersection entre les panneaux d'exposition sur les révolutionnaires noirs qui étaient à Portchester en 1796-97 et les prisonniers de théâtre de la décennie suivante.

Abigail Coppins et moi avons approché la célèbre artiste vocale Elaine Mitchener, dont le travail, DENT DOUCE, avait récemment terminé une tournée au Royaume-Uni. DENT SUCRÉ utilise l'art sonore et les performances en direct pour explorer l'héritage de la traite négrière du sucre entre le Royaume-Uni et les Caraïbes. Il comprenait un chapitre intitulé &ldquoNames&rdquo inspiré d'un inventaire d'esclaves de 1813 conservé aux Archives de la Jamaïque à Spanish Town, Jamaïque, et transcrit par le Dr Christer Petley (Université de Southampton). Nous avons pensé qu'avec cette expérience de transformation des archives en art, Elaine serait l'artiste idéale pour créer une œuvre d'art afin d'aider les murs du château à témoigner de cette période d'intérêt historique et, ce faisant, explorer ce que signifie l'esclavage en Grande-Bretagne aujourd'hui.

L'installation a été conçue pour que les murs &ldquotalk&rdquo mettent l'accent sur les histoires des personnes hébergées à Portchester. L'installation utilise des extraits de la pièce Le Philantrope révolutionnaire ou Hécatombe à Haiti, les registres d'entrée des noms de prisonniers conservés aux Archives nationales du Royaume-Uni, et des lettres de et au sujet de certaines des femmes qui faisaient partie des révolutionnaires amenés de Sainte-Lucie et de Saint-Vincent en 1796-97. Les visiteurs ne sont pas bombardés d'enregistrements comme bruit de fond, mais doivent chercher les enregistrements dans les coins et recoins parce qu'Elaine voulait que les visiteurs écoutent activement plutôt que passivement. Cela a posé des problèmes aux malentendants, en particulier lorsque le château était occupé et, avec le recul, il aurait été bien d'avoir une version numérique disponible via une application afin que les individus puissent régler eux-mêmes le volume. Une grande partie du matériel d'archives a été enregistrée dans l'original français ainsi qu'en traduction anglaise avec des accents caribéens français. Il était important pour les visiteurs d'avoir une expérience directe des sons de la langue française dans un espace désormais considéré comme faisant partie intégrante de l'héritage britannique, car il sert de puissant rappel des rencontres et des interactions mondiales ayant lieu à l'époque des révolutions. Dans ses notes de programme pour l'installation, Elaine a expliqué son concept : &ldquoJe voulais créer une pièce qui montre que dans les circonstances les plus difficiles, l'humanité a la capacité de maintenir son humanité de manière créative. Cette exposition tente d'attirer les visiteurs dans l'espace physique et, à travers le son, de s'y engager de manière ciblée et intime.&rdquo

Enceintes pour l'installation sonore accrochée parmi les mouettes de l'exposition permanente. Crédit photo : Katherine Astbury

Au cœur de l'installation se trouvent des questions fondamentales sur les droits de l'homme, la discrimination, l'identité et le pouvoir de la culture de surmonter les différences nationales. La vie des prisonniers noirs nous permet d'aller au-delà des récits traditionnels des esclaves en tant que victimes pour célébrer l'agence noire : c'étaient des révolutionnaires qui se sont activement opposés aux Britanniques, leurs actions ont ouvert la voie à l'émancipation et à l'abolition. L'installation aborde des questions aussi pertinentes aujourd'hui qu'à l'époque et met le visiteur en contact avec des documents d'archives tels que des lettres, des registres et des textes de théâtre d'une manière beaucoup plus immédiate que si ces documents avaient été reproduits en fac-similé ou transcrits et présentés sur un panneau.

En tirant pleinement parti de l'architecture du donjon du château, l'installation sonore a rapproché les visiteurs des expériences vécues à Portchester il y a plus de 200 ans : un haut-parleur dans le puits interne permet d'entendre la musique dans le théâtre situé dans l'un des les cheminées apportent un discours sur la liberté à portée de voix, les percussions Gwo Ka rythment les pièces. Le matériel d'archives a gagné en pertinence et en immédiateté dans la manière dont il se répercute autour des murs de pierre. We are now looking to export the installation to other spaces connected to the prisoners in France where they were sent on release from Portchester and in the Caribbean to where many of them returned to continue the struggle for emancipation and political freedom. As researchers, it has led us to see the archival material in a new light. It has provided a stimulus for school pupils to create their own artistic works on the prisoners and feedback from visitors has confirmed that &ldquoit added real, immersive value, and showed a unique perspective to the castle&rsquos history.&rdquo

Katherine Astbury is Professor of French Studies at the University of Warwick. Her research focuses French culture 1750-1815 and the ways in which cultural forms inflect the public sphere and shape political legitimacy.


Contemporary accounts paint a colourful picture of life in Portchester Castle prison

A fascinating account comes from Captain Fraboulet, a medical representative on board the captured French East Indian frigate the Astree. He reported that provisions at Porchester Castle were good, except for the small beer, which he thought very weak and liable to cause a ‘flux’ of the blood. He managed to get it strengthened but was still unhappy with parts of the prisoners diet. He wanted the provision of raw fruit and salted fish banned and withdrew the King’s Bounty (the small amount of money paid out by the French monarch to each prisoner) from the ill as he thought they were purchasing unwholesome food.

Plan of Portchester Castle 1793

He rebuked the Porchester Castle authorities for the lack of hospital accommodation, there was no hospital within the castle itself. The sick were either transported to Fareham hospital, a sorry wooden affair on the muddy foreshore of the river or to Forton, some seven miles away alongside pitted and muddy roads, many not surviving the journey.

In 1784, Portchester castle was properly set up as a war prison, the moat was cleared and filled with water and the keep divided into five stories with accommodation for 8,000 prisoners. The large tower housed 1200 to 1500 men and there were nine barracks containing 500 men a piece.

Although it was a tough prison, most records show that there was no outward brutality shown towards those captured here, although a fair share of murders and attempted murders between prisoners themselves and those guarding them took place.


Un peu sur la Grande-Bretagne

People are walking their dogs around the ancient walls of Portchester Castle. A cricket match is taking place on the green. Some scruffy kids run up and down the ditch outside, whooping. Anglers drape their lines optimistically into Portsmouth Harbour and gaze at passing ships with the old Royal Navy dockyard beyond. It’s a peaceful scene.

Take them all away and turn the clock back 1700 years. It is the 3 rd century AD and Britain, the most northerly province of the Roman Empire, is under attack. The Romans construct a fort at Portchester, most likely called Portus Adurni, possibly on the site of an earlier settlement. It has a commanding position at the head of a natural harbour, and is one of a chain of nine coastal forts strategically placed from Norfolk to Hampshire to defend the Saxon Shore from Germanic raiders. This part of the Empire was under the military command of the Count of the Saxon Shore. But, 200 years later, Roman rule had gone. And, ultimately, the ancestors of those German raiders settled this part of what is now south east England.

We don’t know what happened at Portchester during those troubled years. Probably, it was occupied by a local leader during the later Saxon period. The place has had a chequered history, at various times falling into disrepair but the impressive walls of the original fort remain as the most complete Roman walls in northern Europe. 700 years or so après the Romans, the Normans built a castle inside the fort. King John was a frequent visitor to Portchester Castle and used it as a royal pad when hunting in the nearby Forest of Bere. It was captured, briefly, by the French in 1216 and re-taken the following year. A century later, in anticipation of further French attacks, it was extensively repaired during the reign of Edward II. Richard II built a palace inside its walls. Portchester Castle was the assembly point for English military expeditions to France, including the campaigns of Edward III which led to the Battle of Crecy (1346) and Henry V’s invasion which led to the Battle of Agincourt in 1415 and, ultimately, the Treaty of Troyes in 1420.

The importance of Portchester declined during the 15 th century as the town of Portsmouth, 6 miles to the south east, grew into one of England’s preeminent naval bases. The Castle was subsequently used as a hospital and a prison during the wars with Holland and France.

In 1760, more than 3,000 people were held captive at Portchester. During the Napoleonic Wars, some 7,000 French prisoners of war were incarcerated inside the Castle’s keep and these poor souls have left much evidence of their experience of British hospitality – including wall paintings and graffiti. Apparently, the bones of those that died and were buried in the nearby mud-flats occasionally surface in the ebbing tide. Needless to say, the place is haunted – allegedly – but by a horse that gallops, riderless, across the castle before disappearing into the walls.

St Mary’s church stands inside the castle. Built in 1120, it was originally part of an Augustinian priory. Almost all that the monks have left to see is – and children will love this – the chutes from their lavatories, built into the Roman walls.

During the early 19 th century, part of the keep was used as a theatre and there are some interesting wall paintings from this period.

You’ll find Portchester Castle at the end of the originally named Castle Street, passing through the village of Portchester with its charming 18 th and 19 th century buildings. To get there, take the infinitely less attractive A27 between Portsmouth and Fareham and follow the sign from a small traffic roundabout. Bring a picnic, your dog, fishing rod – or cricket bat.

Finally and incidentally, neighbouring Portchester to the east is Paulsgrove, a large residential area that was developed to help solve Portsmouth’s housing crisis in the wake of World War Two bombing. There’s an unlikely local tradition that it got its name because St Paul landed there it was Palsgrove in the 19th century.


Portchester Castle - History

Only open at certain times

ortchester Castle was a significant fort in Roman times and has remained in good condition because of its continued use over the years. It stands on the shore near Portsmouth harbour and is rectangular in shape. Unlike the other Roman forts on the south coast where silting up of the surrounding land has occurred such as at Pevensey, Portchester has remained near the coastline. In around 1120 Henry I built a medieval castle within the walls of the Roman castle repairing the existing walls, building gates and constructing a large square keep in keeping with the fashion of the time. Extra walls were added in the north-west corner to create an enclosure surrounded by a small moat. In 1133 a small Augustinian Priory was built in the outer bailey and the remains of the church can still be visited.

The castle was in a convenient position for royal parties to stay at when preparing to travel across to Normandy and both Henry II and Richard II made improvements to it during their reigns. But Portchester Castle lost its status as an important Royal residence in the reign of King John when the castle was almost destroyed after being captured by the Dauphin Louis in 1217 and Portsmouth became the favoured departure point to Normandy, rather than Portchester. In more recent times the castle was used a prison during the Napoleonic Wars when French soldiers were held there.

At the heart of Portchester is the massive keep and inner bailey located in the north west corner of the castle. All of this was built by the Normans long after the castle was abandoned by the Romans. The two storey building range to the north and directly opposite you as you enter the inner bailey is the residence of the constable of the castle. When the King, Queen or Lord was not in residence, the constable was the most important person in the castle.

The two ranges of buildings attached directly to the large keep, to the west and south of the inner bailey were built by King Richard II during the last five years of the fourteenth century, just before his death. Rooms in the west range were for use by the royal party when they stayed at the castle and included a large room on the upper floor known as the Great chamber. The southern range contained a large hall for dining and kitchens. A porch on the southern range provided access to the dining hall and the royal appartments beyond.

The outer bailey has a main road that runs the length of the castle from the landgate in the west wall to the Watergate in the east wall. In Roman times the buildings within this area would have been made of wood and with all the changes that occurred over the centuries no traces of them remain. In Saxon and later medieval times other buildings were constructed and pulled down and the land used for farming.||In the south east corner of the outer bailey is the church of St. Mary. The church was part of an Augustinian monastery that existed for a short period on the site before being moved a couple of miles to the north at Southwick.

In the reconstruction below the outer bailey has been divided up into several areas showing how the area may have been used. It may have had an area for growing crops and raising animals. Being self-contained and having fresh food within a castle was a great advantage if the castle was besieged by enemy forces. Portchester Castle was a place where troops came together before being shipped over to Normandy and France in times of war. The inner bailey was too small to hold all of the troops so the outer bailey was used to house them while they waited.


Is Portchester Castle Haunted?

The most haunted area of Portchester castle has to be the church. Built in the 12th century the church would have seen countless weddings, holy ceremonies and burials, and seems to have held onto a couple of spirits from this time.

One of the most commonly encountered is that of a woman dressed all in black, who has been seen bending over one of the grave stones. The second is that of a monk, who's apparition has been witnessed walking around the outside of the castle wall on the corner where the church is. People who claimed to have seen him say he fades away if you watch him for long enough, and he is always seen at a distance, never when people are on the waterfront. Also he is said to give off a very friendly vibe, with no one claiming to have ever felt scared while gazing upon him.

The courtyard is said to have its own ghostly rider, who has been described as most probably being from the Civil war ear, who has been seen and heard trotting through the central path of the castle.

Apart from these there are a few others, with stories about the ghosts of prisoners and a few apparitions in the keep, but these are no were near as commonly reported as the above three.


Voir la vidéo: Portchester Castle tour. 4k (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Benroy

    Je l'accepte avec plaisir. Un sujet intéressant, je vais participer.

  2. Piperel

    Je pense qu'ils ont tort. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM, cela vous parle.

  3. Grolrajas

    Merci, je suis allé lire.

  4. Zarek

    Désolé d'interrompre ... Je suis ici récemment. Mais ce sujet est très proche de moi. Écrivez à PM.

  5. Faugar

    Oui, la qualité est excellente

  6. Aibne

    Je m'excuse, mais je pense que vous vous trompez. Écrivez-moi dans PM.



Écrire un message